Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum Affaire Dominici - Triple crime de Lurs
Discussions sur l'affaire criminelle de Lurs. Août 1952, 3 cadavres de touristes Anglais gisent aux alentours de la Grand Terre, la ferme des Dominici.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Chenevier et sa contre enquête.
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> La contre enquête -> Le commissaire Chenevier reprend l'enquête
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Bonanza


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 486
Localisation: PACA
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Nov 24 2008, 19:35    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Salut Lederangeur.


Citation:
Bonsoir Bonanza, si tu me lis? As tu des soucis pour poster? ou tout marche???  

Pour la citation ça marche.

[
    Pour la photo aussi!

Un grand merci pour m'avoir fait avancer d'un pas de géant.

Et merci de la patience dont tu as faits preuve à mon égard.


Toutes mes amitiés.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun Nov 24 2008, 19:35    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Nicolas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun Nov 24 2008, 19:53    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

---?
Revenir en haut
Nicolas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun Nov 24 2008, 22:15    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonsoir lederangeur ,

Bonsoir à tous ,
Compris .
Juste pour ne pas perdre le fil de la conversation... Arrow
Citation:
Bonjour à tous ,
.


Pour bien comprendre 'la planche savonnée "sur laquelle on a fait "avancer"Chenevier il faut savoir comment le juge Periès fut nommé ailleurs juste au moment de la contre-enquête contre toute logique et comment on a procédé à son remplacement ,non pas par un juge titulaire qui aurait été nommé
par le Conseil National de la magistrature ,mais par un jeune juge DEBUTANT qui ne fut que Suppléant et donc désigné par le Président de la cour d'appel.
La manoeuvre est apparu aux yeux de tous comme pipée ,car de fait Le jeune juge de la contre-enquête était à la botte du système judiciaire LOCAL ..
Orsatelli n'est pas loin ,Bousquet non plus .

Certes sans porter aucune accusation ,cette nomination apparait comme bien opportune et celle de Péries ailleurs ,bien opportune aussi .

On peut supposer que le jeune stagiaire était alors bien trop jeune et bien peu au fait du dossier ,et qu'il navait peu de marge de manoeuvre par rapport à sa nomination "provisoire "!et à ceux à qui il la devait !
Et le petit juge envoya la contre-enquête aux oubliettes d'un trait de plume ,certes en invoquant de bonnes raisons pour ,dit-il ,ne pas tomber dans un piège tendu par les policiers ,lesquels rétorquent que c'est le juge qui voulait leur en tendre un ...

Sans prendre parti ,on ne peut que constater là aussi sinon un dysfonctionnement de l'appareil judiciaire du moins un fonctionnement étrange .



Amicalement.
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Sam Mai 15 2010, 18:30    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonsoir,


" je ne fais pas mon devoir "
Enfin , je ne vais pas jusqu'au bout,ce qui pour moi revient d'ailleurs  exactement au même ... p.198 " La Grande Maison ".


Etrange comportement reconnu par le commissaire Chenevier.
Si l' on peut admettre qu'il ait eu un moment de compassion à l'égard du vieux prisonnier condamné à mort, cela pourrait passer à la limite, mais prétendre pour se justifier qu'il ait pu avoir peur  " qu'il ( Gaston ) se juge lui-même  sans pouvoir s'accorder de pardon", laisse pantois sur l'appréciation du fonctionnaire en ces instants cruciaux et lieux à ce que le condamné puisse réfléchir à une étude introspective comportementale.
Au pathétisme du " je perds mon âme " réitéré à l'envie plusieurs fois on peut comprendre qu'il puisse tenter de se sauver en accusant les siens d'un acte tel que le portage de l'enfant inanimée, mais il ne peut se résoudre aux conséquences qu'il engendre envers eux alors qu' il est assurément responsable à l'origine des faits et coauteur in fine.
Sébeille nous livre mieux p.194 une clé du fonctionnement mental du personnage :
" lorsque GD veut mentir et que dans ses explications il en arrive a parler d'un fait matériel commun au mensonge et à la réalité, il se laisse entraîner par cette dernière ... " autrement dit : réaliste, il craint un retour de bâton, et pragmatique d'autre part puisque cela ne changerait rien à sa situation en entraînant ses proches. Cela n'aurait que précipité plus rapidement l'effondrement de la Grande Terre. Dans le fond il a fait le bon choix du sacrifice car sacrifice il y a d'une certaine manière, certes, contraint et forcé - il est resté propriétaire du domaine pratiquement jusqu'à la fin de sa vie, sauve sa tête, sauve les siens, ne finit pas ses jours en prison et bénéficie du doute quant à sa culpabilité totale ou partielle encore de nos jours. 
( Le theatre de Paris confirmera soyons en sûr )


Je crois plus tôt déceler chez l'hercule parisien la recherche d'excuses et palier ainsi un aveu d'impuissance. Il botte en touche en écrivant cela, utilisant lui aussi le maillet comme le président du tribunal, il siffle la fin de la partie, il suspend l'interrogatoire interminable qui ne peut déboucher sur la vérité, ne croyant plus à des révélations contre-signées sur PV, pas plus que la défense présente " opportunément".
La lecture de la page 199 de Chenevier  est l'illustration romancée du beau rôle de flic costard cravate au coeur tendre, mais pour une seule fois au cours de sa carrière précise t-il, heureusement.
On ne peut croire à sa sincérité dans cette représentation des faits, il associe également Me Pollack en ces instants pathétiques qui bien sûr ne pourrait confirmer le cas échéant cette mansuétude policière peu courante dans la recherche de la vérité sans faillir à sa charge d'avocat envers son client.
Le meilleur flic de France non pas submergé d'états d'âme mais en échec ne peut faire plier le vieux chêne et par contre-coup le condamne définitivement au silence, avec l'assentiment tacite de ses défenseurs.
Comment donc si près du dénouement semble t-il, ses avocats n'ont-ils pas poussés eux aussi plus avant leur client d'en dire davantage afin de l'écarter des bois de justice si tant est qu'ils le croyaient totalement innocent. N'étaient-ils pas tous là dans cette cellule avec des policiers bien disposés envers le condamné  pour l'innocenter de tout pour les uns, ou partie des crimes pour les autres ,avec des espérances et intérêts contradictoires différents.
Il eut été assez inattendu que le vif argent Provençal du barreau reproche à un commissaire un si  émouvant interrogatoire écourté. Pourtant il aurait dû le faire s'il n'était pas convaincu par avance de l'inanité de cette procédure.
Chenevier, tout comme Sebeille, Bousquet, Periez, Carrias, les jurés, ses avocats et bien d'autres sur l'ensemble de l'affaire sont arrivés au mêmes conclusions sans pouvoir expliquer l'ordre d'implication active des 2 ou 3 assassins de la famille Drummond. Dans cette affaire les crimes  perpétrés probablement en deux étapes sont interchangeable pour les protagonistes.


Soit le Patriarche abat les parents, assomme l'enfant , la laisse pour morte et le Tave l'achève hors la présence du vieux - ce qui expliquerait ses incertitudes sur la fin exacte de la fillette et notamment sur le nombre de coups relatif aux blessures faciales
Soit le Tave accompagné de Zézé abat les parents et le vieux achève la petite agonisante pour effacer un témoin.
Dans ces deux cas il ne peut accuser franchement son fils et petit-fils jusqu'au bout sans se perdre également.
Soit encore il est le seul auteur du forfait et l'on ne comprend pas du tout le déballage d'accusations réciproques au cours du procès, d'autant que lors de ses aveux il prétend laver l'honneur des siens en s'accusant.
Or, au cours des assises, alors que le Tave récuse en bloc toutes ses révélations et crie à l'innocence de son père, lui à demi-mot n'a de cesse d'orienter envers les siens hormis Clovis leur implication.
Ce qui apparaît comme certain ,la totalité du massacre ne peut être imputée au tandem oncle/neveu ni au seul Gaston.


Le non lieu du juge Carrias devenait évident bien sûr suite aux conclusions du rapport Chenevier et de son équipe qui n'ont rien apporté de tangible, aucune preuve accusatrice si ce n'est que des paroles, et même plus d'aveux signés si stupides soient-ils, le vieux Gaston se rétractant une dernière fois alors que la contre-enquête a été diligentée en raison de ses  révélations rocambolesques après sa condamnation. 
Juste retour des choses pour les moins convaincus de la condamnation de Gaston, si en se basant sur ces nouveaux " éléments " sans preuves matérielles, nouvelle action judiciaire il y eut , aurait-il fallu condamner aussi Gustave sur des mots ? Mais alors, que de belles joutes emmanchées en perspectives dans le prétoire ? 
-Non merci, on a déjà donné !!!


( Dans son ouvrage,Chenevier écrit que le vieux ignorait que Gustave l'avait dénoncé le premier et il s'attribue la paternité de cette révélation.
Laborde p.362, écrit que durant le procès  la question a été tranchée par le président Bousquet et que le papé lui même le précise à Gustave...
Deniau également p.224 )
(??? )
Nous pourrions débattre aussi ( ou soliloquer ) sur le script confus du scénario que nous offre le commissaire Chenevier en guise de conclusion, il y de quoi faire.
Cordialement
Oryx
Revenir en haut
Germaine


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2009
Messages: 143
Localisation: Nice
Féminin
Point(s): 143
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mar Oct 18 2011, 08:19    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonjour à tous, et bonjour Oryx,

Ne pensez vous pas tout de même que Carrias aurait du avant de clore de le dossier, diligenter une enquête sur Gustave?
Bien sûr, et vous le dites fort justement, Gaston n'a dit que des mots, quelques bribes, sur lesquelles il va revenir.
Mais tout de même, il me semble que Gustave aurait du être auditionné d'une manière un peu plus serrée, c'est je pense ce qui se passerait de nos jours.
Tant de suspicions sur ce monsieur, en sachant ce qu'a fait Gustave, en ayant la certitude qu'il a bougé le corps de Lady Anne au matin, et malgré tout, toutes ces accusations de la part de Gaston, même si elles étaient vaporeuses pour employer ce terme, tout cela ne méritait'il pas une véritable enquête sur le fils?
Il me semble que Carrias est allé vite en besogne. Vite clore ce dossier. Un peu trop vite à mon avis.


Cordialement à tous.
Revenir en haut
Cassandre


Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2010
Messages: 180
Localisation: Montpellier
Féminin
Point(s): 163
Moyenne de points: 0,91

MessagePosté le: Mer Nov 16 2011, 16:40    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonjour

Faudra en reparler de témoignages.

A bientôt

Marie-Val
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Mer Jan 18 2012, 14:12    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonjour à toutes et tous,
Bonjour Germaine, bonjour Cassandre,
Bien sûr le cas de Gustave méritait plusieurs chefs d'inculpations et aurait dû comparaître devant la justice ne serait ce que pour avoir brouillé la scène de crime, ainsi que d'avoir subtilisé des indices matériels.


Si Chenevier arrive à la conclusion que Gustave est en partie responsable avec la participation probablement passive de son neveu, il ne doute pas un instant de l'implication du vieux Dominici.


Il avait l'occasion aux Beaumettes de tirer parti de la situation, d'en savoir davantage notamment sur Zézé lorsque celui ci défie son grand-père d'une façon insolente " vas y parle ", " après moi aussi je parlerai " .
 n'a t-il pas su exploiter ce moment d' intense émotion entre les deux hommes ?
 Et qu'avait t-il a dire le Zézé de si important qui ait pu radoucir Gaston ?
Donc par deux fois Chenevier avait à disposition sous le feu des projecteurs des acteurs principaux dont il n'a su que faire. Quant à ses états d'âme relaté dans son ouvrage face à Gaston, faut pas pousser !!!
Responsable d'un échec il est facile de désigner un bouc émissaire, en l'occurrence le Juge Carrias,insatisfait des investigations qui referme la porte de la contre enquête inaboutie elle aussi .


D'une façon unanime,  les plus convaincus de la culpabilité du papé ne sont pas non plus satisfaits du verdict ;  paradoxalement même ses défenseurs sous cape sont conscient de leur situation bancale, à savoir l'implication de ces trois personnes Gustave, Gaston , Zézé .
L'erreur du clan pour prétendre laver l'ensemble de la famille serait d'avoir conservé les mêmes avocats, qui ont oeuvré pour défendre Gustave dans un premier temps, ensuite pour la forme et cela sans ménagement lors du procès de Gaston pour couvrir d' opprobre celui qui en taisant la vérité pour sauver sa tête le 13 Novembre plaçait son père sous le couperet.
Maître Pollak aux assises : " je vous prie " " je vous en supplie " ce ne sont pas là des effets de manches de prétoire pour amuser la galerie, ce sont  des génuflexions feintes, embarrassées,  adressées au " parricide"qui n'ont qu' un but : Surtout ne dis rien , sinon tu vas y passer toi aussi . 
On a relaté  après la suspension de séance par le président  Bousquet comment la défense ( Pollak )ne s'était pas employée avec ardeur de remettre sur le tapis la question cruciale de Gaston face au désarrois du Tave sur un tournant du procès   qui aurait sûrement permis d'éclaicir l'affaire.
Et n'aurait t-il pas dû acculer pareillement Gaston s'il voulait le sauver.
Maître Charrier ( sauf erreur de personne) ne l'entend t-on pas au cours des audiences s'interdire de poser des questions au Tave ne voulant point courir le risque de souiller sa robe. Probablement de fumier, car du fumier il y en avait un bon tas à la barre.


Quant au juge Carrias, celui ci  explique sans ambages au delà de ses rapports conflictuels de procédure avec l'équipe Chenevier que l'on  voulait lui refiler le bébé sans apporter le moindre élément susceptible de confondre les  deux autres larrons.
Je crois bien qu'il a été souligné par les puristes que sans preuves tangibles irréfutables on ne pouvait juger et condamner.
Alors au nom de quoi, sans que cela puisse lui être reproché postérieurement, le juge Carrias aurait t-il dû inculper sans aveux , sans preuves matérielles irréfutables, des individus uniquement sur des présomptions et traduire en justice ces individus qui auraient bénéficié sans aucun doute du doute.
Aurait t-il fallu les passer tous à la question ou bien à la " gégéne " pour que surgisse un brin de vérité ?


Dans le cas de Gaston , au cours de l'instruction il y a eu des accusations, et pas des moindres, de ses fils en particulier,puis malgré tout, des aveux bidon ou pas qui font suite à ces accusations ;  rétractées,puis réitérées à l'envie à maintes reprises par l'un ,maintenues par un autre sans jamais faillir; dans ce cas, oui ! le juge Péries aurait pu agir et traduire en justice le Tave pour le moins de complicité contrairement au juge Carrias à qui rien de probant concernant l'auteur (s) des crimes ne lui a été soumis permettant d'inculper qui que ce soit.
Et ce n'est pas en inculpant Gustave de diffamation à l'encontre du juge Periès que cela aurait permis d'y voir plus clair.


Personne n'est dupe, Clovis s'est évertué de sauver son frère et par ricochet son neveu, mais devant les évidences en définitive il fallait lâcher un coupable pour la survie du clan, par pragmatisme le plus vieux en fin de vie bien sûr, le presque inutile, celui qui demeure quoi que l'on en dise le premier responsable.


Il est facile de crier à l'erreur judiciaire, soit, mais ces personnes ne s'émeuvent pas  de la façon dont les témoins et les protagonistes ont pu égarer, tromper, rabaisser la justice à ce point et en définitive arriver à sauver d'autres personnes du clan familial .
Bien amicalement  Oryx
Revenir en haut
fuji


Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2011
Messages: 160
Localisation: midi-mediterranée
Masculin
Point(s): 160
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Sam Jan 21 2012, 15:57    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquète. Répondre en citant

   Bien vu Oryx et bien dit.

   Ca c'est du sérieux à la place des balivernes habituelles.

           Cordialement      Fuji
Revenir en haut
Germaine


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2009
Messages: 143
Localisation: Nice
Féminin
Point(s): 143
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Dim Jan 22 2012, 12:30    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

 Bonjour à tous,
bonjour Fuji,

De quelles balivernes parlez vous?
Tout ce qui serait à l'inverse de vos convictions ou opinions personelles ne serait que balivernes?
Oryx a exprimé quelque chose. C'est très bien argumenté. Personne ne dira le contraire.
En ce qui me concerne, je pense que Carrias aurait eu si il en avait eu la volonté, maintes raisons pour entendre Gustave.
Voici tout de même un bonhomme qui passe au travers de tout ou presque.
Dissimulation de preuves, d'indices, interventions douteuses et répétées, prouvées et avérées, sur une scène de crime. J'arrête là la liste, elle serait trop longue.
Enfin, puisque l'on parle de Carrias, je vous laisse juge de ce qui suit, ce qui en dit long tout de même sur sa façon toute particulière de voir les choses.

Je cite:

Comment pourrais-je critiquer ce jeune journaliste de vouloir reprendre le flambeau, de soutenir l'effort d'Alain Dominici ? Je respecte leur entreprise et je ne doute pas de leur bonne foi quant au but pousuivi. Mais, je vais y revenir, la méthode de William Reymond manque singulièrement de rigueur et ses conclusions n'emportent nullement ma conviction.



Mis à part Alain Dominici, car je peux comprendre son attitude, sa motivation. Donc, je ne le jugerai point,
mais quand je lis Carrias qui reconnait une " bonne foi " chez Reymond. Je me redis, et sans l'ombre d'un doute, que ce brave juge, trop sans doute, n'a absolument rien compris à ce qui se passait.

A Oryx, je dirai que je suis d'accord avec lui dans l'ensemble. Bien sûr. Mais il me semble, et ce n'est que mon avis, que le juge Carrias a un peu trop vite classé l'affaire.
Des personnes avaient des comptes à rendre à la justice.
Ne serait ce que pour faux témoignages. Je ne dis pas que la vérité absolue serait sortie comme du chapeau d'un magicien, mais malgré tout, cela aurait du être tenté.




Bonne journée.
Revenir en haut
Mariani


Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2009
Messages: 344
Localisation: Marseille
Masculin
Point(s): 346
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Lun Jan 23 2012, 00:28    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonjour amis(es) du forum,


Ce qui est irritant chez Carrias, c'est son double langage et ses contradictions.
Je veux pas être vulgaire, mais je serais tenté de dire qu'il n'avait pas de C.......ES.
Et il est difficile en effet de ne pas voir combien il a voulu protéger ses arrières, ou plutôt sa carrière.
Que l'on aime Chenevier ou pas, il faut reconnaître que Carrias n'a apporté aucun soutien aux inspecteurs, bien au contraire, il leur a plutôt compliqué la tâche.
Au nom de quoi? De l'amour propre? En ce cas, il ne faut pas choisir le métier de juge.

Amicalement.
Revenir en haut
fuji


Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2011
Messages: 160
Localisation: midi-mediterranée
Masculin
Point(s): 160
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Jan 23 2012, 01:05    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquète. Répondre en citant

   Salut le forum
 Bonsoir Germaine

 Par "balivernes" je pensais aux sottises et autres platitudes qui n'ont pas leur place sur un forum
 sérieux et qu'échangent certains à qui mieux mieux.

 Je me suis adressé à vous Germaine le 28 nov 2011 à 22h30 en disant : " vous, une des personnes sensées
 de ce forum et qui semble bien connaître l'affaire ".  Ne vous sentez donc pas touchée par les "balivernes".

  Les autres devraient se reconnaître.

 Par ailleurs je n'ai rien dit au sujet de Carrias.  Vous faites une citation qui ne le grandit pas.

  Il serait bien que vous indiquiez vos sources.

         Cordialement       Fuji
 
Revenir en haut
Cassandre


Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2010
Messages: 180
Localisation: Montpellier
Féminin
Point(s): 163
Moyenne de points: 0,91

MessagePosté le: Lun Jan 23 2012, 17:20    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonjour


Ben franchement, merci Fuji. C'est tellement sympa pour les autres!!!
Bref, un échange de sottises à la qui mieux mieux. C'est sympa, y a pas à dire. Je vous remercie au nom de nous tous, qui ne disons donc que des sottises.
Merci encore!
Juste un truc, je préfère me taire et ne pas aller plus loin. Je crois que c'est préférable.
Heureusement que vous n'êtes pas un juge dites donc. ! On imagine déjà les dégâts qu'occasionnerait un tel raisonnement, puisque tout ce qui n'est pas de votre côté n'est que sottises.
Allez oups, je passe, ça vaudra mieux.

Marie-Val
Revenir en haut
fuji


Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2011
Messages: 160
Localisation: midi-mediterranée
Masculin
Point(s): 160
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mar Jan 24 2012, 00:20    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquète. Répondre en citant

   Bonsoir Cassandre,

 " Heureusement que je ne suis pas un juge" !  Dites-vous ?

       Qu'en savez - vous au juste  ?? 

       Bonne nuit ....      FUJI
Revenir en haut
Germaine


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2009
Messages: 143
Localisation: Nice
Féminin
Point(s): 143
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Dim Jan 29 2012, 11:29    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonjour à tous,

Fuji, la source concernant l'extrait des commentaires de Carrias, n'est autre que les écrits du juge Carrias lui même.
C'est lui qui a écrit cela. Il suffit de lire la totalité de ses écrits sur la page disponible sur internet.

A tous,

j'ai trouvé ceci, et cela n'est pas du juge Carrias, bien évidemment, mais j'ai bien aimé cet article.
Le voici.


 La fonction principale d'un juge d'instruction est d'instruire à charge et à décharge en faisant abstraction de son intime conviction. Sa tâche doit se limiter, sur les plans procédural et technique, à établir des faits, à valider ou invalider des déclarations ou des informations, à fournir des preuves, ou du moins un faisceau de présomptions crédibles concordantes. Dans l'élaboration de son dossier, il doit œuvrer de façon impartiale et objective sans faire intervenir de postulat personnel, et surtout pas son intime conviction comme l'a fait le juge Carrias de façon impudente en sortant du cadre procédural. Celle-ci n'intervient qu'à l'issue du procès et ne relève que de la seule volonté des jurés. Et ce n'est pas le rôle du juge d'instruction, sauf au moment où le code de procédure pénale l'autorise à inculper ou à rendre une ordonnance de non-lieu.Le juge d'instruction prend seul, avec l'avis du Parquet, une décision au vu de son propre travail, se faisant juge et partie de son dossier sans aucun contrôle, ce qui lui confère un pouvoir exorbitant et arbitraire.Après avoir admis quelques unes des faiblesses du dossier, dont l'analyse est quelque peu superficielle, ignorant ou écartant les points les plus discutables, le juge Carrias fit appel à sa seule intime conviction pour justifier son ordonnance de non-lieu, sinon faute de quoi, la culpabilité de Gaston risquait d'être remise en cause. »


Et dans les faits:


Le 7 janvier 1955, le juge Carrias est nommé en remplacement du juge Périès.

Le 8 mars, le juge Carrias court-circuite les enquêteurs ; Chenevier apprend par voie de presse que le juge Batigne a interrogé G. Dominici puis l'a confronté à Gustave et Yvette Dominici. Le 16 mars, les enquêteurs rencontrent le juge Carrias qui ne prend aucune décision pendant trois mois.

Le 15 juin, une nouvelle rencontre des commissaires avec le juge Carrias a lieu, ainsi qu'une entrevue avec le capitaine Albert. Le 16 juin, le juge Carrias refuse de délivrer la commission rogatoire promise la veille.

Le 20 juillet, le juge Carrias délivre une commission rogatoire d'ordre limité qui réduit pratiquement à l'impuissance les policiers.






Bien entendu, personne n'est obligé d'approuver. Chacun (e) reste libre de ses opinions.

Bonne journée.
Revenir en haut
fuji


Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2011
Messages: 160
Localisation: midi-mediterranée
Masculin
Point(s): 160
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Dim Jan 29 2012, 12:41    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquète. Répondre en citant

    Germaine bonjour

 Je vous ai lue avec attention.  On apprend toujours.
 Vous n'avez pas une grande estime pour le travail de Carrias et ses écrits.
 Il était jeune à l'époque (29 ans) et un peu coinçé par la hiérarchie.

 Mais on peut comprendre votre critique.

 Je veux dire à sa décharge - faible - qu'il a fait les révélations dont vous parlez
 40 ans après l'affaire. En mettant en avant ses intimes convictions qu'il justifie.

 Il était donc débarrassé du devoir de réserve.

           Cordialement      Fuji

 
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:42    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> La contre enquête -> Le commissaire Chenevier reprend l'enquête Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
Page 3 sur 4

 
Sauter vers:  

Galerie photos | Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com