Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum Affaire Dominici - Triple crime de Lurs
Discussions sur l'affaire criminelle de Lurs. Août 1952, 3 cadavres de touristes Anglais gisent aux alentours de la Grand Terre, la ferme des Dominici.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Chenevier et sa contre enquête.
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> La contre enquête -> Le commissaire Chenevier reprend l'enquête
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
gorenflo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam Nov 22 2008, 18:02    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonsoir Ledérangeur,
Bonsoir à tous,

Lederangeur a écrit:

Gaston, en accusant Gustave, Yvette, Roger, se mettait ainsi sur le fil d'un rasoir sur lequel il allait devoir faire du va et vient, on devine ce qu'il en aurait résulté.  Ses avocats ont vite compris, et vu le danger qui se profilait.........


Je suis d'accord avec cette idée. Je suis convaincu que Gaston n'a pas accusé Gustave et Roger pour rien. Ou alors, il faut se dire que Gaston était un pauvre type, un beau salaud et ... un imbécile. Car il n'espérait tout de même pas, j'imagine, mettre dans le bain des gens qui auraient été totalement étrangers à l'affaire. Ca n'avait aucune chance d'aboutir mais lui, en revanche, avait toutes les chances que les accusations soient vraiment formulées contre lui.

Alors, s'il s'est vite calmé c'est qu'il a dû comprendre les risques qu'il encourait, et ses avocats aussi. C'est évident.

Lederangeur a écrit:



Gaston devant ses avocats accuse Yvette et Gustave, à propos de soi-disant bijoux, lesquels en réfèrent plus haut, Chenevier apparaît, et la " Reine fille " n'est même pas interrogée sérieusement.
Néanmoins, Chenevier de par sa mollesse dans sa manière d'enquêter et d'interroger a aussi une grande part de responsabilité si rien n'a abouti à propos de l'inculpation des complices.


Là, en revanche, je ne partage pas votre point de vue. Que pouvait faire Chenevier ? Je suis bien certain que si Gaston avait maintenu avoir vu Gustave et Roger venir du campement, Roger portant la petite, s'il avait signé une déclaration pareille, les deux garçons auraient eu du souci à se faire. Mais Gaston s'est déballonné.

La conversation entendue par Gaston ? Certes, Chenevier aurait pu décider de cuisiner sérieusement Gustave et Yvette. Déjà, il n'est pas certain que Carrias aurait donné son accord. Mais en plus, je crois que cela n'aurait pas mené à grand chose. Les autres auraient répondu que c'était faux, que le vieux disait n'importe quoi et l'affaire se serait arrêtée là. Après tout ce qu'ils avaient passé, Gustave notamment, ils ne risquaient pas de s'affaler sur une histoire pareille qui sortait après le procès comme un lapin du chapeau. Et Chenevier ne pouvait tout de même pas utiliser la gégène.

Ce qui est certain c'est que Chenevier, comme l'ont relevé beaucoup d'observateurs, n'avait pas imaginé qu'il allait tomber sur des gens pareils. Quand on pense que le Gustave a eu le culot d'aller déclarer qu'il n'avait pas signé certains PV, qu'il s'agissait de faux, mettant ainsi en cause Sébeille et Périès, on croit rêver. Il manquait pas d'air le camarade !

Cordialement.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam Nov 22 2008, 18:02    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Nicolas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam Nov 22 2008, 23:23    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonsoir gorenflo,
bonsoir lederangeur ,

Citation:
De telles révélations, même si elles sont interprétées comme farfelues ou une quelconque manoeuvre, se devaient de déclencher de la part des autorités des actions plus percutantes.........


Je crois que si le juge Carrias n'avait pas donné une fin de non recevoir aux conclusions écrites de Chenevier ,au prétexte qu'elles n'apportaient rien de nouveau ,le divisionnaire aurait foncé comme un pitbull dans le clan .
Je devine que les énormes mensonges que Gustave ose lui dire en face lui seraient retomber dessus en pluie fine pour outrage à magistrat , dissimulation de ...complicité de ...etc etc
Chenevier avait quantifié la somme des bombes que le tave allait prendre sur la tête . Il le dit en clair .
Il n'aurait pas fallu longtemps pour que le menteur se retrouve devant des juges et des barreaux moins tendres que ceux de Digne !!

Il montre dans son livre qu'il avait compris le stratagème éculé du clan ..et qu'il avait démonté tous leurs "masques" et ruses et même au delà de ce que l'on croit .
Chenevier avait tout détricoté avec méthode et bien au -delà des conclusions de Sébeille .

Il avait tout enregistré ;et ,tendu comme un élastique il ne manquait plus que Carrias veuille le lâcher .
Il donne la raison pour laquelle il n'a pas voulu tomber dans un piège grossier du juge en lui passant sur la tête pour continuer malgré tout .

Subtil le pitbull !
Revenir en haut
Nicolas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam Nov 22 2008, 23:43    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonsoir lederangeur ,
bonsoir à tous ,

Citation:
Tout de même, je n'ai rien contre Chenevier, mais on peut aussi s'interroger sur les méthodes de ce super policier...
Car finalement, où est la pression sur Gaston pour le pousser à aller plus loin?


Chenevier a pesé Gaston ,ses arguments et les limites de son "pouvoir " d'accusteur.

Tout comme le cobra ,il a bien observé les forces et faiblesses de son adversaire sans bouger ,..et il y a fort à parier qu'il avait bien l'intention de s'attaquer à Gustave sur ses invraissemblables déclarations , lachant Gaston pour un temps .
Puis sur Perrin et ses mensonges .
et lui ,il avait aussi Clovis dans son collimateur ..il avait compris que Clovis n'était pas complice du crime ,mais complice du frère ,et que Clovis avait surement menti sur ce qu'il avait entendu du père ..Il en a démon les invraissemblance ..

Avec tous ces talons d'Achille ,Chenevier aurait eu Hector -Gaston Dominicius.
Pour moi ,c'est une conviction .



à+++++
Revenir en haut
Bonanza


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 486
Localisation: PACA
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Dim Nov 23 2008, 05:28    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonjour à tous.


Les 2 juges, aussi bien Péries que Carrias ont fait du tres mauvais travail!

Tous deux ont eu à un moment ou un autre mille occasions de mettre tout le clan en examen!

Les membres du clan, tous inculpés pour une raison ou une autre, avec un petit séjour en prison,

il y en a bien un ou une qui aurait fini par craquer et à cracher le morceau!

Les deux juges ont pris trop de gants!

Il fallait leur rentrer dedans!



Salutations.
Revenir en haut
Nicolas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim Nov 23 2008, 07:12    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Salut Bonanza ,
Complètement d'accord ! Et Chenevier y était prêt .
Quand Péries est enfin "rentré dedans" Gustave on en a vu le résultat .. ce dernier a craqué ;alors ,avec Chenevier et son dossier aussi béton que ses méthodes on pouvait vraiment espérer ..que "les yeux de Gobi "aient enfin pris une tout autre expression plus vivante !
Revenir en haut
gorenflo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim Nov 23 2008, 10:16    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonjour à tous,

Il est certain que l'on peut regretter que Carrias ait prononcé un non-lieu. S'il avait décidé le contraire, s'il avait relancé l'affaire, on aurait peut-être eu du nouveau. Ce n'est pas absolument certain quand même car il ne faut pas oublier que cette "contre-enquête" démarre après les "révélations" de Gaston à l'issue du procès. Or, les fameuses révélations font "Pschiiitt !" pour reprendre le mot d'un ancien président de la République.

Alors, Chenevier serait de toutes les façons retombé dans la comédie dominicienne consistant à faire un petit pas en avant, deux sur le côté, un et demi en arrière, et ainsi de suite. Ca aurait, schématiquement, donné ceci :


Et, au bout du compte, on aurait probablement obtenu une affaire tordue et inconsistante qui aurait peut-être imprégné Chenevier lui-même, qui serait remonté à Paris dans cet état : 


Pour être un peu plus sérieux, il est fort probable que Carrias n'a pas voulu donner de suite à l'enquête Chenevier parce que d'une part il a bien dû faire le constat qu'il n'y avait pas de certitude de succès et d'autre part qu'il n'avait certainement pas envie, en tant que magistrat, de voir l'institution judiciaire patauger à nouveau dans cette affaire maudite alors qu'elle avait déjà été suffisamment critiquée jusque là. 

Autrement dit, et pour conclure, si les Dominici, Gaston en tête, avaient été un peu moins tordus, les choses auraient été différentes. Car, après tout, il appartenait à Gaston d'être clair dans ses accusations. Là, il est certain que l'affaire aurait été reprise.

Curieusement, Gaston n'a pas été clair. Surprenant, n'est-ce-pas ?


Cordialement.
Revenir en haut
Nicolas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim Nov 23 2008, 10:46    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonjour gorenflo,
Très intéressantes réflexions vues depuis l'appareil judiciare et qui donne à la réflexion un réalisme dépassionné .

Citation:
Curieusement, Gaston n'a pas été clair. Surprenant, n'est-ce-pas ?


Ton allusion sibylline n'a -t-elle pas un rapport avec le fait que gaston ne pouvait accuser sans en recevoir la récompense suprême : l'accusation formelle avec preuves à l'appui ?

C'est pour cela que je crois que Chenevier allait commencer par tordre Gustave ..ça se sent à dix mètres ..

Une question au "maître Gorenflo"en l'occurence : Chenevier ne pouvait-il pas commencer par inculper Gustave d'outrage "aux policiers"(magistrats ) pour avoir affirmer qu'il avait été battu ,alors qu'au procès devant Périès il s'est rétracté , et de complicité de meurtre ?

Parce que ,dans ces conditions c'est peut-être Yvette sans ressources ,abandonnée qui aurait pu craquer ?

A ce moment là ,depuis la prison ,sans le soutien familial ,si Gustave ne charge pas son père pour éviter le pire c'est qu'il est complice possible ou coauteur (il sait que le boomérang sera tueur),mais s'il accuse à nouveau Gaston ,on peut croire à son innocence ..?

Logique ,pas logique ? Rolling Eyes
Revenir en haut
gorenflo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim Nov 23 2008, 12:48    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonjour Nicolas,


Nicolas a écrit:




Ton allusion sibylline n'a -t-elle pas un rapport avec le fait que gaston ne pouvait accuser sans en recevoir la récompense suprême : l'accusation formelle avec preuves à l'appui ?




C'est bien ce que je crois. Sinon pourquoi s'arrêter en si bon chemin ?


Nicolas a écrit:




Une question au "maître Gorenflo"en l'occurence : Chenevier ne pouvait-il pas commencer par inculper Gustave d'outrage "aux policiers"(magistrats ) pour avoir affirmer qu'il avait été battu ,alors qu'au procès devant Périès il s'est rétracté , et de complicité de meurtre ?




Une précision qui a son importance : ce n'est pas un policier qui inculpe mais bel et bien un juge d'instruction. Ou plutôt qui inculpait puisque aujourd'hui on parle de "mettre en examen".

Sur la décision de poursuivre Gustave pour outrage à magistrat ou dénonciation calomnieuse avec l'histoire des "faux PV", il appartenait à Carrias, informé par Chenevier de donner une suite. Ce qu'il n'a pas voulu faire. Je crois même me souvenir qu'il déclare que c'était un piège de Chenevier et Gillard qui, en fait, voyaient que leur affaire était dans l'impasse et qui essayaient de s'en "dépéguer" comme ils pouvaient. Je vais rechercher ce passage.

Dans tous les cas, même si Gustave avait été poursuivi pour ses déclarations sur les faux PV, ça n'aurait pas donné la solution du crime contre la famille Drummond. Quant à inculper Gustave de complicité d'assassinat, certes, ça aurait permis de reprendre l'enquête, de le mettre sous mandat de dépôt, donc en prison, en détention préventive comme on disait à l'époque (aujourd'hui il faut dire détention provisoire mais on entend sans arrêt des journalistes "spécialisés" utiliser un vocable qui n'a plus cours depuis 1971). Mais il ne fait pas de doute que Gustave aurait été défendu (maître Bottaï) et que celui-ci aurait demandé sa mise en liberté. Il ne fait pas de doute non plus que Gustave aurait nié, à moins que Gaston puisse apporter des précisions incontestables.

Or, et on y revient toujours, Gaston s'est vite arrêté de donner des précisions. Pour moi, la raison est évidente. Le boomerang dont tu parles lui serait revenu en pleine gueule. Et contrairement à ce que dit Bonanza dans un autre post, les choses auraient pu être différentes. Je m'explique :

Gaston reconnu coupable des trois crimes, meurtres des parents, assassinat de la petite Elizabeth (car durant la course que retient la version officielle, il a eu le temps de réfléchir et lorsqu'il court derrière Elizabeth c'est bien avec la ferme intention de la tuer) a pu échapper à la guillotine. L'application de la peine de mort n'était pas systématique. Un condamné pouvait bénéficier de la grâce présidentielle qui commuait la peine de mort en réclusion à perpétuité. C'est bien ce qui s'est produit pour Gaston. Pourquoi ?

Probablement à cause de son âge, mais aussi parce que le procès avait laissé une impression d'inachevé, de mauvaise justice. Il suffit de relire ce qu'a écrit Laborde sur ce point. 

Si la contre-enquête avait permis de faire toute la lumière sur l'affaire et que, pure hypothèse, il s'avère que la petite Elizabeth avait été massacrée sur le talus après y avoir été transportée comme l'a dit Gaston pendant un temps, on aurait eu alors une affaire complètement différente. En effet, le transport implique qu'Elizabeth probablement assommée ou évanouie (on imagine difficilement qu'elle soit portée en étant totalement consciente) aurait donc été récupérée ailleurs (sur le campement ou en un autre lieu). Toujours dans cette hypothèse, celui ou ceux qui l'ont transportée sur le talus, à l'abri des regards, n'avaient pas l'intention de l'emmener en promenade. Ils voulaient la tuer en toute tranquillité.

Cela aussi c'est de la préméditation, mais une véritable préméditation, une terrible préméditation, construite pendant plusieurs minutes de réflexion, de "Que faire avec cette gosse ? Il n'y a qu'une solution, la tuer. Mais où ? Pas au bord de la route. Il faudrait pas qu'on nous voie, il faudrait pas que quelqu'un pointe son nez après avoir entendu les coups de feu. Allez, le talus, là-bas personne ne pourra nous voir".

Tout le monde comprend bien que cette préméditation-là n'est pas la même que celle qui consiste à "réfléchir", à "décider", alors qu'on est en train de courir derrière une petite fille qui vient de s'échapper et alors que, quelques secondes avant, on était en train d'abattre les parents. Les deux situations sont différentes.

Dans l'hypothèse d'un transport d'Elizabeth sur le talus, la préméditation est complète, totale. Je suis convaincu qu'à l'époque c'était la condamnation à mort pour celui ou ceux qui avaient participé à une telle horreur. Et là, il n'y aurait pas eu de grâce. Il y aurait eu la "bascule à Charlot" ou "l'agréable sensation de fraicheur" annoncée par le docteur Guillotin.

Et, pour tout dire, je ne serais pas surpris que ce soit cela qui ait soudain retenu Gaston dans ses révélations. Et qui ait fait trembler Clovis et d'autres.

Amicalement.


Dernière édition par gorenflo le Dim Nov 23 2008, 14:08; édité 1 fois
Revenir en haut
Nicolas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim Nov 23 2008, 13:33    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Merci Gorenflo et chapeau pour cette magistrale démonstration alaquelle je ne peux qu' adhérer à 100/100 ! Okay

Amicalement. et encore bravo !
Revenir en haut
gorenflo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim Nov 23 2008, 16:14    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Merci Nicolas,

Voici l'extrait du texte du juge Carrias qui parle du "piège" des policiers parisiens. En fait, il ne parle pas des "faux PV" mais de sa décision de refuser l'inculpation de Gustave malgré la demande de Chenevier .

 

Une année s'était ainsi écoulée et, en janvier 1956, il fallut bien convenir que, malgré leur zèle et leur savoir-faire, nos fins limiers n'avaient rien trouvé de nouveau. Leur stratégie de logique s'était heurtée au mur impénétrable de l'irrationalité des Dominici. C'était l'échec, d'autant plus vexant pour eux qu'ils étaient venus en faisant annoncer par leurs amis de la presse qu'ils allaient réparer les erreurs de Sébeille et que toute leur action avait été commentée au jour le jour pour le grand public.
 
Afin, d'essayer, sinon de dissimuler cet échec, du moins de le reporter sur un autre, ils me tendirent un piège. Ils me rappelèrent les soupçons déjà portés sur Gustave Dominici par le commissaire Sébeille et le juge Périès. Ils m'exposèrent ceux que faisaient naître, de plus fort, le comportement cynique du personnage au cours de leur propre enquête. Ils m'affirmèrent avoir ainsi recueilli des charges sérieuses au vu desquelles un juge d'instruction parisien n'aurait pas manqué d'inculper Gustave Dominici de complicité et de décerner contre lui mandat de dépôt. Si naïf que je puisse alors paraître, le but de la manoeuvre était évident: ils cherchaient à me faire ordonner l'arrestation de Gustave, ce qui leur aurait permis de quitter les Basses-Alpes auréolés de la gloire du succès. Mais j'aurais dû constater au bout de quelques jours la faiblesse des charges et j'aurais été obligé de remettre en liberté mon nouvel inculpé: réussie par la police judiciaire, l'affaire aurait été manquée par la maladresse de la justice. Ce piège était trop grossier; je n'y tombai pas. Gustave Dominici resta libre, face à sa conscience.

Amicalement.
Revenir en haut
Nicolas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim Nov 23 2008, 17:01    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonsoir Gorenflo,

Le juge Carrias ,pour nous résumer ,a aussi capitulé devant les Dominici .
Ils étaient devenus "la patate chaude" de la justice..
Cela ne peut que laisser perplexe et encourager les malfrats à mentir sans retenue à la justice ..

On dit que le crime ne paye pas ,mais le mensonge on peut penser que oui à condition qu'il le soit à outrance !

Amicalement
Revenir en haut
gorenflo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim Nov 23 2008, 21:31    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonsoir Ledérangeur,
Bonsoir à tous,

S'il y a un point sur lequel je suis d'accord avec vous c'est bien sur celui de la frilosité de tout ce beau monde, c'est à dire, notamment Sébeille et Périès, à l'endroit de la famille Dominici. A partir du moment où la police est convaincue qu'une affaire criminelle trouve son origine dans une famille bien déterminée et qu'elle a la démonstration que tous ces gens mentent, on se demande bien pourquoi il n'y a pas eu des gardes à vue prononcées contre tout le monde, y compris la vieille Marie. A l'époque c'était plus facile qu'aujourd'hui puisque de simples témoins pouvaient être placés en garde à vue, pour les nécessités de l'enquête.

Seulement voilà, à partir de l'offensive de novembre 53, de la dénonciation de Gustave confortée par celle de Clovis, on se contente d'aveux bidon de Gaston. Car les aveux de Gaston ne tiennent pas la route sur plusieurs points, à commencer par le mobile, la grotesque histoire de séduction de lady Anne. Si toute la famille avait été placée en garde à vue, en prenant un soin extrême à ce que personne ne puisse communiquer, on aurait peut-être fini par obtenir des aveux de plusieurs personnes, et on aurait pu recouper.

Quant à Chenevier, il ne s'agit pas de dire qu'il a été parfait. Simplement, il est bien évident que pour lui, la tâche était beaucoup plus compliquée. Reprendre une enquête en juillet 1955, auprès des différents témoins, c'est-à-dire 3 ans après les faits, ce n'est pas l'idéal. Et quand Chenevier dénonce certains manquements comme l'histoire du pantalon on ne peut quand même pas lui donner tort. Aurait-il fait mieux ? Ca c'est une autre question à laquelle je ne prendrai pas le risque de répondre.

Mais le commentaire d'un journaliste mérite d'être retenu : "Un crime maladroitement commis, une enquête maladroitement menée, un procès maladroitement conduit, un accusé maladroitement jugé".

Cordialement.
Revenir en haut
Bonanza


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 486
Localisation: PACA
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Nov 24 2008, 08:51    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonjour à tous.


Je pense que l'on est bien obligé d'opposer les compétences de l'un aux incompétences de l'autre, pour expliquer un tel désastre.

Ce qu'il faut bien se rendre compte c'est que Sébeille a eu mille fois l'occasion de coincer les Dominici et ne l'a pas fait!

Faut-il dire que ça se serait passé de la même façon avec Chenevier?

Je ne crois pas.

D'autant plus que Péries était plus maléable que Carrias.

Un seul exemple : Supposons que ce soit Chenevier qui arrive à 13h30 sur les lieux du crime et que l'un de ses inspecteurs lui fasse remarquer l'histoire des 2 pantalons,

à coup sûr, il aurait pris au sérieux cette anomilie, et apres analyse, s'il y avait du sang, arrestations en série dans la même semaine et si les pantalons n'étaient pas tâchés de sang mais de boue,

plus que certain qu'il aurait compris que les Dominici, apres réflexion, ont cherché en vain de récuperer l'arme jettée dans la Durance!


Salutations.
Revenir en haut
Nicolas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun Nov 24 2008, 09:09    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

rr

Dernière édition par Nicolas le Lun Nov 24 2008, 22:14; édité 3 fois
Revenir en haut
Lederangeur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 331
Localisation: Moscou
Masculin
Point(s): 331
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Nov 24 2008, 16:59    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête. Répondre en citant

Bonsoir à tous,

Bonsoir Bonanza, si tu me lis?
As tu des soucis pour poster? ou tout marche???

Merci!
Amitié
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:43    Sujet du message: Chenevier et sa contre enquête.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> La contre enquête -> Le commissaire Chenevier reprend l'enquête Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
Page 2 sur 4

 
Sauter vers:  

Galerie photos | Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com