Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum Affaire Dominici - Triple crime de Lurs
Discussions sur l'affaire criminelle de Lurs. Août 1952, 3 cadavres de touristes Anglais gisent aux alentours de la Grand Terre, la ferme des Dominici.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires...
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les constatations -> Sur les lieux, les enquêteurs procèdent aux premières constatations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 437
Masculin
Point(s): 487
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Sam Fév 28 2009, 20:56    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

Bonjour,


l'intérêt de cette démonstration si je puis dire, peut s'avérer riche en perspectives, avec l'aide de tous, bien sûr avec une marge d'erreur à 50/50.


Dans l'ignorance de la position exacte des sandales, mais prenant en compte toutefois que le porteur se trouvait sur le sentier dans un sens ou dans l'autre, nous pouvons essayer de déterminer les gestes et la raison.


Il a été écrit que le fait d'amener ces objets en partant de la voiture ne rimait à rien, surtout par les défunts, et ne pouvait pas non plus être destiné à leurrer les enquêteurs, à moins que ce ne fût pour être comme dans l'air du temps, un piège à ....... , bien avant 68 en quelque sorte.


Si ces objets n'ont pas été amenés par des mains à un endroit quelconque, il ne reste que l'idée que les sandales le furent par les pieds d'une des deux Anglaises.


A priori, nous pouvons  supposer une utilisation par la jeune fille, et ne pas retenir la thèse officielle difficilement soutenable d'un parcours sans écorchures.
Tenons compte que la maman découverte pieds nus n'a pas fait l'objet d'un PV particulier en ce sens, ni dans les rapports d'autopsies.
C'est donc qu'elle non plus n'a pas effectué un très grand nombre de pas dans le périmètre du drame qui ait pu occasionner des meurtrissures sous ses pieds.


En fait oui ,"elle est tombée là sans souffrir ", et  surtout pas des voûtes plantaires.
Nous avons donc deux personnes, dont les pieds ne révèlent aucune trace et une seule paire de sandales d'adulte qui se retrouvent à quelques mètres de la maman. Et ce, en dehors du bivouac en direction du pont ou du talus.
Si l'épouse n'était pas chaussée au moment du drame, c'est qu'elle devait se trouver allongée à son tout début.


Les objets assemblés sur le sentier hors bivouac ne pourraient provenir que de l'endroit où la jeune fille aurait été assommée dans un premier temps, après le meurtre de ses parents. En quelque endroit que ce fût hors campement.
 
                                                 ------------------------------- 


Réaction du Patriarche lorsqu'il apprend le drame ou feint de l'apprendre: 
"Où, où au bout du champs ?
Question normale de quelqu'un qui sait où, mais qui questionne devant la galerie. Tous les menteurs utilisent ce subterfuge.


Dès la fin du procès, dans un premier temps il accuse en autres, et témoigne avoir vu son petit-fils transporter le corps de la fillette " ... venant du ravin, et allant au talus ". C'est donc qu'il ne l'a pas frappée au talus.
Puis il se rétracte en partie devant le second Commissaire et ses avocats : " Non je ne peux pas dire que j'ai vu, cela me sauverait, mais je perds mon âme ".
Ce déplacement du corps il le devine sans l'avoir vu, pour la simple raison qu'en le découvrant le matin en présence des autorités, il sait qu'il n'a pas laissé la victime derrière le talus dans cet état, mais à l'endroit  où il l'aurait assommée d'un seul coup de carabine à la tête.


Qui donc aurait amené l'enfant vivante au talus?
Qui aurait pu apporter et déposer ces objets en direction de l'automobile aussitôt après l'action ou plus tard.
Tout porte à croire, que ce sont ceux qui étaient dans la luzerne, qui ont accourus dès le début de l'algarade et des coups de feux.
Et nous pourrions même y adjoindre d'autres personnes de la ferme, plus tardivement.
Comment admettre que les autres occupantes de la ferme auraient pu rester  cloîtrées après un pareil drame sans bouger d'un iota de leur lit.


Revenons au début du drame, échafaudons :


Les deux " témoins " de base les plus cités par tous ne peuvent que constater les faits sur place, devant un Père probablement dans un état second, choqué, "bourré comme une barrique", c'est lui qui l'avoue. Ils  n'ont qu'une alternative, celle de le prier de rentrer à la ferme avant d'analyser la situation.
Un des premiers réflexes élémentaires serait de désarmer le bonhomme. Donc la carabine changerait de main.


C'est ce tour de passe passe qui inverse les rôles dans l'assassinat de la gamine, contrairement à ses aveux. Revenir vers la route avec la petite ? Non car trop risqué, plutôt vers le talus parce que probablement plus près .
A cet instant précis, la carabine n'est pas et ne peux pas être brisée pour la suite des événements .


Qui à pris la décision de l'achever ?
Quoi qu'il en soit ce fut fait et la carabine se rompit en morceaux laissant une esquille sur le sol, canon et crosse furent jetés dans la rivière lors du retour à la ferme.


Le Fils, dans la cour de la GT rencontre son Père tournant en rond comme étant saoul. Il l'a vu, non pas en  descendant de sa chambre comme il l'a prétendu au cours d'un interrogatoire, mais en revenant du bivouac.


 Objectivement, à charge ou à décharge, un fait est admis par tous :  lors de la reconstitution après ses aveux, le Patriarche ne pouvait qu'abonder dans le sens des constatations, lui même ayant participé au plus près ainsi que sa famille aux investigations de l'enquête.


Il ressort néanmoins à l'issue du procès :


Que le Grand-Père ignore de qui, et exactement dans les détails comment la fillette a pu recevoir plusieurs coups de crosse, lui qui prétend n'en avoir asséné qu'un seul.
Que son état d' hébétude constaté par le docteur dans la cuisine, peut se comprendre au regard des blessures infligées, et qu'il puisse se poser des questions sur ce qu'il a réellement pu faire la veille.


Qu' il exécute le geste de recouvrir le corps de l'Anglais.
(Or il  a été démontré dans un post récent son impossibilité horaire.
Ce qui prouve que des faits postérieurs au crime des parents lui échappe)


Qu'il désigne l'endroit où l'arme a été jetée. Pouvait il montrer un autre lieu ?
Tout le monde savait depuis le 5 Août où l'arme avait été découverte.
D'autres faisceaux d'indices sont encore à décrypter...


Cordialement


ORYX
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam Fév 28 2009, 20:56    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lederangeur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 331
Localisation: Moscou
Masculin
Point(s): 331
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mar Mar 3 2009, 15:35    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

oryx a écrit:



A priori, nous pouvons  supposer une utilisation par la jeune fille, et ne pas retenir la thèse officielle difficilement soutenable d'un parcours sans écorchures.
Tenons compte que la maman découverte pieds nus n'a pas fait l'objet d'un PV particulier en ce sens, ni dans les rapports d'autopsies.
C'est donc qu'elle non plus n'a pas effectué un très grand nombre de pas dans le périmètre du drame qui ait pu occasionner des meurtrissures sous ses pieds.


En fait oui ,"elle est tombée là sans souffrir ", et  surtout pas des voûtes plantaires.
Nous avons donc deux personnes, dont les pieds ne révèlent aucune trace et une seule paire de sandales d'adulte qui se retrouvent à quelques mètres de la maman. Et ce, en dehors du bivouac en direction du pont ou du talus.
Si l'épouse n'était pas chaussée au moment du drame, c'est qu'elle devait se trouver allongée à son tout début.







Bonjour à tous,Bonjour Oryx,


Certes, mais pour en revenir à la thèse officielle, celle ci a cautionné le fait que:

Gaston est saisi à la gorge par le redoutable Jack Drummond, Gaston se " défend " et abat l'homme, et ce, en le poursuivant jusque de l'autre côté de la RN96.
Ainis, nous avons donc une femme couchée, son mari qui lutte avec Gaston, sa fillette est donc en danger, et la thèse officielle retient que Lady Ann était couchée et ne soit pas levée.

En fait, nous avons donc une femme dont le mari se fait abattre sous ses yeux, poursuivi par l'assassin, et donc, cette même femme, demeure tranquillement couchée, et ne réagit à rien!
Voici ce que retient le thèse officielle appuyée par des expertises légales, lesquelles feraient rire tous les chevaux de la cavalerie Napoléonienne, et dieu sait si ceux ci étaient nombreux.

Gaston a dit " La femme est tombée là, elle n'a pas souffert! "

Je crois que le fait que Jack Drummond ait été abattu en premier en prend un sacré coup dans l'aile.
Car il est impossible que l'épouse de Jack Drummond soit restée couchée pendant que son mari lutte près de la Hillman, ( Si on se réfère au morceau d'aponévrose trouvé sur le pare choc ) , que celui ci soit poursuivi et abattu de l'autre côté de la route, et qu'elle reste couchée au lieu de se lever et tenter de se sauver elle, et sa fillette de 10 ans. Alors qu'elle aurait eu le temps de se lever 100 fois.

En toute logique, ça ne tient pas la route une seule seconde.

Ann Drummond non blessée sous les pieds, en effet, et merci Oryx de l'avoir souligné, cela veut bien dire qu'elle n'a pas eu le temps de courir ou se de mouvoir.
Les éléments potent plutôt à croire que c'est bien Lady Ann qui a été abattue la première, près de la Hillman, et que son mari soit ensuite venu à son secours, et c'est peut être là et à ce moment qu'il y a pu avoir lutte.  Si on peut appeler ça une lutte.
Gaston en épousant la thèse officielle qui fait de Jack Drummond un homme qui se rue sur le patriarche, cherchait à amoindrir la portée de ses actes et en fait, Gaston devenait celui qui se défendait contre un mari jaloux.  C'est dire si c'est crédible avec les éléments dont nous disposons.

Ann abattue la première, Gaston en le reconnaissant, ne pouvait avoir aucun espoir d'indulgence de la part des jurés et il devait bien le savoir.

Minimisant sans cesse ses actes:

 " Le mari m'a pris à la gorge, le coup de feu est parti accidentellement "

 " Pour l'enfant un seul coup a suffit "

 " La femme a pas souffert "

( Gaston réduit aussi le nombre de tirs en ce qui concerne la femme.)

Le patriarche ne cherche qu'à minimiser les faits, sans cesse.


Bref, je crois que la thèse officielle est sans doute très loin de la vérité.
Et celle ci a bien arrangé l'assassin, d'ailleurs, il y croyait le Gaston, il y croyait tellement que lorsqu'il a entendu le verdict " Coupable et condamnation à mort " il était bien étonné, car il était certain que le verdict serait clément.
Tellement, il croyait que d'avoir arrondi les angles allait le servir et ainsi, bénéficier de la clémence des jurés.
Heureusement, ils n'ont pas été dupes.


Que quelque chose ait échappé à Gaston, c'est possible, mais alors, ce ne doit pas être très important, car en fin de compte, à 5h du matin, il est difficile de croire à un départ du patriarche avec ses chèvres, sans même se soucier des suites de la tragédie de la nuit, ( Tragédie pour les Drummond seulement )  ou que celui ci laisse Gustave en qui il n'a pas confiance gérer seul la situation, or, à 5h, l'enfant serait déjà sur le talus.

A mon avis, mais je peux être totalement dans l'erreur, à 5h, deux personnages au minimum, et peut être trois, sont bien ensemble, et décident de la marche à suivre, à commencer par inventer un " faux départ du patriarche " à 4h 4h30 avec ses chèvres..



Cordialement.............
Revenir en haut
Lederangeur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 331
Localisation: Moscou
Masculin
Point(s): 331
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Ven Mar 6 2009, 23:02    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

Bonjour à tous,


Les affaires éparpillées ici et là, les banquettes arrières arrachées, des objets disséminés.
Certains dans un désordre le plus total, et d'autres, comme ces sandales et ce coussin qui eux, semblent avoir été traités avec soin.


Dans l'hypothèse ou l'enlèvement des corps était planifié, ont peut aussi imaginer que tout le remue menage qui semble t'il a duré toute la nuit, peut avoir deux causes bien légitimes suite aux projets échafaudés.


Deux causes semblent donc apparaître:

1- Le sort de l'enfant entre 1h10' et 5h 5h30.
2- L'enlèvement des corps.


Commencé tardivement, et pour ce " nettoyage " veuillez pardonnez le terme, il a fallu peut être vider le véhicule de ce qu'il contenait, arracher les éléments de la banquettes arrière, afin de disposer de place pour y charger les corps. En ce cas alors, cela implique le déplacement de la Hillman, et que donc, tout devait disparaître, véhicule et corps ( des parents ).

Finalement, ce projet est abandonné pour X raison. Laquelle? Elles peuvent être multiples, c'est pour cela que je mets " X "....

Ainsi, si l'on veut faire de la place dans le véhicule on retire de l'intérieur ce qu'il contient, on arrache les banquettes arrières, et on groupe les objets divers et affaires à l'abri des regards.
Seulement voilà, le projet abandonné, le fait de laisser ces affaires rangées et groupées pourrait éveiller très vite les soupçons, car alors, EXIT le passage de rôdeurs qui auraient commis un vol qui aurait mal tourné. Des voleurs et assassins de passage ne rassembleraient pas des affaires de cette manière et ne les dissimuleraient pas dans les alentours immédiats.
Il faut donc donner le change.

Ce qui veut simplement dire que l'on récupère ces affaires diverses, et que dans la panique la plus absolue, on les rapproche du véhicule, en les éparpillant , faisant croire à un pillage sauvage.
Et il arrive ce qui peut arriver dans un pareil cas, on en " oublie" et pourquoi pas une paire de sandales et un coussin par exemple?

L'urgence était sans doute de faire disparaître les corps, soit avec la Hillman, soit par un autre moyen.
On peut même envisager que le départ de la Hillman était prévu , puis pour une raison quelconque, un autre moyen a été envisagé, avec sans doute, et même dans les deux cas d'ailleurs, une aide extérieure.

Il est évident que si les corps avaient été enlevés du campement, il y a gros à parier qu'ensuite, avec la tête plus froide, on aurait terminé le nettoyage des lieux en faisant aussi disparaître les objets divers groupés et cachés non loin de là.

Et que donc, peut être, je dis bien peut être, que lorsque les déménageurs nocturnes en cette nuit d'Août 1952 étaient occupés à cette tâche, peut être ont t'ils tout simplement " oubliés "  quelques objets.

Si je ne me trompe, n'y avait t'il pas une pièce de monnaie retrouvée aussi entre le campement et le sentier qui conduit au pont?
Or, d'où peut tomber une pièce de monnaie?
Soit d'un sac, ou de la poche d'un vêtement.........Ou de la poche d'un corps que l'on transporte, mais l'enfant était en pyjama, mais au fait, cette enfant était t'elle aussi en pyjama quand celle ci a été " récupérée "?  Car tout de même, sans revenir à l'étrangeté de la chose, on ne peut soustraire cette " propreté " étonnante d'un pyjama porté par une enfant qui a été frappée une fois, qui a couru 80m et coupant au travers des herbes comme l'a dit Gaston Dominici, puis tombe à genoux et est achevée sur la talus alors qu"'elle supplie son bourreau  ( thèse officielle )

Et oui! Une fois de plus c'est la thèse officielle qui se défile devant une question pourtant incontournable.


Il semble bien que cette nuit tragique ait vu de nombreuses allées et venues, mais surtout de nombreux déplacements d'objets divers.
La présence d'un élément de la banquette arrière à plus de 7m du véhicule est étrange non?  7m.
Si l'unique but était de le soustraire du véhicule sans vouloir le dissimuler, pourquoi donc compliquer la chose et se fatiguer davantage en allant le déposer à plus de 7m?
Et quand on sait qu'une jambe de Lady Ann reposait en partie sur cet élément, il y a de quoi se poser encore et encore des questions.

Déja, ceci prouve que l'élément a bel et bien été déplacé en premier.

De toutes manières, si aucune certitude de plus ne peut jaillir, et ne jaillira à l'avenir dans cette affaire, il y en a tout de même une qui rayonne par dessus toutes celles connues et établies. Cette certitude, c'est que toutes les difficultés pour comprendre les détails et le déroulement de cette nuit dramatique sont nées par l'adoption de la thèse Gastonienne retenue par les responsables divers quelqu'ils soient. Je dis bien tous!

Et pardonnez moi, mais j'en reviens à Bousquet.

Il suffit de bien relire les différentes phases du procès.

Maintes fois Gaston a scié la branche sur laquelle il se trouvait, le président Bousquet avec un léger souffle le faisait tomber comme il le voulait et quand il le voulait.
Mais il n'en a rien fait.. Bousquet n'a rien perçu.... Et c'était lui, hélas, le président d'assises.

Un exemple parmi des dizaines d'autres:

" Dis le toi Marie, dis le que mon pantalon n'était pas tâché de sang que je suis rentré "

Et Bousquet à ce moment là est dans la lune, et ne demande pas à Gaston

 " Mais d'où rentriez vous Gaston Dominici? Vous qui prétendez vous sacrifier pour un autre, d'où veniez vous?"

Gaston n'arrêtait pas de dire qu'il ne s'était même pas levé, et voici que là, il avour être "rentré" et Bousquet ne réagit pas.

Les bourdes de Gaston sont multiples, et il n'y a pas meilleur et pire  accusateur de Gaston que Gaston lui même, et c'est pitoyable de voir un président d'assises "rater " ou gaspiller les nombreuses occasions qu'il avait de coincer le vieux. Il n'a rien exploité Bousquet, rien!

Bousquet porte une très lourde responsabilité, et même là, Gaston a eu de la chance.
Bousquet n'avait pas la  trempe, n'avait pas la carrure pour présider aux assises.

Chenevier par la suite a été plus que " mou " aussi de son côté, n'en  déplaise à ses admirateurs.
Il n'a rien apporté Chenevier.. Rien du tout....... Le juge Carrias n'était pas aux Baumettes pour gêner Chenevier quand il interrogeait le patriarche, et quand ont lit l'"échange verbal entre le super inspecteur et le condamné, on se dit que Chenevier était pas du tout à la hauteur, c'est Gaston qui une fois de plus manipulait et jouait le marionnettiste.



Et on a beau dire, Edmond Sebeille seul semblait connaître le vieux mieux que quiconque. Il avait repéré très vite la puissance de roublardise du patriarche, ses rouries et son pouvoir de manipulation.
 15 mois de duel, mais malgré ses erreurs et lacunes, Sebeille au moins n'était pas tombé dans le panneau du vieux.
Dommage cependant qu'il n'ait pas cherché au delà des aveux de Gaston, lesquels laissaient derrière eux, trop de questions restées sans réponses.


Cordialement.............
Revenir en haut
Bonanza


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 486
Localisation: PACA
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Sam Mar 7 2009, 08:53    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

Bonjour à tous;

Salut Lederangeur.


Ton post, comme d'habitude, est super!

Je suis d'accord avec toi pour l'essentiel.

Toutefois, 2 petits bémols au sujet de Bousquet et Chenevier!

* Bousquet :

Depuis bien longtemps il était au courant du manége des Dominici et ne voulait absolument pas tomber

dans le piege engendré par les mensonges, aveux et rétractations.

Le procés n'était pas là pour faire jaillir la totale vérité sur l'affaire.

Sébeille et Péries  avaient amené un dossier, et il avait compris qu'il fallait en rester là!

Toute dérive aurait entrainé un report du procés, et même une annulation, et il en était absolument pas question.

Repartir à zéro, quel affront pour la police et la justice!

On tenait le vieux, il fallait le juger, le condamner, impératf, ( affirmatif comme dirait Gainsbard )! 


* Chenevier :

Son dossier tenait aussi bien la route que celui de Périés, sinon mieux!

Si tout a fini en queue de poisson, c'est bien grâce, à cause du Juge Carrias qui lui aussi ne devait pas faire

du zéle, au risque de ridiculariser la Justice!

Encore une fois, il fallait qu'on en resta là!


Je peux me tromper, mais à force de tourner et de retourner cette affaire, c'est mon intime conviction!


Salutations.

Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Sam Mar 7 2009, 21:50    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

Bonsoir à tous

Citation:
Il a été écrit que le fait d'amener ces objets en partant de la voiture ne rimait à rien, surtout par les défunts, et ne pouvait pas non plus être destiné à leurrer les enquêteurs, à moins que ce ne fût pour être comme dans l'air du temps, un piège à ....... , bien avant 68 en quelque sorte.

Si ces objets n'ont pas été amenés par des mains à un endroit quelconque, il ne reste que l'idée que les sandales le furent par les pieds d'une des deux Anglaises

 

Je suis en parti d'accord avec l'encard ci dessus.
Avec quelques réserves sur la derniere phrase.

On suppose sur le forum que ces sandales ont été perdu en courant, possible, mais perdre simultanément les 2 sandales très précisement au meme moment et tres précisement au meme moment me surprend.
Perdre une premiere sandale, puis la deuxieme quelques metres plus loin, semblerait plus logique..
Dans ce cas de figure, on doit en déduire qu'une tierce personne, les a plus tard regroupé et dissimulé sous le coussin.
Mais alors pourquoi les cacher, je ne trouve rien de compromettant dans le fait de laisser 2 sandales visibles et distantes sur le sentier.
En résumé , cela ne colle pas. Bien entendu, à mon humble avis.

Pourtant ces sacrés sandales sont bien  cet endroit !


Alors, je me pose la question suivante, Lady Ann et Elisabeth, ne se reposaient elles pas à cet endroit là.

Un indice pourrait le laisser penser.
Delclite et un autre témoin rapporte avoir vu pres de la voiture un amas de couverture, mais point de dormeur 
L'amas de couverture est certainement le tas de couverture placé sur le lit de camp resté contre l'Hillman.
Hors s'ils sont arrivés à voir ce lit de camp, ils auraient du voir l'autre lit de camp occupé et ce d'autant plus facilemnt car moins caché par la voiture.

Dormir quelques metres  plus loin, devait etre plus tranquille et plus intime que la proximité immediate de la route, et aussi moins susceptible d'etre
dérangé par les phares des voitures .

On peut envisager la présence du morceau  à cet endroit là de la banquette trouvé sous la jambe d'AD.
Cette banquette ayant seri de lit à ED. Banquette dépalcé plus tard par Gustave.

Si AD et ED ont dormi à cet endroit, il est normal qu' AD est déposé ses sandales là, au pied du "lit".


Le campement d'AD et ED étant relativement éloigné, un "maraudeur(s) "  a peut etre tenté un discret fric frac dans l'Hillman, ignorant que JD s'etait éloigné pour uriner. 

Cette tentative de vol etant l'origine des crimes

Bien entendu, supposition, supposition
Cordialement

Revenir en haut
Bonanza


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 486
Localisation: PACA
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Dim Mar 8 2009, 05:56    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

Bonjour à tous.

Bonjour Dixlouca.






Citation:
Si AD et ED ont dormi à cet endroit, il est normal qu' AD est déposé ses sandales là, au pied du "lit".




Voila une nouvelle piste inédite qui expliquerait beaucoup de bizareries non résolues dans cette affaire.


Il faut derouler le film depuis le début de l'arrivée des Drummond sur le campement, en tenant compte de cette possibilité, 

et voir si tous les éléments se marient bien entre eux.

Si tout cela venait à fonctionner, alors, on aura avancé d'un grand pas!


Salutations.
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 437
Masculin
Point(s): 487
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Dim Mar 8 2009, 12:03    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

Bonjour ,
Nous constatons qu'un lit de camp n'a pas été utilisé pour un couchage .
Que dans la mesure où les deux adultes se soient couchés,l'un nécessairement s'est allongé au sol sur une couverture .
-  Une couverture a été retrouvée sous la mère.
-  Qu' autre couverture recouvrait son corps .
-  Un coussin de la Hillman en partie sous sa jambe .
-   Des munitions à proximité de sa tête là ou elle fut découverte par la Gendarmerie .
- Qu' il est tout à fait logique bien sûr que les sandales puissent dans un premier temps se trouver à côté de l'épouse vu l' absence d'écorchures .


Nous pouvons en déduire que cette femme a été assassinée à cet endroit si cela est .
Ce qui donne a penser qu'elle a été déplacée 2 fois ( hypothèse évoquée dans le dernier livre paru sur l'affaire) .
La première fois dans la nuit après le crime,ce qui a été constaté le matin par les cheminots .
La deuxième fois le matin constaté par le campeur de Ganagobie .


Ce qui contrarie les constatations des Gendarmes dans le premier rapport avant que les lieux ne soient piétinés :  Une absence de lutte et de foulage  des hautes herbes .


En fait on ne sait pas où ils se sont couchés ,si ils étaient couchés, ce qui est certain c'est qu'ils s'apprêtaient a le faire .


Cordialement
Oryx 

Revenir en haut
Lederangeur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 331
Localisation: Moscou
Masculin
Point(s): 331
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Mar 9 2009, 21:55    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

Bonjour à tous,

Et Merci à oryx pour ses déductions prenant en compte les éléments matériels, il faut le reconnaître, c'est un régal.
Et nous en redemandons. 



Je pense qu'un homme n'est pas insomniaque sans raisons.
Même si l'insomnie est parfois une pathologie, reconnue donc comme un trouble du sommeil, celui ci est toujours motivé par une raison précise, ou plutôt prend racine sur quelque chose.
Dépression, maladie psychologique, et même maladie physique, etc, etc.
On sait que Jack Drummond n'était pas du tout reconnu comme un homme "perturbé"..Il en était même tout à fait le contraire...
Exit donc la dépression ou autres pathologies.

Un témoin aperçoit aux alentours de minuit un homme qui regarde à l'intérieur de la voiture,
Un autre témoin, un peu avant, aux environs de 23:15' aperçoit un homme assis à l'arrière de la Hillman.

A ce moment là, la tuerie n'a pas encore eu lieu.
On imagine donc que cet homme assis ainsi pouvait être Jack Drummond.

la question est:  Si Ann Drummond et la fillette sont à quelques mètres du véhicule, sur un lit de camp ou à proximité immédiate de ce dernier, pourquoi l'homme qui les accompagne et partage leur condition en cette nuit d'Août aurait des réticences à ne pas installer son lit de camp auprès d'elles, et pourquoi cet homme se tiendrait ainsi, c'est à dire si près de son véhicule, au point même qu'il est aperçu assis à l'arrière aux environs de 23:15?

Y a t'il eu une alerte?
Y a t'il eu quelque chose qui rend cet homme soucieux, inquiet, et qui, au lieu d'aller s'installer tranquillement avec les siens et profiter d'une belle nuit d'été en Provence, préfère rester à proximité immédiate du véhicule comme pour éventuellement réagir et précipiter un départ en cas d'une menace?

Quelle pouvait en être la raison?
Pourquoi cet homme est aperçu ainsi, assis, à l'arrière de la voiture?
Certes, d'autres explications peuvent être aussi trouvées, explorées, mais y en a t'il tant que ça? Je ne le pense pas.

Il semblerait que quelque chose rendait J. Drummond inquiet, préférant laisser se reposer sa petite famille, et lui, de son côté, semble être en alerte.
N'oublions pas que les Drummond étaient partis tôt, qu'ils avaient fait de la route, et que certainement, Jack Drummond devait lui aussi ressentir le besoin de se reposer.......
Or, tel qu'il est aperçu, assis à l'arrière de la Hillman, n'évoque pas un homme en quête de repos, mais plutôt un homme préoccupé.

Qu'a t'il donc pu se passer?
On sait aussi que 23h pour un du clan, et 23h30 pour d'autres, sont les horaires relevés soigneusement par les protagonistes pour souligner le passage d'un side-car.
Il tombe à pic ce side-car..
Et je le redis, les Dominici n'avaient pour seuls soucis en cette nuit du 4 au 5 Août 1952, que le fait de relever sans cesse l'heure.......
Et oui!
Tout est relevé avec précision...... N'importe qui dirait que c'est " trop" et que tant de précisions horaires, aussi précises, ne peuvent être que la suite logique d'un plan bien échafaudé et bien concocté. Et bien appris et récité . Mais qui peut encore en douter?


Juste une remarque à ce propos et pour en revenir à la thèse "officielle " ..

En fin de journée du 4 Août, Gustave dit avoir vu à 20h30' ou 20h40' les Anglaises qui ne se gênaient pas et se déshabillaient .

Nous connaissons tous sa remarque à ce sujet: " Elles ne se gênent pas celles là "




Qui va encore croire qu'en plein mois de Juillet, alors que les journées sont longues et chaudes, que ces touristes sont en vacances et sont à proximité de la Durance, entourés d'un joli paysage, et bien, qui va croire que ces 3 Anglais dès 20h30 et des poussières, ce qui est plus que " tôt " vu la saison et les circonstances, vont se mettre en pyjama alors que la nuit est pas encore là, et qu'il y a tout de même dans leur environnement, des lieux à visiter, je parle de l'environnement immédiat.
Vous voyez en ce cas une mère de famille avec une enfant de 10 ans, se mettre en pyjama dès 20h30?
Ca ne tient pas la route....


Non, je ne pense pas qu'Elisabeth âgée de 10ans devait être mise au lit dès 20h30....Ni même à 20:40' et encore moins à 21:00.!

Cordialement...........
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 437
Masculin
Point(s): 487
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Mar Mar 10 2009, 21:50    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

Bonsoir ,


Les tentatives de réponses que l'on peut apporter aux questions en cours peuvent avec réserve trouver la plupart du temps une solution non seulement à notre comportement global, mais aussi aux gestes courants de la vie en pareille situation, et en tenant  compte de la singularité de l' individu.


Les certitudes bien qu'antinomiques aux probabilités, se rapprochent néanmoins quand celles-ci dépassent un seuil majoritaire d'acceptabilité.
Sinon, pourquoi poursuivre dans une recherche sans fin, si la "quasi certitude" n'est pas prise en considération dans le développement et le début d'une édification évolutive.


Nous sommes d' accord, l'insomnie sans relever de la pathologie, peut être due au conditionnel dans le cas qui nous occupe à de l'inquiétude, remarques désobligeantes, incident mineur, soucis professionnel, élaboration d'une thèse en cours pour notre Biologiste (nombreuses lettres manuscrites non traduites par la PJ découvertes dans le véhicule, certaines personnes ne savent pas faire la coupure en congés, envie de fumer des Gauloises - retrouvées dans le véhicule sauf erreur sur la marque).
Ou simplement, ne rions pas svp, un dérangement causé par des moustiques (*).
Nous avons le témoignage a ce sujet d'un docteur qui a séjourné en ces lieux.


Dans le périmètre restreint de l'aire recouverte de graviers, j'estime que l'homme aperçu assis en arrière de l'auto à proximité non définie avec exactitude, à l'heure dite, correspond à un individu qui ne peut être que l' Anglais.
Que peut  faire, ou quelles sont les motivations  d'une personne assise la nuit qui  bivouaque en bordure de route?
Soit elle se repose
Soit elle n'en a pas envie de dormir
Soit elle attend l'heure  passer (il y en a)
Soit elle compte les autos à la place des moutons (il y en a aussi)
Soit elle veille sans trop d'inquiétude (sinon elle serait partie), des suites éventuelles d'un incident mineur.
Elle n'a en outre, aucune obligation de se tenir ou de partager une proximité immédiate avec le reste de sa famille présente ou pas sur ces lieux.


La présence d'un rôdeur entre autre, à mon avis est a exclure. Le témoignage en question décrit un homme assis et non accroupi, ou alors les mots n'ont plus de sens.
Le deuxième témoignage évoque la présence d'un homme regardant à l'intérieur du véhicule qui ne peut qu' induire que se soit le même homme.


En accord avec ces propositions, cela permettrait d'associer deux témoignages non expliqués que nous tiendrions pour acquis, et nous occuper des autres si insignifiants soient-ils.


D' autre part, nous sommes en concordance. Vouloir prendre pour argent comptant les horaires ou déclarations des protagonistes directs, est aléatoire, fluctuant, adapté aux circonstances dans le temps, et ne sert que leurs intérêts au fur et à mesure du déroulement de l'enquête.


Tout de même, les réfuter en bloc nous amènerait à ne cogiter que sur les faits constatés, et en matière de preuves matérielles hormis la carabine et les munitions,  il y a peu de preuves palpables, irréfutables. Il n'y qu' a constater sur le bureau du greffe la rareté des pièces à convictions. Heureusement qu'une bécane sans guidon est venue grossir les saisies.
L' aponévrose dans un bocal chez le légiste décédé prématurément avant le procès aurait pu agrémenter le tableau; le commissaire écrit la détenir dans une boîte d'allumette? Boutade? vérité?....


L'éclat de crosse n'est que la confirmation de la carabine utilisée pour achever la fillette, mais ne désigne pas son propriétaire, les munitions récupérées nous ramènent à la carabine sans plus, mais ne désignent en aucun cas son utilisateur.
Il ne nous reste que des mots, des phrases, souvent inexactes, tronquées par les différents auteurs en toute bonne foi, ou par partialité.
Alors il nous faut faire avec.... dans tout mensonge il y a une part de vérité.


Cordialement
Oryx


*Heureusement, immunisé, quelle chance !! je n'ai pas ce genre de désagrément

Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mar Mar 10 2009, 22:28    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

Bonsoir à tous

Bonsoir Oryx

Je partage l'opinion de Ledérangeur, c'est un régal de vous lire.

Vous écrivez :
Soit elle se repose
Soit elle n'en a pas envie de dormir
Soit elle attend l'heure  passer (il y en a)
Soit elle compte les autos à la place des moutons (il y en a aussi)
Soit elle veille sans trop d'inquiétude (sinon elle serait partie), des suites éventuelles d'un incident mineur.


Pour moi, ces 5 suppositions peuvent etre cumulatives .

La 5° est tres interressante
Soit elle veille sans trop d'inquiétude (sinon elle serait partie), des suites éventuelles d'un incident mineur.

Cordialement
Revenir en haut
Bonanza


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 486
Localisation: PACA
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer Mar 11 2009, 05:23    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

Bonjour à tous.

Salut Lederangeur.

Bonjour Dixlouca.

Bonjour Oryx.


En effet, quel plaisir de lire des posts aussi interressants!






Citation:
En fait on ne sait pas où ils se sont couchés ,si ils étaient couchés, ce qui est certain c'est qu'ils s'apprêtaient a le faire .


Je suis bien souvent en accord avec Oryx, mais dans ce cas précis, petit désaccord!

Personnellement, j'ai toujours pensé que " leur nuit " était terminée,

avant même qu'elle n'avait commencé,

et qu'ils étaient plutôt sur le point de lever le camp!


Salutations.
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 437
Masculin
Point(s): 487
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Jeu Mar 12 2009, 12:51    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

Bonjour au forum,


Bonjour Dixlouca , 
Bonjour Bonanza ,


Vos suggestions sont justifiées et  méritent par la réflexion de poursuivre un cheminement permettant  d'insérer au plus près les horaires auxquels nous pouvons nous référer.
Bien que sans rapport immédiat avec ce chapitre par l'exemple ci-dessous,nous avons des difficultés avec des horaires ou des éléments erronés.
                                           _______________________


Il existe deux croquis des lieux du drame dessinés par la Gendarmerie.
Un dessiné le matin même.
Un autre après coup croqué par le capitaine des gendarmes ; " Etude sur la représentation des ombres portées par la pleine lune à l'heure des faits " .
  
Nous constatons que la direction du Nord est différente.
  
Pas très important pour la suite des investigations, juste un vice de forme exploitable pour la Défense éventuellement aux Assises.
Encore que, pour se déplacer avec une fausse carte, si vous deviez vous rendre à Lille vous risqueriez de vous retrouvez du côté de Cherbourg, sans compter d'autres paramètres qui seraient erronés.


Néanmoins ,en observant le croquis N° 2, nous nous apercevons que le corps de l'épouse gisait dans une zone d'ombre projetée par le mûrier au moment des coups de feux.


Toujours dans l'hypothèse où nous pourrions admettre qu'il s'agisse du corps découvert à cet endroit dans l'ombre au moment du crime;  la lune en se déplaçant  aurait pu le rendre plus visible, ce qui aurait pu obliger le déplacement du corps en direction de l'auto dans un premier temps.


Un argument supplémentaire qui plaide en faveur de cette hypothèse.


Amicalement
Oryx       
Revenir en haut
Lederangeur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 331
Localisation: Moscou
Masculin
Point(s): 331
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Ven Mar 13 2009, 11:34    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

Bonjour à tous,

Je me permets ce petit récapitulatif en y ajoutant quelques remarques.




Les différents témoins..........Chronologie des passages...  23:00 - Paul Delclite passe sur les lieux à 23h.. Il ne remarque rien de particulier.....  23:15 - Ode Arnaud passe dans sa camionnette, il croit voir un homme assis à l'arrière de la Hillman, le véhicule des Drummond. ( Pas de fillette ou de femme aperçues.)

( Soulignons au passage que l'auteur expert, qui souligne trop volontiers le fait que Laborde s'est trompé en employant le terme " accroupi " plutôt qu'assis, transforme le personnage assis en une fillette qui faisait ses besoins naturels. Ainsi, l'homme aperçu par Arnaud, devient une fillette accroupie... Faisant ses besoins.. On a donc un homme qui devient une fillette, et qui fait ses besoins assise sur la voiture ou accroupie.. Et c'est le même auteur qui se permet de critiquer Laborde!)   Cherchez l'erreur!





En effet, on ne peut que supposer qu'il s'agissait bien de Jack Drummond. Et Oryx avait supposé entre autres , que peut être, l'Anglais était en souci après un incident mineur. Ce qui est fort possible. Bien qu'il ne faut pas écarter les autres hypothèses.
Apparemment donc, il semblerait qu'il n'y ait pas encore à ce moment là un départ précipité.


  23:30 - Juliany, chauffeur de car remarque un homme grand penché sous le capot du véhicule, et tenant une lampe à la main.
( Pas de fillette ou de femme aperçues.)

Alors là, on peut se demander pourquoi à une heure aussi tardive, et si ce témoignage est fiable, pourquoi donc Jack inspecterait ou interviendrait sur la Hillman. Une vérification de niveau d'eau avant de partir? En ce cas, oui, cela voudrait dire que les Drummond voulaient bien quitter les lieux. Mais rien n'est moins sûr.


  23:45 - Minuit: Henri Chastel camionneur voit un homme regardant à l'intérieur de la Hillman. ( Taille moyenne )
( Pas de fillette ou de femme aperçues )
Considérons qu'il s'agit encore de Jack, donc les Drummond sont bien là! Et pas de fillette ou de femme aperçues par ce témoin.

  00:20 - Les frères Duc passent dans leur camionnette et voient un homme longeant la route, entre le bivouac et la Grand Terre. ( Forte corpulence )
Les frères Duc n'ont certainement pas inventé ce fait. Ils ont bien vu un homme se dirigeant vers le campement. Mais ce témoignage a pris plusieurs formes dans la description du personnage. A tel point, qu'ils prennent Girolami pour le quidam en question, c'est dire.

Et je ne dirai rien, c'est préférable, à propos des conclusions navrantes et complètement stupides à ce sujet d'un certain auteur, toujours le même qui se distingue.  Il en déduit que ça ne pouvait être ni Gaston, ni Gustave, mais qu'il s'agissait sans doute de Chaillan.. Ce qui est remarquable, c'est que les frères Duc se trompent sur le personnage en la personne de Girolami, et donc, manque de concordance au sujet du physique de l'individu, mais l'auteur expert lui, en déduit une certitude, ce n'était ni Gaston, ni Gustave, mais Chaillan. Allez, passons!


  00:50 - Germain Champsaur, projectionniste ambulant à ses heures passe sans rien remarquer.



20 minutes avant les coups de feu, Champsaur ne remarque rien.
Où est l'homme aperçu par les frères Duc?
Soit il est dissimulé, soit une altercation a bien lieu au même moment , mais en retrait de la route.
Ce qui voudrait dire, à quelques mètres, peut être là où justement Ann et la fillette étaient couchées, et rejointes par Jack Drummond, et aussi, hélas, par l'assassin.




  01:10 - Les coups de feu claquent.. Ils seront entendus par deux témoins qui se trouvaient près de Dabisse, de l'autre côté de la Durance.



  01:30 - Henri Conil, entrepreneur, ne remarque que la voiture fermée.Mais il lui semble voir quelqu'un dans l'ombre à côté de la Hillman.

20 minutes déjà depuis les coups de feu. Il semblerait que le tireur n'est pas rentré tout de suite, comme il le prétendait.



  03:45-03h50 - Jean Garcin, cultivateur, aperçoit des coussins autour de la voiture.



La valse des affaires est déjà bien en route.


                          Un peu après, son cousin, Germain Garcin aperçoit un homme assez grand penché sous le capot avec une lampe.  04:30 - Marceau Blanc  roule en direction de Manosque. Il aperçoit un lit de camp, à quelques mètres de l'avant du véhicule.



Alors là? Si ce témoignage est fiable, on se demande ce qui pouvait intérésser plusieurs personnes semble t'il, interêt apparemment, par ce qui se trouve sous le capot.


              Il dira également avoir vu une couverture ou une toile recouvrant une partie du véhicule, côté droit, c'est à dire côté route.

  04:45 - Richaud, aperçoit la même chose.

 Peu de temps après, Joseph Moynier passe et ne verra rien, pas même le lit de camp tel que l'ont vu, Blanc et Richaud.

Et ça continue.

  04:50 - Aimé Marola, voit un lit de camp à droite de la Hillman quand on la regarde de face sur l'avant.

  05:00 - Giovani Colussel aperçoit une couverture étendue sur le sol à 1,50m de la voiture

  05:30 - Jean Hebrard aperçoit un lit de camp en position verticale, appuyé sur la voiture.

On se demande quel interêt auraient eu ces témoins tout de même à inventer de telles choses.

  06:00 -  Le motard Jean Marie Olivier passe et Gustave lui fait signe de s'arrêter. Gustave et Olivier dans un premier temps ne seront pas d'accord sur l'endroit précis où se trouvait Gustave quand ce dernier fait signe à olivier de s'arrêter. Gustave ensuite reviendra sur sa première déclaration, se contredisant..... Olivier remarquera aussi Marie et Yvette Dominici adossées à la ferme côté route, à l'opposé du Bivouac, mais regardant vers celui ci.


On pourrait donc en déduire que si les Drummond envisageaient de quitter les lieux, cela était tardivement!
Peut être au moment où ça dégénère.
Et qu'ils n'en n'ont pas eu le temps.
Mais c'est une hypothèse une fois de plus, évidemment.






















La suite on la connaît, du moins, dans ce qui a été officiellement retenu..


Cordialement...........
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Ven Mar 13 2009, 20:43    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

Bonsoir à tous

Quelques remarques en vracs.
Citation:
Néanmoins ,en observant le croquis N° 2, nous nous apercevons que le corps de l'épouse gisait dans une zone d'ombre projetée par le mûrier au moment des coups de feux.


Cet endroit, outre le fait d'etre relativement éloigné de la route, etait à l'ombre de la lune, ce qui etait non négligeable pour ne pas importuner le sommeil d'Elisabeth.   


Un lit de camp etant resté inoccupé, chargé de couverture  à coté de la voiture, si ED et AD ont dormis à l'endroit supposé, il y a un probleme de couchette.
Il ne leur restait à disposition que l'autre lit de camp.
Je ne pense pas que la mere et la fille ont sommeillé sur la meme couchette, pour au moins deux raisons.
La premiere, l' étroitesse d'un lit de camp.
La deuxieme, il a été dit que la journée avait été caniculaire, donc la nuit devait chaude, dormir cote a cote ne devait pas etre confortable .
Hors que constatons nous.
Lady était habillé, et une banquette etait hors de la voiture.
Ne pourrions nous pas envisagé que ce fauteuil etait à l'ombre du murier, à coté du lit de camp sur lequel dormait Elisabeth.
Sur ce fauteuil se reposait Lady Ann,habillée ?.

Tout ou parti de ce fauteuil etant plus tard déplacé à l'endroit ou le corps de Lady Ann a été retrouvé par les gendarmes.
Bien entendu le morceau de fauteuil se trouvant là avant le corps de cette derniere.







 

Le lit de camp
Revenir en haut
Lederangeur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 331
Localisation: Moscou
Masculin
Point(s): 331
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Sam Mar 14 2009, 22:15    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires... Répondre en citant

Bonjour à tous,


Je ne sais pas de quel croquis vous parlez, mais sur les photos, quand on voit les herbes à l'endroit où ont été trouvés le corps de Lady Ann et l'élément de la banquette qui était sous sa jambe, on a du mal à croire qu'elles auraient choisi cet endroit précis pour y passer la nuit.
Surtout, quand on connaît l'état des herbes sèches d'Août.
Ce qui est insupportable bien souvent, ce sont les morceaux de végétaux secs qui s'aggripent à la moindre fibre de tissus, et si on y rajoute les Aoûtats, et le reste, ça devait pas être l'idéal.

Les herbes et autres sont nombreuses, et en plus, il faut se dire que sur les photos, il y a eu un piétinement des lieux par des centaines de personnes..
Et malgré tout, les herbes semblent réfractaires à tout écrasement. On peut imaginer la nature du sol au soir du 4 Août, et en plus, cela ne devait pas donner envie à une femme ou à une fillette de se déchausser. Je peux me tromper évidemment.

Cordialement.....


















Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:30    Sujet du message: Les enquêteurs examinent les lieux..Le véhicule...Les affaires...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les constatations -> Sur les lieux, les enquêteurs procèdent aux premières constatations Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  

Galerie photos | Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com