Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum Affaire Dominici - Triple crime de Lurs
Discussions sur l'affaire criminelle de Lurs. Août 1952, 3 cadavres de touristes Anglais gisent aux alentours de la Grand Terre, la ferme des Dominici.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les invraisemblances
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Contradictions des déclarations et des témoignages -> Les invraisemblances
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Mer Mar 30 2016, 14:10    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Salut à toutes et tous,
Réactualisons les auditions de la bande des quatre, Clovis Roure,Boyer, Drac         à la faveur des nouveaux éléments contenus dans le dernier ouvrage ,
Encore que du quatrième on ne dispose pas de PV d'audition, sauf erreur.
ROURE : sur PV  le 8 Août  La contre enquête P 79 Trois jours après le drame )
-   " Je suis  retourné vers  mon vélomoteur  et c'est de cet endroit que j'ai aperçu une forme enroulée dans une couverture , au bord du talus ... "
CLOVIS : sur PV  La contre enquête  P 104 
-  " Roure, Boyer et moi sommes remontés vers la route. Nous avons aperçu sur notre droite,  à quelques mètres de la voiture  au bord du talus,une couverture . Nous ne sommes pas approchés de cette couverture ni de la voiture. " 


Si Clovis, comme le précise J.L.Vincent, ne parle pas explicitement du cadavre de Anne Drummond, nous le comprenons fort bien, puisque qu'il mentait , parce qu' il savait que le corps gisant près de l'automobile avait disparu. 


Mais qu'en est-il de la déposition de Roure qui précise avec la même exactitude l'endroit où se trouvait la victime c'est à dire non pas sur le gravier de la décharge près de l'automobile, mais bien sur le bord du talus.
 Peut-on accepter que seul Clovis mente dans le but de cacher les méfaits de son frère, et soutenir que Roure se trompe dans la désignation de l'emplacement du corps au prétexte que l'on jouerait sur les mots en soutenant que dans l'esprit du cheminot désigner le bord du talus à la place de la décharge cela  indiquerait le même endroit.
Ou bien peut-on en déduire que les deux hommes disent la vérité sur ce point ;  que Anne reposait bien au bord du talus  en omettant toutefois de dire qu' après avoir quitté les lieux que le corps allongé près de l'automobile avait disparu pour réapparaître de l'autre côté de la route             
Pour corser cet épisode Aimé Perrin ajoute à la confusion P 224 :
Je suis resté un moment avec les gendarmes et ,un quart 'heure environ après, Gustave est arrivé Il a vu le cadavre de la femme ainsi que celui de l'homme et il a paru étonné " .
Bigre ! ce serait en effet  étonnant si Gustave  n'avait pas déplacé de corps lui même. 
Faudrait-t-il chercher la vérité ailleurs ? vers celui qui est arrivé en retard au chantier ? Vers celui qui a pris les choses en main ? vers celui qui dicte la conduite à tenir ?


On remarquera qu'aucun de la bande des quatre ne s'approche des victimes, ne soulève la couverture, ne s'avance vers l'automobile, ne soulève le lit de camp ; ce qui évitera de dire qui est qui, qui on à vu ,et qui on a identifié.
Il est quasi certain que ces connivences comme l'aurait pressenti E.Guerrier n'avaient d'autre but que d'éviter à Gustave de coucher en prison le premier jour.
A l'heure actuelle nous serions empreint de naïveté que de croire en la parole de ce quatuor qui durant plusieurs mois n' aurait pas lu des commentaires et vu dans la presse des photos, désignant notamment l'emplacement du corps de Anne allongée face contre terre.
Cordialement 0ryx


 ( Nous savons que Roure de retour de Peyruis ne s'est pas arrêté sur les lieux a préféré se rendre directement chez Gaston pour le saluer et aussi dit-il pour satisfaire un brin de  curiosité.
Curieusement après la surprise du vieux et de la scène qui s'en suit    ( confirmation lors du procès  ) il ne lui a pas adressé  la parole alors que c'était le but de sa visite, il ne l'a pas non plus accompagné sur la scène de crime. Ce qui lui évitera de constater et de prévenir les gendarmes du tour de passe dont ils seront , avec l'équipe de Sébeille, les dindons de la farce. Et ça continue.
En matière de curiosité il est plutôt discret le Faustin. )
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer Mar 30 2016, 14:10    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mer Mar 30 2016, 21:53    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir

Dans le dernier ouvrage, une allégation de Zézé concernant un des membres de la bande des quatre
prouverait que ce dernier n’avait pas traité sa fonction par-dessus la jambe, l’avez- vous relevé ?
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Jeu Mar 31 2016, 11:06    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Salut Dixlouca,
Vous devez probablement faire allusion aux confidences de Zézé reçues par Chenevier et Gillard concernant les recommandations de Faustin Roure faites à Gustave.
Si Roure délègue à un tiers l'obligation de prendre les dispositions nécessaires en cas d'aggravation d'un sinistre, fut-il responsable d'un désordre occasionné sur la voie ferrée, ce n'est pas faire preuve de compétences professionnelles. 
On s'est toujours demandé comment les Dominici avaient pu dormir en toute tranquillité cette fameuse nuit en raison du danger que représentait les risques encourus, et l'on se poserait pas de question sur la quiétude affichée par ce responsable du district ferroviaire dont il avait la charge.
Le matin du 5 Août il s'en vint ( sans âne ) sur le coup de 6h30 soit une demi-heure environ avant le passage de la micheline, sans disposer d'éléments autres que ceux rapportés par Gustave; il avait malgré tout, selon Doménech, pris soin de prendre des pétards et son drapeau rouge pour stopper la micheline.
Mais bon ! c'est un peu juste.
S'il avait dû agir avec célérité selon ses fonctions, il aurait déjà dû signaler l'incident la veille après la visite de Gustave, d'autant plus aisément qu'il devait être en possession d'un téléphone dans le café que tenait son épouse.  ( à confirmer ? )
Resterait l'éventualité pour atténuer un tant soit peu la faute professionnelle une visite nocturne,et pourquoi pas ça coule de source, en compagnie de Clovis.
Cette suggestion aiderait à justifier l'étrangeté de la situation observée sur la route par l'attitude des uns et des autres avant la découverte du drame .
J'ai la certitude que sans la commission des crimes cet éboulement n'aurait jamais été signalé et que le déblaiement de la terre aurait été effectué en catimini entre parents et amis.
Amicalement Oryx
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Ven Avr 1 2016, 06:13    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Non, page 420

Amicalement
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Ven Avr 1 2016, 10:09    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonjour,
C'est une des péripéties du procès, Zézé fait feu de tout bois pour éluder les questions pressantes des avocats et du président sur un fait déterminant dont la réponse chamboulerait la poursuite du procès.
L'explication est commentée dans l'ouvrage.
L'innocent aux mains pleines, par ce biais tente de prouver que Gustave ne s'est pas arrêté à la Serre et qu'en conséquence il n'est pas venu à la ferme.


Mais comment est-il possible qu'à la suite de ces allégations , Roure n'ait pas été cité à la barre pour se défendre puisqu'il est mis en cause? 
Si vous sautez aux P 582 / 583 vous trouverez une autre mélodie tout aussi harmonieuse :
" En réalité, mon oncle s'est bien arrêté en me voyant sur la route.
Quoi qu'il en soit démêler le vrai du faux est chose impossible; néanmoins on peut garder sous le coude une info qui semblerait être en partie fausse mais qui ne serait pas dénuée d'intérêt à savoir la venue de Roure dans la soirée du 4 Août après le passage du Tave à Peyruis. C'était son boulot ! Non?.
Bonne journée Oryx
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Ven Avr 1 2016, 12:30    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Mon cher Oryx nous nous étonnons bien des années après sur le sérieux professionnel et la conduite qu’aurait tenir le sieur Rourre. Ne pensez-vous pas que dès le matin du drame une personne bien plus compétente que nous en la matière se soit posé les mêmes questions. Ce personnage devait être bien conciliant puisque à ma connaissance aucun rapport et aucune sanction ne semble avoir émané de sa part.

Peut-être que si le destin lui avait accordé quelques jours supplémentaires nous en en aurions su plus lors du procés.
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Lun Avr 4 2016, 11:02    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonjour,
Le 8  Août Roure est auditionné par le commissaire , P 79 il déclare :
" En arrivant à hauteur du sentier conduisant au petit pont, j'ai arrêté mon vélomoteur sur le côté droit de la route. Je me suis rendu à pied jusqu'à l'éboulement. Je suis passé à côté d'une camionnette qui stationnait là et qui semblait appartenir à des campeurs" ...  " Nous sommes revenus, Dominici,  Drac, et moi sur la route et c'est à ce moment là, seulement, que nous avons vu un lit de camp allongé parallèlement au bord de la route ..."  "  Je suis retourné vers mon vélomoteur et c'est de cet endroit que j'ai aperçu une forme enroulée dans une couverture, au bord du talus.


P 251  Le 19 MAI , le commissaire  convoque Roure sur les lieux  , il est question bien sûr de ce qu'il a vu .
L'auteur résume ainsi la situation  :  " Il a vu la voiture hillman à sa gauche et, sur le côté droit , il a " aperçu un lit de camp ". Se dirigeant à pied à pied vers l'éboulement ... 


 Différence significative dans l'interprétation de ces deux textes .
Selon Roure, le 8 Août il déclare ne voir seulement qu' à son retour du pont le lit de camp.  .
Et dans le résumé de l'auteur P 251 il est précisé entre  guillemets  que Roure a " aperçu un lit de camp  Se dirigeant à pied vers l'éboulement ...


Doit-on absolument comprendre qu'avant de s'engager sur le chemin Roure voit la voiture et aperçoit en même temps le lit de camp?.


 En réalité ce serait assez logique , ayant garé son engin côté droit, on  peut concevoir que par prudence avant de traverser la route, Roure se doive de  regarder à droite et à gauche , ce qui aurait eu pour conséquence  qu'il aperçoive  dans l' environnement de ce paysage bucolique cet objet incongru.


Sauf que Roure en arrivant sur les lieux,  n'a  pas du tout vu ce lit ;  comme les autres personnes d'ailleurs : Olivier, Clovis, Boyer, Drac, Ricard, Comte, plus tous ceux qui ont circulé de nuit .
Cordialement Oryx 


Dixlouca, De qui est-il question ?
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mer Avr 6 2016, 19:21    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir

Oryx je faisais allusion à Roger Hauteville. C’était un piège pour voir ceux qui suivaient !
Non trêve de plaisanterie je me suis lamentablement vautré, je ne sais pourquoi j’avais en tête qu’ Hauteville était le supérieur hiérarchique de Rourre.
Après un coup pareil il ne me reste plus qu’à choisir entre le Katana, la capsule de cyanure ou le Luger.

Amicalement
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Jeu Avr 7 2016, 17:34    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonjour,
Votre remarque est loin d'être inintéressante.
 Roger  Hauteville Secrétaire Départemental du 04 , donc supérieur hiérarchique de Faustin Roure secrétaire de la cellule locale de Peyruis .
 Cet ancien résistant FTP décède prématurément  d'un accident sur la route et de fait porte par ricochet préjudice à la connaissance de la vérité, car selon certaines folles rumeurs ,il aurait eu des révélations à déballer lors du procès.


On peut imaginer, sans trop se tromper d'heure  par quel intermédiaire entre 6h 30 et 6h45 , ou même avant,  il a été prévenu par téléphone dans sa chambre d' hôtel le 5 Août 1952 en compagnie de son ami Jean Teyssier *
Le parti, la fidélité des  militants, les correspondants locaux, les journalistes, les parents, les amis, bref la cohésion du microcosme local a très vite et très bien fonctionné.
Si l'on place Faustin  au centre d'un cercle et  les autres protagonistes de l'affaire sur  le pourtour de la circonférence , bon nombre de points non élucidés convergeront vers le centre.
Il y a eu momentanément des serviteurs pour respecter l'omerta, tant que la "cause du parti "  y trouvait son compte.
 On peut prendre pour exemple le cas de Maillet, il aurait fallu dit-on attendre l'aval du Parti, en passant par les RG et les bons conseils de l'épicier Escudier de la Brillanne, pour que l'homéopathe délivre enfin au compte-gouttes quelques infos  .
Puis les sanctions sont tombées , exclusions ,évictions, opprobre sur certains et pas d'autres.
Cordialement Oryx


*C'est lui qui l'écrit
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu Avr 7 2016, 20:13    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir

Ouf sauvez par le gong, j‘avais le doigt sur la détente !
Supérieur hiérarchique au parti mais pas à la SNCF, mais bon je range mon arme.

J'ai la certitude que sans la commission des crimes cet éboulement n'aurait jamais été signalé et que le déblaiement de la terre aurait été effectué en catimini entre parents et amis ;
Totalement d’accord avec vous et c’était la certitude absolu d’un formateur SNCF que j’avais sollicité il y a quelques années. Pour lui dans le contexte de l’époque cela ne fait aucun doute.

Si le témoignage de Bourgue est vrai (page 541 JLV), sachant qu’avant d’aller voir Rourre (sic) Gustave avait déjà œuvré sur l’éboulement, je n’ose imaginer l’importance de ce dernier.
De ce fait le Rourre c’est le soir même qu’il aurait dû prendre soin de se munir des pétards et de son drapeau rouge pour stopper la micheline.
Mais il y a quelque chose qui m’énerve, on nous bourre le mou avec la micheline du matin,comme si rien n’avait d’importance avant l’heure du passage de celle-ci.
La micheline du matin et la micheline du soir tout comme l’express Lyon Marseille via Veynes sont des circulations régulières, les horaires sont connus. Mais pensez-vous que Rourre, agent de la SNCF, est pris le risque de laisser passer une circulation extraordinaire cette nuit-là sans être absolument sûr qu’aucun danger ne guettait ce convoi non prévu, car dans le cas contraire à la clef cela pouvait être des dizaines de mort en cas de déraillement. Moi cela me laisse dubitatif. A moins que Rourre est bénéficié de quelques accointance avec un régulateur lui ayant certifié qu’aucun convoi n’était prévu cette nuit-là. Et là encore je reste dubitatif sur le risque qu’aurait pris ce régulateur.

Cordialement
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Mar Avr 12 2016, 17:15    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonjour,
Sur le principe pas de problème, si votre correspondant  homme de métier l'affirme, Faustin n'avait pas l' assurance d' une fermeture totale à la circulation au cours de la nuit.
Et s'il devait y  avoir un convoi exceptionnel ( de fret ) je présume qu'un responsable de garde devait être à disposition la nuit dans les gares, tout comme les gardes-barrières aux passages à niveau.
Quant au convoi imprévu de voyageurs , je ne vois pas très bien comment auraient-ils pu en la circonstance au pied levé prévoir ce voyage sans être tenu par avance au courant de cette  exceptionnelle possibilité , au quel cas une ou plusieurs gare seraient restées ouvertes.


On ne sait rien sur les horaires en gare de Lurs et la fréquence des transports journaliers de charbon provenant de la mine de Sigonce destiné à St Auban .
On ne sait pas si entre la découverte de l'éboulement et l'intervention de Gustave un train aurait pu circuler dans ce laps de temps.
On ne sait rien sur le conducteur de la micheline du soir, ni sur le conducteur qui conduisait celle du matin.
Je veux bien que Gustave ait dégagé le premier rail recouvert de terre, mais difficile d'admettre qu'il ait pu faire disparaître  les M3 de terre comblant l'espace entre le ballast et le fond de la tranchée.
Dés lors , ces deux conducteurs ont bien du voir cet éboulement jusqu'au niveau du 1er rail et devoir le signaler.
Soit cette partie de l'affaire a été soigneusement occultée, soit le comportement de ces employés sur ce secteur dépasse tout ce que l'on peut imaginer en matière de je m'en foutisme.


On peut s'étonner que Gustave après avoir déblayé une partie de la terre ne soit pas  resté quelques minutes de plus dans l'attente du passage de la micheline .
Salutations Oryx
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu Avr 14 2016, 21:26    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir

Adolescent, en 1974 de retour de vacances scolaire de fin d’année passée à Rome et devant descendre en Avignon, suite un incident dans le secteur pétrolier de Berre l’étang notre train au départ de Marseille au lieu d’emprunter dans sa totalité la ligne impériale fut dévié par la ligne de la Cote Bleu. Le train récupéra la ligne principale à Miramas. Le passage de notre train cet après- midi-là était un convoi imprévu de voyageur sur cette ligne à voie unique non électrifiée.

Quand Gustave lui apprend l’éboulement la nuit est encore longue avant le passage de la micheline du matin. Rourre responsable de l’état de la voie et du passage en toute sécurité des convois à bien dut penser qu’il n’avait aucune certitude absolue qu’aucun train ne passerait cette nuit-là (voir exemple au-dessus). Un tout petit tour en moto et le voilà rassuré et il ne l’aurait pas fait !

Seulement voilà :
J'ai la certitude que sans la commission des crimes cet éboulement n'aurait jamais été signalé et que le déblaiement de la terre aurait été effectué en catimini entre parents et amis ;

Et votre certitude, qui est également la mienne, est incompatible au post que je viens de recevoir de mon correspondant après lui avoir soumis les pages 540 et 541 de JLV :

D’après le récit de Bourgues, « … dégager suffisamment de terre pour que le train puisse passer … » il y avait bien ce que l’on appelle chez nous « un obstacle à la voie » ce qui, lorsqu’on est avisé d’une telle situation, nécessite l’application de mesures règlementaires précises. Dans ce cas, dès l’avis, on doit prendre les mesures pour arrêter et retenir toutes circulations se dirigeant vers l’obstacle et aviser les mainteneurs de l’infrastructure pour remise en état. Ces mainteneurs doivent rendre compte de la situation et ce sont eux qui décident de la possibilité de reprendre ou non la circulation des trains. Cette procédure est applicable depuis de nombreuses années. Pour les opérations décrites dans ton document et repéré, c’est bien ce qui se fait encore aujourd’hui, on fait le plus vite possible ce qu’il faut pour reprendre le passage des circulations en toute sécurité. Le dégagement du fossé n’ayant pas été effectué, ils ont dû estimer que ça ne comportait pas de risque pour les trains.

Donc je pense que Rourre s’est rendu sur le lieu de l’éboulement a jugé que ça ne comportait pas de risque pour les trains et n’a pas appliqué les mesures réglementaires précises afin d’effectuer en catimini entre parents et amis le déblaiement.

Si tel est le cas, Gustave est forcément de connivence.
ET y aurait-il là une explication au comportement mainte fois bienveillant vis-à-vis du clan.

Pour finir quelles peuvent être les deux raisons qui font qu’il ne pouvait dire que cette nuit-là il s’était rendu sur les lieux de l’éboulement ?


Cordialement
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Sam Avr 16 2016, 18:08    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir,  
C'est plus qu'une conviction, notre ami s'est rendu sur place, et je soutiendrait même qu'il y avait Clovis avec lui, puisque selon Girard il aurait eu des mots avec les Drummond, ce n'est quand même pas des choses que l'on lance à la légère.
Peut-on admettre que Gustave en se rendant chez Roure ne soit pas allé avertir son frère.
Le comportement de Clovis et Roure le lendemain sur la route laisse entrevoir le contraire.


On pourrait comptabiliser plusieurs bonnes raisons au fait que Faustin ne veuille pas manifester sa présence au cours de la nuit à proximité du bivouac.
.Une,  parce qu' il ne voulait pas, comme tant d'autres,  se trouver indirectement mêlé à l'affaire  
 Une autre parce qu'il aurait été obligé de  dire qui il avait vu sur les lieux: Gaston? Gustave? Zézé? Yvette? ou je ne sais qui d'autres
Et encore une autre bonne raison ,parce que ça démolissait l'alibi des Dominici 
Amicalement Oryx
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu Avr 21 2016, 21:43    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir

Je mets en ligne le contenu d’un échange de mails avec mon correspondant Sncf suite à un complément d’information que je lui avais demandé la semaine dernière.

Question
Bonsoir Patrick
L’éboulement se serait produit dans l’après-midi la veille des travaux décrit par Bourgue. Le propriétaire du terrain aurait commencé à déblayer la voie en début de soirée. Puis serait allé prévenir
au village voisin un agent SNCF nommé Rourre, chef de Bourgue. Aux dires du propriétaire, Rourre l’aurait rassuré et lui aurait simplement dit de surveiller l’éboulement dans la nuit et ne se serait pas rendu sur les lieux de l’éboulement. Rourre l’aurait assuré qu’il passerait le lendemain voir les dégâts avant le passage de la micheline du matin. Rourre Bourgue et ainsi que d’autres agent de la voie devant passer de toute façon de bonne heures à proximité immédiate de l’éboulement pour se rendre à la gare de Lurs. Il faut savoir également que dans la soirée est passé la micheline du soir.
Est-il concevable que Rourre ne se soit pas rendu sur le lieu de l’éboulement après la description de l’éboulement par le proprio et n’est attendu que le matin pour constater les dégâts? Et qu’aurait dû faire les conducteurs des michelines ?

Réponse :
Désolé, un peu de retard ….
Non c’est anormal car seul un agent SNCF habilité est en mesure de déterminer si l’éboulement constitue un obstacle aux circulations ou pas. Ayant été avisé de celui-ci il aurait dû se rendre sur place pour prendre les mesures de sécurité nécessaires.
Les conducteurs de la micheline du soir auraient au moins dû avisé les gares de cet éboulement même si celui-ci n’empêchait pas de circuler, au moins pour permettre une vérification plus précise par un agent de l’équipement.

Question :
Objet : oubli éboulement

Détails important Rourre est ami de la famille du propriétaire, le frère du propriétaire est dans l’équipe de Rourre.
Penses-tu que le déblaiement de la terre aurait pu avoir été envisagé d’être effectue en catimini entre parents et amis ?

Réponse :
Oui car à l’époque les gens étaient beaucoup plus respectueux des procédures et il semble improbable qu’ils aient attendu le lendemain pour faire le nécessaire.
Etant donné les liens, je pense qu’ils ont déblayé ensemble.
Ce qui expliquerait le non signalement par la micheline du soir.

Oryx vos réponses sont juste mais il manque encore une raison.
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Lun Avr 25 2016, 21:32    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir,
L'éboulement est constaté par Gaston vers les 16h 30, il attend le retour de son fils qui entreprendra de déblayer la voie obstruée vers les 20 h , ce qui prendra une quarantaine de minutes jusqu'à 20h 40 selon Gustave;
La micheline doit passer quelques minutes avant 21 h , on peut pas dire que le vieux s'est alarmé outre mesure.
La prise de risque par Gaston et consorts est énorme,  stupide , le vieux n'ignorait pas les conséquences encourues si Gustave s' était attardé au delà de 20 h .


Clovis,  journée de  travail terminée est certainement passé devant la ferme peu après 17h  pour se rendre à Peruis, il est probable que Boyer, Roure et Drac, sont passés eux aussi à la même heure devant la GT ; ni Gaston, ni Yvette, ni Marie n'avertissent  les cheminots? C'est assez difficile à croire.
Qu'espéraient-ils ? une fois le rail déblayé, que le reste de la terre et des branchages disparaissent sans que personne ne s'en aperçoive ?


Deux ou trois indices permettent d'alimenter notre imagination . 
Selon l'auteur J.L.Vincent P 420, lors du procès,  en présence de Jean Laborde qui "  n'a pas perdu un mot de la déclaration de l'officier "  le capitaine Albert  aurait déclaré  : Roger a aussi prétendu que Gustave n'était pas allé chez Roure, au soir du 4 Août, mais que c'était le brigadier-poseur qui était venu voir l'éboulement.
 Pourquoi pas, aucun témoignage à part l' épouse et la fille de Roure ne peut certifier que Gustave s'est rendu au Café des voyageurs
Bon, faut-il croire le niston ? 
Peut-être bien, comment Roure aurait-il pu être prévenu de l'éboulement, sinon par Clovis, qui   aurait dû logiquement être mis au courant de la situation par une personne de la ferme lors de son passage devant  la Grand Terre.
Car, pour quelle raison ne pas  prévenir Clovis, quelles qu' aient été  les divergences entre le père et le fils ,deux bras supplémentaires n'étaient pas de trop.
Ce épisode P 420 corroborerait fort à propos la déclaration d'Aimé/Girard faisant état de la présence de Clovis sur la décharge et de la prise de bec avec les époux Drummond qui s'en est suivi.
Il est étonnant qu'il ne soit  pas fait de rapprochement entre ces deux indices qui somme toute expliquerait l'attitude de Roure le matin du 5 Août sur la route nationale  si tant il est vrai que la version officielle servie soit la bonne, car en y regardant de plus près, comme par hasard,  Roure en dépassant ses coéquipiers ne s'adresse ni à l'un ou l'autre et surtout pas à Clovis qui est quand même directement concerné par une affaire qui touche le domaine familial.
Quant à savoir comment Zézé aurait pu être averti , il faut se rappeler qu'il irriguait un champ au quartier  de St Pons .
Si la situation géographique du champ est exacte, ce quartier de St Pons , je le répète, n'est pas sur la commune de Ganagobie, mais sur celle de Lurs; en conséquence cette parcelle est située à proximité du champ de luzerne inondé.
Donc Zézé a pu être prévenu dans l'après-midi par le vieux  qui faisait paître son troupeau dans ce quartier entre 16h30 et l'arrivée des Anglais vers 20 h ?
Amicales salutations Oryx




Bourgues habitait la maison de la Mine, en conséquence il ne passait pas devant la décharge pour se rendre à la gare de Lurs.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:41    Sujet du message: Les invraisemblances

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Contradictions des déclarations et des témoignages -> Les invraisemblances Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Galerie photos | Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com