Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum Affaire Dominici - Triple crime de Lurs
Discussions sur l'affaire criminelle de Lurs. Août 1952, 3 cadavres de touristes Anglais gisent aux alentours de la Grand Terre, la ferme des Dominici.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les invraisemblances
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Contradictions des déclarations et des témoignages -> Les invraisemblances
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mariani


Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2009
Messages: 344
Localisation: Marseille
Masculin
Point(s): 346
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Ven Fév 27 2015, 23:14    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir amis(es) du forum,

Il se pourrait bien aussi, que l'impact sur le parapet du pont se trouvait là bien avant le drame, et que Gaston a su l'exploiter pour raconter sa version.
Quant aux blessures de Lady A. Drummond, il est en effet possible que celle ci pouvait être penchée sur son mari à terre lorsqu'elle a été prise pur cible à son tour.
A condition que chronologiquement parlant, ça serait bien Jack Drummond qui aurait essuyé des tirs le premier.
Tous les scénarios sont possibles. Jack ? Lady A ? peut être même l'enfant?
Qui a reçu les premières balles, ou les premiers coups, ? Question
Pour ma part, ne croyant plus du tout à la version de l'enfant soi-disant sortant de la voiture, car l'altercation a bien eu lieu, et j'ai du mal à imaginer une enfant non curieuse ou complètement à l'écart de ce qui se passait.
Juste une remarque encore, avez vous vu les photos des visages des victimes? Jack et Ann ont les visages tuméfiés, une position sur la face reposant au sol ne peut je pense expliquer à elle seule ces hématomes. Ma remarque est fragile, j'émets des réserves, car je ne suis pas un légiste, mais à voir les photos, on peut se poser des questions. Rolling Eyes

Amicalement.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven Fév 27 2015, 23:14    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 435
Masculin
Point(s): 485
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Lun Mar 2 2015, 16:59    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonjour Mariani,
En effet les masques mortuaires des victimes portent  des traces de sang .
Sur celui de Sir Jack :
En observant le cliché, on s'aperçoit  que le bas du front, l'arcade sourcilière ainsi que la pommette gauche sont maculés de sang provenant sans doute de sa main droite blessée.
Si la victime a comprimé avec sa main ( Sultan/Deniau )  la blessure causée par la première balle ayant traversé son corps il aurait donc porté ensuite dans l'immédiateté sa main sur son visage avant de s'abattre au bord de la route côté opposé au bivouac , ou ce qui semblerait plus probable près du puisard en raison de  la cadence de tir de la Rock Ola, soit 30 coups minute , 1 toutes les 2 secondes.
De fait si l'on cautionne cette versions des faits, il n'aurait pas eu le temps nécessaire de traverser la route entre les deux tirs rapprochés si l'on considère qu'il aurait marqué un temps d'arrêt à proximité du puisard provoquant des taches de sang suite au premier coup de feu .


Position du corps de Sir Jack sur le sol .
Sur l'un des clichés ( collection Zoummeroff ) ,on distingue nettement ,poing fermé, coude et bras droit ne reposant pas directement sur la poitrine.


Comment expliquer que ce membre n'ait pas été plaqué sur sa poitrine  lors du relâchement des muscles post mortem ? .
Serait ce du à la manipulation effectuée par le Docteur Dragon qui à découpé le maillot de corps et retourné le corps? . ( on devine sur le sol le tricot découpé )
Ou bien serait ce du au  saisissement subit de la mort  faisant fi des lois de la pesanteur qui aurait  figé instantanément ce membre suite à un phénomène couramment constaté lors de spasmes cadavériques ?
Pétrification instantanée due à une mort violente, généralement par coup de feu et sous l'emprise d'une peur panique.
( allo Docteur ! )
Nous avions sur le forum le docteur Andrécaire qui aurait pu donner son avis sur le sujet.
La tuméfaction apparente  des visages sur les clichés ne conforte pas la version officielle, notamment celui de Ann .


 Mariani, en raison de notre amateurisme nous pouvons quand même en dépits  des sarcasmes parfois malveillants, être porteurs de bon sens et en de nombreuses occasions nous hisser aisément à hauteur de chevilles de ces professionnels ; car au vu de l'inobservation préjudiciable de certains détails et parfois à la légèreté de leurs conclusions nous n'aurions probablement pas bien plus mal faire.
La lecture du rapport 387 du commissaire Sébeille en est l'exemple.
Amicalement 0ryx
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Lun Mar 2 2015, 18:41    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Oryx, Mariani et le forum

Oryx pourquoi la balle retrouvé par le radiesthésiste doit-elle être nécessairement celle qui a heurté l’angle du pont ?

Pour changer de registre j’ai une autre question : pour quelle raison vous recouvririez un objet par un objet plus grand ?

Cordialement
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 435
Masculin
Point(s): 485
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Lun Mar 2 2015, 22:29    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Dixlouca, Mariani, Ratigan,
Vous avez du mal interpréter  mon post précédent, je n'affirme pas du tout que cette balle provient de celle qui à frappé le parapet .


Pour répondre à votre question, je dirait en premier lieu pour protéger un objet, ou bien pour soustraire de la vue quelque chose en particulier .


Quoique, par exemple, en recouvrant le corps de Sir Jack avec un lit de camp m'est   avis qu'on attirait davantage l'attention sur un objet inhabituel en bordure de route si tant est que l'on ait eu vraiment l'intention de faire croire que l'on voulait  dissimuler ce qu'il devait cacher. 
Il faut tenir compte que ces fermiers, chasseurs émérites, braconniers toujours aux aguets, étaient des spécialistes du leurre.


Cordialement Oryx
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mar Mar 3 2015, 22:44    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Oryx

Je pourrais disserter sur le lit de camp mais ce n’est pas à lui ni à ce qu’il dissimulait que je pensais.

Il y a quelque chose d’autre en particulier sur le campement qui a été soustrait à la vue. Ce qui est étrange c’est que si vous laissez l’ensemble (objet masquant et objet masqué) sur le dit campement, forcément l’objet caché, ce n’est qu’une question de temps sera découvert. Si cet objet a bien été volontairement dissimulé, à votre avis, quelle en est la raison ? *

Amicalement

*N’oublions pas qu’ils sont experts en dissimulation puisque l’appareil photo et le seau en toile n’ont jamais été retrouvés
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 435
Masculin
Point(s): 485
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Mer Mar 4 2015, 18:13    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonjour,
Je pourrai répondre par une lapalissade, si un objet à été volontairement dissimulé, c'est pour l' ôter de la vue.


Bien sûr il y aurait,  si l'on peut dire, plusieurs autres formes de dissimulation, on pourrait  dans cette affaire prendre pour exemple la découverte sur le petit sentier des sandales dissimulées sous un coussin de laine.
Dans ce cas,et c'est peut-être ce que vous avez à l'esprit ,  la " dissimulation " des sandales serait due à des circonstances événementielles imprévues , provoquées par le stress plutôt qu'à une intention réfléchie, déterminée, dans le but de faire disparaître un objet compromettant de la scène de crime.
Ce qui a depuis laissé libre cours à  un mélange indébrouillable de suppositions , supputations, échappant à toute logique, et comme vous le précisez ( question de temps pour trouver l'objet dissimulé ) il était donc impossible en l'occurrence  de ne pas découvrir les sandales .
Pour ma part, à dessein, de façon évidente on ne s'est pas servi du coussin pour dissimuler les sandales .


Amicalement Oryx




 
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Lun Mar 9 2015, 18:21    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir

Partons du postulat qu’à dessein de façon évidente on s’est servi du coussin pour dissimuler les sandales :

J’’ai écrit plus haut,
Ce qui est étrange c’est que si vous laissez l’ensemble (objet masquant et objet masqué) sur le dit campement, forcément l’objet caché, ce n’est qu’une question de temps sera découvert, j’ajoute maintenant « sauf si c’est une question de temps. »

Prenez un pastis pour vous décontracter et vous aider à répondre à ma question, notez que le pastis peut à vous, après ingestion vous dilater les pupilles, par contre sur le campement je pense que c'est le pastis qui certainement à jouer un rôle moteur dans la nécessité de cacher les sandales et que c’est le stress qui à causer la dilatation du (certain) temps.


Mais il y a une autre question sous-jacente, s’il n’avait pas caché les sandales que comptait faire
la personne qui les avait en sa possession ?

Là il n’y a je pense qu’une seule réponse, logique et qui crève les yeux.

Amicalement
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 435
Masculin
Point(s): 485
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Mar Mar 10 2015, 23:22    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Dixlouca et bonsoir le forum,
Nous avions déjà débattu sur ce sujet sans qu'aucune réponse appropriée ne se démarque plus que d'une autre.
Nous pouvons considérer, sans trop préjuger, que les objets en question n'ont pas été déposés intentionnellement sur le petit sentier par les Drummond père et mère; mais que la présence de ces objets sur le sol ne serait que le  début d'une action interrompue et non poursuivie par le ou les meurtriers.
De même, que ces objets n'auraient pas été ramassé dans les affaires des victimes par le ou les meurtriers avec la seule intention de les éloigner de quelques mètres, puis de les superposer l'un sur les autres .
Il n'aurait donc pas été question de cacher les sandales sous un coussin mais de  ramener l'ensemble au plus près du campement.
Sans pouvoir établir avec exactitude et pour quelle raison ils se situaient si loin de leurs utilisateurs, l'une des hypothèses assez vraisemblable tendrait a soutenir qu' après les coups de feu ces objets devaient joncher le sol en dehors du bivouac et que s'ils n'avaient pas été ramassés, ils auraient forcément du attirer l'attention de Gustave, l'obligeant de la sorte avant de s'engager plus avant de jeter un regard vers le campement ; avec pour conséquence d'apercevoir à même le sol une forme humaine allongée recouverte d' une couverture.
Cela pourrait expliquer l'accomplissement ultérieure des actions entreprises découlant de la stupide option antérieure choisie qui a consisté à nier d'être sorti par la décharge devant le capot de l'auto, et a obligé Gustave peut-être sous l'égide de Clovis ou d'un tiers de faire table rase de tout ce qui pouvait paraître anormal en empruntant le chemin conduisant au pont  .  


 Par effet boule de neige cette bourde pousse Gustave à prétendre d'avoir découvert en premier lieu le corps de la fillette; qui, troisième erreur, n'était pas visible du chemin sauf à s'écarter d'un cheminement normal.


On pourrait aussi supposer que l'action de rassembler et de ramener vers le bivouac ces objets aurait pu être interrompue par l'arrivée des gendarmes, qui furent fort étonnés par l'irruption du Tave venu dont ne sait où.
Dés lors en présence des pandores, Gustave ne pouvait plus toucher le coussin et les sandales.
Dans les ouvrages des auteurs  qui ont eu accès au dossier nul ne fait mention que les cheminots pourtant très proches du sentier, ont vu le coussin et à fortiori les sandales .
Si Ricard n'a pas vu le lit de camp sur le bas côté de la route, alors qu'il s'est attardé sur les lieux, rien ,sauf erreur ,ne semble préciser qu' il ait vu et fait mention de ce coussin inutilisé sur le sentier visible comme le nez au milieu de la figure et si éloigné d'une personne endormie qu'il qualifie d'originale à cause d'une pratique d' inconfort inhabituel qui s'apparenterait d'avantage à du camping sauvage .
Car se coucher à côté de son lit et ne pas utiliser son coussin aurait du faire ouvrir davantage les yeux de notre ami Ricard.


Cordialement Oryx
Revenir en haut
Germaine


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2009
Messages: 143
Localisation: Nice
Féminin
Point(s): 143
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Sam Mar 14 2015, 14:48    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

 Bonjour à tous, bonjour Oryx,

Au sujet de Ricard le campeur, il est peut être prudent de ne pas donner 100% de crédibilité à son témoignage.
Ce monsieur a t'il été tenté de modifier son témoignage suite à son attitude qui est pour le moins non conventionnelle. Penser à un accident, et ne pas porter secours est un exemple, et ce même témoin a t'il caché la présence d'une personne sur les lieux ou à proximité?  Voici encore des questions dont nous ne connaitrons jamais les réponses.

Salutations
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 435
Masculin
Point(s): 485
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Dim Mar 15 2015, 19:52    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Germaine, bonsoir à tous et toutes,
Peut-être n'aurons nous jamais  la possibilité de prendre connaissance de la déposition de Ricard transcrite sur  PV  dans l'après-midi du 5 Août 1952  à la gendarmerie de Forcalquier.
D'ailleurs ce PV  serait introuvable dans le dossier d'après E. Guerrier ; et Sébeille  pages 160/161 n'en trouve pas trace non plus dans " ses paperasses " autrement dit,  le commissaire n'avait pas la déposition de Ricard du 5 ou 6 Août 1952;  ou bien même ne l'a-t-il jamais lue.
La preuve :
En 1953, il ne lui serait revenu qu' in extremis à l'esprit le souvenir, ( St Transit l'y aidant ) d'un entretient verbal avec Ricard lors d'une " rencontre fortuite " en 1952 qui se serait déroulée sur le plateau du monastère de Ganagobie. 
Il apprend de la bouche de Ricard, dont il semblait ignorer l'existence, son intrusion 
sur le bivouac .   
Bien sûr, on imagine la suite, il n'y a pas eu de confrontations les jours suivants avec les cheminots ,ni de comparaisons entre le PV de Ricard établi en gendarmerie et les constats in situ du capitaine Albert , alors qu'il y  avait là sous la main le moyen d'éviter de perdre huit mois d'enquêtes infructueuses à cause d'une supercherie bien montée impliquant des protagonistes de premier plan qui se firent complices par omission ou simplement parce " qu' on ne leur avait pas demandé " des précisions. 
En définitive, comme vous le soulignez, la lecture de la première déposition de Ricard, si elle existe, pourrait apporter autant d'éclaircissements que d'ombre.


Il y a quand même quelque chose qui couine dans le récit de Sébeille, cette rencontre inopinée à l'air de faire sortir du placard une déposition qui est passée à l'as.  Ricard a certainement suivi l'affaire, il a du lire la presse et apprendre qu'un lit de camp de l'autre côté de la route cachait un corps ,et que lui n'avait rien vu de cela, que lui était persuadé que le lit  n'y était pas lorsqu'il est passé devant l'auto ,qu'une victime se trouvait allongée sur le dos sur le gravier et non pas sur le ventre dans les herbes, etc, etc,  et que dit-il de plus ?  rien ! 
Rien par rapport à l'emballement médiatique, à l'engouement des mytos, des lettres anonymes, ou simplement de gens honnêtes  désirant apporter leur concours.
 Ricard est certainement un habitué du coin, lors du procès il est pris en photo avec sa famille sur les lieux et apparemment il a l'air de se rattraper en expliquant aux siens, gestes à l'appui, ce qu'il n'avait peut-être pas bien su décrire aux gendarmes et policiers..
Qu' a-t-il vu au juste sur la décharge, Sir Jack ou Ann , combien de corps ? .


Pour l'histoire, le doute persiste, la cagade étant faite, ces policiers et gendarmes ont-ils  tout dit, ou bien  ont-ils voulu cacher une mésentente préjudiciable survenue entre les services  au début des investigations?.
Amicalement Oryx
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Lun Mar 16 2015, 22:38    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Oryx, bonsoir le forum

Court extrait de Guerrier page 272 :
A 7 m de l’avant de la voiture en diagonale, « sur le sentier qui conduit sur le chemin se dirigeant vers la Durance, un coussin et, en dessous, une paire de chaussure de plage ». Elles sont bien rangées côte à côte sous le coussin. Cette disposition arrangée si loin de la voiture en travers du sentier, prouve une vraie mise en scène volontaire et postérieure au drame.

ces « chaussures de plage » sont « des sandales de femme de marque Vintian Manfiel ».Ce sont donc celles de Lady Anne ……

Voyez-vous, bien que je sois d’accord avec vous et avec Guerrier sur le fait que ce soit l’œuvre d’un ou des meurtriers, je ne pense pas que soit une mise en scène ou l’ébauche d’un rapatriement de ces objet au plus près du campement.

Si je pense au mot sandale, je pense également au mot pied et de fil en aiguille en observant le dessin des gendarmes je peux écrire l’enchainement suivant :
Sandale, pieds, pieds nus, sentier, où vas le sentier ? Aux pieds nus.

Donc je pense simplement peut-être enfantinement :

Que l’on a voulu déshabiller Paul pour habiller Pierre dans le but de ne pas intriguer les enquêteurs sur le fait qu’ED était déchaussée si loin du campement.
Qu’étant sur le sentier et se dirigeant vers le talus où gisait ED afin de la chausser, un évènement imprévu (Ricard ? Olivier ? Ou autre ?)a contraint cette personne a interrompre cette action.
Celui -ci afin de pouvoir poursuivre son action plus tard à bien cacher les sandales sous le coussin.

Reste un mystère, pourquoi une fois le danger passé, celui n’a-t-il pas repris son action là où il l’avait interrompu ?

Oubli peut être dut au stress ou changement d’ordre dans les priorités suite aux circonstances événementielles imprévues.

Amicalement
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 435
Masculin
Point(s): 485
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Mar Mar 17 2015, 23:10    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir  Dixlouca,
Je ne vois pas trop  l'avantage de déshabiller Paul pour habiller Pierre si Pierre pose problème à son tour .
Il était plus simple de prendre dans la voiture une paire de chaussures en " raphia à semelles de crêpe "   appartenant à la gamine.
Mais votre scénario est tout aussi valable que les autres, d'autant que les différentes enquêtes n'ont pas du tout pu résoudre cet épisode .
Nous avions déjà dit que l'enfant aurait pu utiliser les sandales de sa mère pour fuir en direction du pont tout en serrant contre elle le coussin de façon instinctive, dans un geste de protection.
Une seule certitude, il n'y avait pas de chaussures d'enfant hors du véhicule, on ne peut soupçonner quiconque de les avoir fait disparaître au cours de la nuit.
Cordialement 0ryx  
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mer Mar 18 2015, 23:25    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Oryx

Effectivement ED aurait pu chausser les sandales de sa mère et s’enfuir avec le coussin contre elle
Si tel est le cas on pourrait supposer que dans sa fuite éperdu elle aurait perdu les sandales et laisser tomber le coussin mais on aurait dut les retrouver de façon disparate et non dans « cette disposition arrangée ».

Paul étant AD et Pierre étant ED je note qu’ AD a été découverte déchaussée elle aussi et cela n’a suscité aucun débat alors que pour ED oui. Et ce dès le début de l’enquête.

Le metteur en scène avait bien anticipé !

S’il avait terminé sa mise en scène il y a fort à parier qu’enquêteurs et forumeurs auraient admis que la malheureuse enfant dans la panique s’était enfuit avec les sandales de sa mère et ne se seraient posés aucune question quant à son éventuel transport.

Vous, vous savez qu’il y avait une paire de chaussures en raffia dans la voiture parce que vous avez lu l’inventaire dans un ouvrage, mais le metteur en scène peut être que lui l’ignorait ou que cela lui était plus facile de piquer des sandales bien visible à ses yeux sur le campement. et qu’une histoire de pointure était le cadet de ses soucis l’important étant de chausser ED.

Amicalement
Revenir en haut
Mariani


Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2009
Messages: 344
Localisation: Marseille
Masculin
Point(s): 346
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu Mar 19 2015, 21:51    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

                   

                           Bonsoir amis(es) du forum,

 Je ne manque pas de lire vos interventions très régulièrement.
Et c'est très intéressant, comme toujours. Okay

Puisque vous parlez de la petite Elisabeth, pour ma part, avec un peu de recul, et même beaucoup si j'ose dire, je raye définitivement toute hypothèse d'une fuite, laquelle se serait interrompue brusquement par une chute et l'abandon d'une gamine terrorisée qui se mettrait sur ses genoux implorant la pitié de celui qu'elle aurait vu assassiner ses parents sans aucune pitié ni hésitation. Ce scénario n'a rien de réaliste, et bien entendu, quelle en est la source? Gaston... Autrement dit, la vérité est certainement à l'extrême opposé.
Il est difficile d'imaginer une enfant effrayée à ce point, les jambes à son cou, tombant, et abandonnant toute idée de fuite, une enfant qui ne se relèverait pas, et implorerait une brute. Rien ne tient la route. Alors je sais que les auteurs ont tous décrit la pente comme très raide et infranchissable, laquelle aurait ôté toute issue à la malheureuse enfant, seulement voilà; les écrits sont une chose, les photos en sont une autre.  Quand on voit sur les photos l'emplacement où gisait la petite Elisabeth, on se dit qu'elle pouvait se relever, et reprendre sa course. Le terrain le permettait. Cela n'a pas été le cas. Pourquoi? Parce qu'à mon humble avis, cette histoire à la Gaston n'est qu'une invention de plus de la part du vieux.

Pour Ricard, j'ose partager un avis de notre amie Germaine, ( Cela m'arrive rarement mais cela arrive ).
Il se pourrait bien que le campeur ait un peu modifié son témoignage, suivant ainsi la longue file des protagonistes ou de dits témoins qui ont changé 36 fois de versions ou qui se sont abstenus de certains détails...
Ricard a t'il eu peur de quelque chose ou de quelqu'un ? Nul ne le sait. A t'il dans son témoignage bien estimé le temps durant lequel il s'est attardé sur le campement?
Encore une question dont on n'aura jamais la réponse.

A propos d'une mise en scène concernant les sandales ou un coussin. Je cherche encore à quoi cela pouvait conduire? Tant il me semble que d'autres " urgences " devaient être réglées par les assassins ou complices. Bref, cela me semble être un détail, mais je peux évidemment me tromper.
En quoi cela pouvait t'il changer la donne avec trois corps qui gisaient sur les lieux ? Crying or Very sad

Enfin, pour en revenir à ce matin du 5 Août, je vous invite à bien relire la déposition du motard Olivier, à lire chez Laborde, c'est plus qu'intéressant. je n'ai hélas pas le temps d'en discuter ce soir, mais j'y reviendrai si vous le permettez.

J'ai réalisé que prendre du recul, c'est ensuite voir les choses d'une manière bien plus simple et plus claire. Non pas que tout s'élucide, malheureusement, mais cela permet de voir combien certaines choses sont totalement irréalistes pour ne pas dire impossibles. Ou du moins, et ce n'est pas inintéressant, on se pose d'autres questions auxquelles on n'avait pas forcément pensé auparavant.

Tout comme notre ami Oryx, je regrette l'absence d'André Caire, car j'ai quelques questions qui me trottent à nouveau, et je ne trouve plus un certain post de Militaire, laquelle a avait publié un rapport d'un expert de la gendarmerie, qui faisait part de sa méfiance ou de ses doutes à propos des traces de sang et du parcours que JD aurait suivi selon la version officielle..
Cette version officielle qui à mon modeste et humble avis n'est qu'une sordide farce grâce à laquelle nous nous trouvons aujourd'"hui devant un puzzle dément qui nous fait tourner en bourrique. Rolling Eyes

Amitié à tous mes amis(es)

Bien amicalement.
Revenir en haut
TARTARIN


Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2010
Messages: 60
Localisation: Marseille
Masculin
Point(s): 60
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Sam Mar 21 2015, 12:49    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonjour,

Bien des palabres à répétition...

Bon, ça fait vivre le forum... !!!

Zézé a certainement dormi à la ferme cela parait évident.

La petite Elisabeth n'a certainement pas couru, c'est Zézé qui l'a portée près du pont...

Pour ma part j'en suis sûr à 100 % quand à le prouver, c'est comme tout le reste..

TARTARIN
_________________
Il n'y a de nouveau que ce qui a été oublié
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:45    Sujet du message: Les invraisemblances

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Contradictions des déclarations et des témoignages -> Les invraisemblances Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 6 sur 7

 
Sauter vers:  

Galerie photos | Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com