Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum Affaire Dominici - Triple crime de Lurs
Discussions sur l'affaire criminelle de Lurs. Août 1952, 3 cadavres de touristes Anglais gisent aux alentours de la Grand Terre, la ferme des Dominici.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les invraisemblances
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Contradictions des déclarations et des témoignages -> Les invraisemblances
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Lun Nov 17 2014, 11:08    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonjour Dixlouca,
Bis répétita placent ,sorte de fourre tout , en récoltant les différents récits disponibles dans les principaux ouvrages traitant le sujet .


Dans l'ouvrage de J. Laborde  P 62  
Gaston dit au commissaire Sébeille qu'il a aperçu les Anglais, pour la première fois, arrêtés sur la décharge à 19h30 / 20h .
- Ils ne vous ont pas parlé ?
- Non et moi non plus, répond fermement Dominici.


Laborde, décrit cette scène à l'identique de Gabriel Domènech.


Sébeille P 65
Vers 19h"30 en ramenant mon troupeau de chèvres à la ferme; j'ai aperçu la voiture Hillman ainsi qu'un couple et une fillette. Je ne leur ai pas adressé la parole. J'étais passé à côté de la voie ferrée qui est en contrebas et j'avais remarqué un éboulement. Après avoir franchi le pont j'ai emprunté le sentier qui rejoint la route nationale. C'est là que j'ai aperçu les campeurs, mais je ne me suis pas arrêté. "
Sébeille narre cet entretient qui se serait déroulé en 52 au tout début de l'enquête. Bien sûr il ne peut être question que Gaston déclare avoir vu les Anglais sous le canal en fin de soirée puisque il prétend arriver par le pont, côté voie ferrée. 
De plus, en lisant le livre du commissaire, il n'aurait découvert l'éboulement qu'à 19h30 au lieu de 16h30.


E. Guerrier P 168/169 
-Première version Novembre 1953 au commissaire Sébeille: 
 La rencontre se serait déroulée en fin de matinée en dessous du canal et Gaston aurait entamé la conversation
-Deuxième version le lendemain au juge Périès :
"J'avais bavardé avec la dame et la fillette peu avant la tombée de la nuit...
Un peu plus tard , lorsque je suis rentré à la ferme, j'ai constaté que ces trois personnes avaient  établi leur campement sur le terre-plein situé à l'extrémité de ma propriété."


Donc le 15 Novembre 1953, contrairement à ce qu'il avait dit à Sébeille en 1952 il ne chemine plus du côté de la voie ferrée mais sur ses terres  quartier ST Pons côté route.


P. Scize P 284, lors de la première audience du procès ,rapporte les propos de Gaston, lequel fait  fi de ses anciennes déclarations  au sujet de la rencontre avec les Drummond , et rien ne laisse supposer qu'il y eût un échange verbal entre eux lors de la rencontre sur la décharge.


malheureusement à la relecture, on ne peut guère différencier le vrai du faux.
Pas plus qu'avec l'appui de certains PV on ne peut tirer de conclusions définitives puisqu'ils  se trouvent souvent entachés de mensonges.


Pour quelle raison Gaston est-t-il plus prolixe dans les détails le 15 Nov 1953, alors qu'il aurait pu l'être tout autant au tout début de l'enquête, ce qui n'aurait eu aucune incidence sur d'éventuels soupçons à son endroit. 


A mon tour Dixlouca , qu'en pensez vous ?
Bien amicalement Oryx
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun Nov 17 2014, 11:08    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Lun Nov 17 2014, 23:39    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Oryx

Honnêtement à l'instant présent je ne sais que penser. Je répond à la va vite.
Les détails de novembre 53 me conviendraient pour le déroulement du meurtre de JD tel que je l'ai évoqué quelques posts plus haut.
Mais je dois resté objectif et l'extrait du rapport du commissaire Constant que je joints ne m'arrange pas.



Je garde toutefois le moral car heureusement il y a le cycliste à la main d'eau tardive.

Cordialement Dixlouca
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mar Nov 18 2014, 20:56    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Oryx

Faisant suite à vos deux derniers posts :
Je pense qu’il y a un fond de vérité, c’est-à-dire que Gaston a bien croisé les Drummond,
Car malgré les nombreuses versions le point commun est sa rencontre avec les Drummond
En amont de novembre 53 et dans le cadre « du rien vu rien entendu » il fallait minimiser tout contact ou connaissance précise sur les activités des Drummond. Gaston aurait pu prétendre ne les avoir jamais vu ni de près ni de loin ni être passé à proximité d’eux. Mais la crainte d’avoir été vu lui ou son troupeau de chèvres, troupeau qui constitue une véritable signature de sa présence et difficilement invisible aux yeux des usagers de la route la contraint à prendre les devants.
Face à un témoin on peut toujours réfuter sa présence sur les lieux et arguer qu’un vieux au bord d’une route cela n’est pas rare, mais un vieux avec des chèvres cela est plus délicat, surtout aux abords de sa propre ferme, ferme de surcroit isolé, et que l’on possède soi-même un troupeau de chèvres.
Donc difficile de faire croire au cas où la présence du troupeau serait arrivé aux oreilles des enquêteurs, de soutenir en cas de questions insidieuses de ne pas les avoir rencontré sans éveiller leur curiosité et de ne pas l’avoir dit avant.
Après nov 53, ses aveux le libèrent de ces contraintes, mais je ne vois pas ce qu’en dire plus lui rapporte.
Je constate qu’aussi bien avant qu’après le 15 nov il y a des divergences de lieux ou d’horaires, mais qu’avant pas de conversation et après conversation avec les Drummond.
Je constate également qu’il y a une constante de lieux pour les Drummond( la décharge) sauf pour le jour de ses aveux ou les Drummond sont rencontré sous le canal, mais vite relocalisé le lendemain sur la décharge face à Péries, c’est à dire certainement après un ressaisissement de Gaston favorisé par l’intervalle de temps entre les deux interrogatoires.

Mais bon, non décidemment je cale, je donne ma langue au chat !


Amicalement Dixlouca
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mar Nov 18 2014, 21:59    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Oryx, bonsoir le forum

Le choix de la décharge, pas très touristique, environnement bruyant, très éclairé par les phares des voitures et des camions, représentait malgré tout un gage de sécurité plutôt que de s'aventurer au bout du pont dans un lieu plus tranquille mais esseulé.

Le choix de la décharge effectivement pas très touristique, est un emplacement somme toute pas si irrationnel que cela. Un véhicule peut y stationner facilement sans causer aucune gêne ni danger aux usagers de la route. Le voisinage de la ferme, sans empiété sur sa bulle d’intimité est rassurant. Reste l’environnement bruyant, les phares et les regards gênants sur la chambre à coucher. Mais qui n’a pas garé sa voiture au bord d’une route et s’en est éloigné de plusieurs dizaines de mètres pour trouver la tranquillité et pique-niquer ou se reposer ?

Hors Delclite qui est passé à de multiples reprises et qui s’est livré à un véritable inventaire des abords de l’Hilman n’a vu aucun dormeur. C’est donc qu’ils étaient ailleurs. Mais où ?

Peut-être dans un endroit plus tranquille.

Dans cette éventualité vous pencheriez pour

Plutôt du côté du pont, où l’on est bien visible du fait de la clarté de la lune et de la configuration des lieux, où certains membres du forum ont évoqués la présence de moustiques dû à la proximité du bras mort de la Durance et avec également certainement les allers et venues des terrassiers noctambules ?

Ou plutôt le champ d’olivier de l’autre côté de la route, plat, peu herbeux à l’inverse de la décharge, en retrait, discret, avec vu sur le véhicule et éventuellement propice à la lecture ?

Amicalement Dixlouca
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Mer Nov 19 2014, 22:51    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Dixlouca,
 Pourquoi s'interroge-t on sur les détails révélé tardivement  par Gaston les 14 et 15 Nov 53 en 2 versions différentes ?
Nous pourrions peut-être suggérer que le vieux, avant ou après s'être " sacrifié pour les siens  " , tente de tirer profit en orientant Sébeille et Périès sur les divers témoignages relatifs aux apparitions des Drummond ou pseudo Drummond dans les parages de Lurs et de Ganagobie .
Sinon quel intérêt aurait-t-il eu suite à ses aveux de révéler ce qu'il avait omis de préciser pendant 18 mois ? Révélations, qui somme toute  ( nous sommes d'accord ) n'auraient en aucun cas pu être préjudiciable pour lui et sa famille.
Je ne pense pas que ce soit sur interrogation de la police, mais plutôt de son fait quand Gaston déclare avoir rencontré les Anglais  avant leur installation sur la décharge, puisque aux yeux des enquêteurs rien ne laissait supposer que cela ait pu se produire .


Les Dominici en étant sur place aux premières loges, devaient avoir aussi  connaissance de la teneur de ce racontaient les témoins du cru aux autorités;
qu'il s'agisse bien évidemment de parents par alliance comme A. Perrin, F.Perrin ,ou par les gars des Travaux Publics  Borgna/ Chicheddu.


En fait les lieux sont déserts  de 19h à 19h 30, Paul Delclite ne voit la Hillman qu'à 22 h à l'aller et à 23 h de retour de ses terres . ( Guerrier )
Mais il ne voit personne sur le bivouac .


Côté lecture, vu l'heure tardive et malgré dit-on un clair de lune exceptionnel, cette suggestion ne semble quand même pas trop propice à ce genre d'activité.
Mais si une promenade nocturne sous le ciel étoilé avait été décidée, j'opterai pour les bords de la Durance, tout au moins sur le chemin conduisant jusqu'à l'ancienne Tuilerie.
Après tout , ne s'étaient-ils pas arrêtés pour cela?
Cordialement 0ryx
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Dim Nov 23 2014, 22:13    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Oryx

Propice à la lecture faisait allusion à la rencontre de Gaston avec les Drummond à la mi-journée la veille du crime. Dans son témoignage un des époux Drummond s’adonnait à la lecture. J’ai mal exprimé mon clin d’œil, je n’envisageais pas une lecture nocturne, mais mon but était de suggéré que ce lieu avait plu quelques heures plus tôt aux Drummond et que c’est pour cela qu’ils ont fait escale plus tard à cet endroit. Le rapport de Constant réduit à néant cette hypothese. Mais il n’en demeure pas moins que je pense que les Drummond aient put bivouaquer de l’autre côté de la route, loin de tout regards et phares de voitures.
Une promenade au clair de lune au bord de la Durance est envisageable, mais ne trouvez- vous pas qu’une promenade qui se poursuit au moins jusqu’à 23 heures, c’est un peu tardif pour une enfant de dix ans ?

Amicalement Dixlouca.

Oryx j’ai une autre question :
Dans un casse, les taches sont répartis entre les complices, qu’elle est celle de celui qui est armé ?
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Lun Nov 24 2014, 18:29    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Salut Dixlouca,
Les Drummond ou les pseudos  Drummond apparaissent en plusieurs endroits et font l'objet de divers témoignages.
Il est bon de remettre sur le tapis les principales infos disponibles sur le sujet et d'en relever une fois de plus les contradictions.
Passons sous silence pour l'instant le témoin Marque .


 TEMOIGNAGES  BORGNAS / CHICHEDDU:
E. Guerrier Page  P 189 ( bas de page n° 128  )
         
" Cette route passe par un petit pont de pierre, au lieu dit Pont-Bernard, où un dénommé Borgna, chef de chantier, habitant à Ganagobie, et quelques uns de ses ouvriers ont déclarés avoir vu ce jours là vers 18h30 une voiture de couleur claire pouvant correspondre à la Hillman avec un couple et une fillette jouant à la balle . 
"
A contrario :
W. REYMOND  P 315 
 Révélations de Barthélémy Borgna et de Jérome Chicheddu, deux ouvriers travaillant sur la route ,en réfection, menant au prieuré de Ganagobie
" Nous finissons notre boulot à 18h30. A bord du camion nous avons peut-être mis un quart d'heure pour descendre les trois kilomètres de la route en lacets et en mauvais état, mais pas plus. (... ) La voiture était exactement là, le capot tourné vers Lurs ... " 


Si l'on en juge, la narration des témoignages laisse à désirer, pour l'un la scène se déroule près du pont Romain, pour l'autre près de Pont-Bernard. 


E. GUERRIER   P167    FRANCIS PERRIN  
"Il vient dire qu'il a vu une petite fourgonnette anglaise verte amande le 4 Août entre 11h30 et 11h45. Il a suivi la voiture qui descendait lentement de Lurs.


A contrario :
W.R   P 313        FRANCIS PERRIN
" C'était entre 11h30 et 11h45 , raconte-t-il. J'avais terminé ma tournée et je remontais au bureau de Lurs, quand j'ai  croisé  une voiture verte qui descendait très lentement. Je ne savais pas à l'époque que c'était une Hillman. Je l'ai su par la suite par les journaux. Par contre, à l'arrière, j'ai vu une plaque ronde avec les lettres GB ".
Là , il faudrait quand même savoir si Francis a croisé ou s'il a suivi la voiture? 
Car, avoir la possibilité de noter mentalement et décrire tous les détails fournis à cette occasion est plus difficile lorsque l'on croise ou que l'on suit un véhicule.


Ces quatre versions sont à l'image de ce que l'on peut lire dans les différents ouvrages, de façon intentionnelle pour certains, par méconnaissance du dossier pour d'autres, ou simplement suite à la  mauvaise interprétation des PV. 


Que les Drummond aient pu bivouaquer de l'autre côté de la décharge, peut se discuter;  avec un bémol tout de même, car, en toute subjectivité, de la même façon que Mr. Tout le monde, Sir Jack aurait certainement, côté pratique, garé le véhicule au plus prés de son bivouac, lui évitant ainsi de traverser la route.


Le commissaire Sébeille enregistre les déclarations de Gaston sur le sujet le 15 Novembre 53.
Donc entre Septembre 52 et Novembre 53, oser  prétendre que Gaston n'aurait pas eu vent du contenu des dépositions des frères Perrin ne tient pas la route.


Bien amicalement 0ryx


PS : En général, les membres d'un gang sont tous armés pour effectuer un cass et  dans beaucoup de cas prêt  à utiliser ces armes si les choses tournent mal.
Dans le cas ou seul l'un d'eux  déteindrait une arme, son rôle se limiterait semble-t-il à surveiller les abords et a intimider les victimes.
C'est ce à quoi je pense; mais peut-être suis-je à côté de la plaque?
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mar Nov 25 2014, 22:59    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Oryx

Je mets en copie un passage du post ayant trait au lieu de stationnement :
Un véhicule peut y stationner facilement sans causer aucune gêne ni danger aux usagers de la route

Ce qui est loin d’être le cas du côté de la borne kilométrique. Dun coté vous êtes sur un véritable parking, de l’autre en bordure de la nationale, et au débouché d’un chemin. Cinq petits 5 mètres d’asphalte et vous êtes de l’autre côté.
Je joints une photo pour juger de quels coté le stationnement est le plus commode.



Dans le cas ou seul l'un d'eux déteindrait une arme, son rôle se limiterait semble-t-il à surveiller les abords et à intimider les victimes.

Oui, c’est-à-dire faire le guet, et le guetteur pourrait très bien avoir été au même endroit que l’auteur de la photo ci-dessous a choisi pour sa prise de vue.


Cordialement
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Mer Nov 26 2014, 23:14    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Dixlouca,
C'est certain, la décharge offre une meilleure place de stationnement ;  ceci dit, quoi dire de plus sur les choix personnels de chacun ou sur l'appréciation intime qui motive nos désirs.


Qui dit guetteur dans la nuit du 4 Août peut faire penser à chasseur à l'affût .
Faites vous allusion à une partie de braconnage nocturne ,malgré la présence des Anglais?
Certaines personnes ont effectivement affirmé que ce lieu était un passage de prédilection pour les sangliers.
D'ailleurs le commissaire Chenevier n'y va pas par quatre chemin en élaborant son " Scénario du Cinéma-Vérité "  P 211/216  " dans La Grande Maison en empruntant que des faits majeurs, contrôlés , indiscutables " , précise-t-il . En cela soutenu avec l'étroite collaboration de sa fine équipe.
On peut même saluer sa " perspicacité " dans la mise en scène du Tave et de Zézé qui remontent le fossé en direction de la décharge sous le nez des Anglais.
Cordialement Oryx
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Sam Nov 29 2014, 23:34    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Oryx

A mon grand regret je ne possède pas le livre de Chenevier et je ne désespère pas en acquérir un car il me tente.

J’envisage dans les grandes lignes l’enchaînement suivant :
Les Drummond pour les raisons énumérées dans mes posts précédents se sont positionnés pour la nuit dans le champ de l’autre côté de la route. Des deux lits de camp qu’un seul est amené, il est pour Elisabeth. Pour eux ils n’ont simplement pris que la banquette arrière de leur véhicule.
C’est pour cela que Delcliffe n’a vu personne et qu’un seul lit de camp avec un amas de couverture dessus.
Je pense que les environs de 23h30 est le moment du rassemblement des bénévoles pour le lancement des travaux de déblaiements.
Lors des travaux la voiture a suscité curiosité et intérêt.
Quand ces travaux furent terminés, tout ce beau monde regagna ses pénates. Sauf quelques personnes qui après avoir attendu volontairement un certain temps, après que le calme soit revenu, sont allés voir de plus près l’Hillman. 1 h du matin est une heure plus favorable au larcin qu’au voyeurisme. A 1h du matin tout est calme
Un des maraudeur s’est posté près de l’arbre solitaire, au bord et à droite du chemin qui dessert le champ de l’autre côté de la route. Sa tâche est de faire le guet et de surveiller les Drummond.
JD pris d’une envie pressante, enfile ses tennis non lacés, se lève et va se soulager.
JD avant de regagner sa place jette un coup d’œil vers son véhicule et s’aperçoit que ça ne tourne pas rond. Il se précipite vers l’Hillman surprenant et prenant de vitesse le guetteur, celui-ci surpris, s’affole le piste et tire par réflexe dans le dos de JD. Le premier tir l’atteint alors qu’il est encore du côté Ganagobie de la route. Il poursuit sa course vers le campement et commence à répandre du sang sur la route. Il porte sa main vers sa blessure lorsque la deuxième balle le transperce, arrache et projette l’aponévrose sur le pare choc, il est à l’endroit où les taches de sang ont une configuration étrange. La balle finit sa course sur le parapet du pont.
Il finit par s’effondrer près du puisard.
Suite aux coups de feu, et comprenant la situation AD se précipite vers le corps de son mari, s’agenouille devant sa dépouille, hurlant de douleur et de colère. Elle est donc à genoux et tient son visage entre ses deux mains, les bras contre son tronc, elle offre son flanc droit au tireur qui pour la réduire au silence fait feu une première fois. C’est la balle qui a transperce son bras. Elle s’effondre à son tour, le tireur s’approche de plus près et décrit un arc de cercle autour d’elle pour obtenir un meilleur angle tir et fait feu encore deux fois. Ce sont les deux balles qui sont entrés dans le haut de corps.
Nous avons donc comme un doublé de chasse, un silence, le temps qu’AD arrive sur la dépouille de son mari, et les coups espacés, là c’est le tireur qui en remet une couche à plusieurs reprises jusqu’au silence total d’AD.
Les corps seront enlevés de cet endroit car trop visibles, ainsi que toutes les douilles sur le campement et la route.

Est-ce extravagant et dans ce cas j’arrête là ou bien je poursuis le feuilleton ?

Cordialement
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Lun Déc 1 2014, 18:07    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonjour ,
Je ne peux que vous engager à poursuivre votre exposé si l'on veut avoir connaissance de tous les éléments .


Bien qu'il faille lire tout ce qui traite de l'affaire, les 3 ouvrages du commissaire Chenevier n'apportent rien de neuf, sinon que de rejeter en bloc son échec sur les carences et maladresses de ses prédécesseurs . ( pantalons, traces de pas , etc )


J'avoue ne pas très bien situer l'emplacement du maraudeur posté près de l'arbre solitaire.
 Sur les photos de l'époque, hormis les oliviers, le terrain semble bien dégagé, sans aucun arbre en bordure de route.
Cordialement Oryx
 
Revenir en haut
Mariani


Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2009
Messages: 344
Localisation: Marseille
Masculin
Point(s): 346
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu Déc 4 2014, 14:34    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

 Bonjour amis(es) du forum;


Heureux de me retrouver parmi vous après une si longue absence.
C'est un régal que de vous lire. C'est très intéressant.
Pour le moment, je suis ce sujet  avec beaucoup d'intérêt.
Merci Oryx et merci Dixloucas.


Est-ce extravagant et dans ce cas j’arrête là ou bien je poursuis le feuilleton ?


Continuez Dixloucas.
Surtout, si vous devez évoquer le sort de la petite Elisabeth.
Quant à l'équipe de déblaiement, de qui était t'elle composée d'après vous? Qui pouvait être présent?


Merci


Amicalement.
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Ven Déc 5 2014, 22:48    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Oryx bonsoir Mariani

Position de l'arbre solitaire, propice à une "planque"



Cordialement
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Dim Déc 7 2014, 22:22    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Mariani,
Ca fait plaisir de vous lire à nouveau .
Bonsoir Dixlouca,
Très bonne photo aérienne à l'aplomb de la scène de crime, en effet un arbre ou gros un buisson se trouve en bordure du chemin ( qui ne conduit  pas à Ganagobie, mais à Lurs ) .
Donc les Drummond se seraient installés tous les trois sur cet espace en légère surélévation à l'amorce  du massif collinaire .
Cordialement Oryx
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Lun Déc 8 2014, 21:15    Sujet du message: Les invraisemblances Répondre en citant

Bonsoir Oryx, bonsoir Mariani

Comme faisant partit de l’équipe de déblaiement, je verrai bien :
Rourre, Clovis, et peut être éventuellement un autre agent SNCF du service voirie et évidemment Gustave. J’avais également envisagé la « bazarette » et son frère, mais suite à un post convaincant d’Oryx je serai tenté de les éliminer.
Plus Roger et et……….peut être un acolyte.

Quand à Elisabeth, je pense qu’elle a été blessé dans un premier temps et achevé bien plus tard qu’on ne le pense.

Oryx je pense avoir compris votre jugement sur la fiabilité des témoignages des cheminots, donc j’émets encore un postulat, imaginons qu’au passage des cheminots, ils y avaient non pas un corps, mais deux corps alignés à côté de l’Hillman. Pensez-vous qu’à la question insistante de Sébeille : Où était le corps de Md Drummond ? Ils aient simplement répondu « là » sans plus.


et



Pourquoi dormir dans les herbes folles et ses habitants alors que de l'autre coté c'est plat et propre, pas de phares, pas de passants etc .


Cordialement
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:43    Sujet du message: Les invraisemblances

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Contradictions des déclarations et des témoignages -> Les invraisemblances Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 4 sur 7

 
Sauter vers:  

Galerie photos | Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com