Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum Affaire Dominici - Triple crime de Lurs
Discussions sur l'affaire criminelle de Lurs. Août 1952, 3 cadavres de touristes Anglais gisent aux alentours de la Grand Terre, la ferme des Dominici.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LE MOT QUI TUE
Aller à la page: <  1, 2, 36, 7, 8, 9, 10, 11  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les diverses hypothèses -> Des simples hypothèses aux affabulations les plus farfelues
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
fuji


Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2011
Messages: 160
Localisation: midi-mediterranée
Masculin
Point(s): 160
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Ven Déc 14 2012, 15:52    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

  Bonjour Mariani, bonjour à tous

 Il s'agit de deux armes distinctes.

 Le Springfield modèle 1903 est un fusil à verrou utilisé pendant les deux guerres mondiales.

 Le Garand semi automatique fût conçu en 1936, destiné à remplacer le Springfield . Il a été produit (entre autres lieux)
 à Spingfield, par la Springfield Armory.

 D'où peut-être la confusion.  Il faut "interpréter" ce qui se dit sur les forums d'amateurs d'armes.

      Cordialement     FUJI
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven Déc 14 2012, 15:52    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Ven Déc 14 2012, 20:47    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonsoir à tous

Donc, carabine jetée dans la Durance immédiatement après le forfait. Comme on se débarrasse au plus pressé d'un
objet encombrant, compromettant et maudit. Sans aucun calcul.
Je n'en dirais pas autant pour les douilles et cartouches
.



Fuji je serai entierement d'accord avec vous sur ce point, mais à condition que le crime ait été découvert trés peu de temps aprés son éxécution.
Ce qui n'est pas le cas ici, et quand en plus on en rajoute une couche avec un dépot intentionnel de douilles et cartouches, je pense etre en droit non pas d'imaginer mais de supposer que la carabine dans la Durance est une supercherie.
Je suppose également que l'effondrement de Clovis face à la carabine exposée par Sébeille, est du à une méprise de sa part. Clovis a cru que la supercherie avait été éventé.
Je suppose que si la carabine etait "référencé" Dominici, cette derniere ayant été découverte la veille, Clovis etant forcément au courant de sa découverte par la police n'aurait pas manqué de s'attendre au pire et de se préparer mentalement à l'affrontement. Hors il n'en est rien. C'est donc qu'il ne s' y attendait pas.

Fuji, je vous rassure encore une fois, le ou les coupables sont dans l'entourage de la GT, je suppose.....

 Mais on peut supposer que c'est bien un projectile issu de la fusillade et qui
est venu s'écraser là, après avoir traversé le corps de Ann. ( je dis bien Ann ).


Quels sont les éléments qui vous font imaginer, pardon supposer cela ?


Cordialement
Revenir en haut
fuji


Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2011
Messages: 160
Localisation: midi-mediterranée
Masculin
Point(s): 160
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Ven Déc 14 2012, 23:21    Sujet du message: LE MOT QUI TUE. Répondre en citant

   Dixlouca, ce n'est pas le fruit de mon imagination, mais une supposition logique, puisque aucune
 balle n'est restée dans les corps de ces pauvres gens.  Elles sont bien allées qq part !!
 Pourquoi pas une dans le pont  ?

 A la réflexion, je m'avance un peu trop en précisant Ann.

    Bonsoir.     Cordialement     FUJI
Revenir en haut
Germaine


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2009
Messages: 143
Localisation: Nice
Féminin
Point(s): 143
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Sam Déc 15 2012, 23:23    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

fuji a écrit:
   Bonsoir à tous   Germaine vous êtes "destructrice" ! Evil or Very Mad   .... Il y a tout de même des présomptions énormes. Il y a des accusations concertées.  Des aveux associés au fait
 que la carabine était bien la propriété de la famille.  C'est déjà beaucoup et j'en oublie.



            Cordialement       FUJI  







Bonjour à tous,Je n'ai jamais dit que la carabine repêchée dans la Durance ne venait pas de la GT, je dis que rien ne prouve que c'est cette carabine qui a été utilisée pour assassiner les Drummond.La différence est de taille je pense.

Il n'y a pas eu de projectiles retirés des corps, d'ailleurs, personne ne sait si un ou des projectiles seraient restés dans les corps des victimes. En ce cas, il n'y a pas eu d'expertise balistique précise.

De nos jours quand on retrouve un projectile dans un corps ou ailleurs, on sait l'analyser et définir quelle arme a été utilisée. Ce qui permet de disculper ou bien, d'avoir une preuve de culpabilité.
Mais ça ne s'est pas pas passé ainsi pour l'affaire qui nous intéresse. Il n'y a absolument aucune certitude.
Un auteur a même précisé que les corps n'ont pas été radiographiés.
Seule, une inhumation des corps permettrait de savoir si oui ou non, il y avait des projectiles dans les corps des victimes, et enfin, de définir sans erreur possible, le calibre exact et désigner l'arme qui a été utilisée.

La carabine US-M1 a très bien pu être utlisée pour tuer la petite Elisabeth, et une autre arme a très bien pu aussi être utilisée pour tirer sur ses parents.
Le décalage de temps maintenant incontournable entre la mort des parents et celle de l'enfant, semble indiquer que la carabine que nous connaissons, aurait pu être seulement utilisée au petit matin pour frapper la malheureuse enfant alors qu'elle était sur le talus.

Si une arme a été effacée des lieux, et si une autre a été jetée dans la Durance, cela peut indiquer aussi que deux personnes n'ont pas eu les mêmes réactions,et les mêmes réflexes.
Dans un cas, cela a été réfléchi ( La disparition de la 1ere arme ) et dans l'autre, on devine une panique totale, motivée par la détention d'une arme qui a été utilisée bien plus tard, pour un acte atroce, et que l'auteur de cet acte s'est débarassé de l'arme ( La US-M1 ) jugeant trop dangereux de la garder en mains une seconde de plus. Cela prouverait aussi qu'il devait pratiquement faire jour quand cela s'est passé.

Mais alors, pourquoi trouver deux cartouches bien rangées, à la vue de tous, alors que d'autres objets eux, n'ont jamais été retrouvés? Voici là une question fort intéressante, mais que tout le monde semble vouloir contourner.

Oui, je pense que quelqu'un a voulu faire porter toute la responsabilité des crimes sur Gaston. Laisser traîner ces douilles, bien rangées en parallèles,  ou les déposer sur les lieux, devenait ainsi une signature qui allait désigner Gaston comme  SEUL responsable du drame.

Je pense même que celui aurait pu commettre cette mise en scène, savait sans doute que la carabine était immergée pas très loin des lieux. Déposer des douilles, c'était appuyer un peu plus sur le fait que ce n'était que cette SEULE arme qui avait été utilisée, et par une SEULE personne.

Tout ce qui concerne les deux frères ( Clovis et Gustave ) est très intéressant.
Il faut bien tout relire, et on voit très vite que toutes leurs déclarations vont dans un seul et même but, l'accusation de Gaston.

Clovis était à la GT au matin du 5 Août. Il s'y est attardé, nous le savons, ce n'est un secret pour personne.
Et Clovis ne se serait pas douté de rien?
Clovis n'aurait pas demandé à son frère où était passée la carabine de la GT?
Et tous deux, auraient oublié de ramasser les douilles et cartouches sur le bivouac, alors que le corps de A.D a été déplacé?
Vous ne pensez pas que cet " oubli " de cartouches est un peu gros?
Vous ne pensez pas que le comportement de Clovis devant Sebeille quand l'inspecteur lui présente la carabine, pouvait être une sinistre comédie ( Feindre, tout en ayant un comportement étrange devant les policiers, dans le but déjà de faire accuser Gaston pour protéger quequ'un d'autre )...?
Les deux frères étaient beaucoup plus sur une entente qu'une mésentente pour faire accuser le père. C'est tellement évident quand on lit tout ce qui les concerne.

Sous le couvert d'une relation conflictuelle, était soigneusement couvée une certaine complicité.

Que de mensonges de part et d'autre, ne serait ce que cette soi-disante révélation au bois de St Pons, pour ne citer que celle ci.

Je ne dis pas que Gaston était innocent de tout.
Je dis qu'il n'était pas coupable de tout.


La nuance est importante.

Salutations.
Revenir en haut
ORION


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 56
Point(s): 56
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Dim Déc 16 2012, 18:01    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonjour le forum,
Bonjour Germaine,

Germaine écrit:
"Je ne dis pas que Gaston était innocent de tout.
Je dis qu'il n'était pas coupable de tout."


Sans vouloir vous offenser, Germaine, pourriez-vous préciser davantage?
En effet, depuis que je vous lis, je n'ai pas réussi à cerner votre pensée.
Hormis le fait que, pour vous, Gaston n'est pas le  seul coupable, vous ne
dites jamais qui a fait quoi.
Pour simplifier:
Pour vous,
-Qu'a fait Gaston ?
-Qu'a fait Gustave ?
-Qu'a fait Zézé ?
-Qu'a fait autre, si autre il y avait sur le lieu des crimes ?
Je vous remercie par avance de la réponse que vous voudrez bien nous faire.
Revenir en haut
Mariani


Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2009
Messages: 344
Localisation: Marseille
Masculin
Point(s): 346
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Dim Déc 16 2012, 18:09    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

 Bonjour amis (es) du forum,

 bonjour Germaine,

Je ne peux que vous poser exactement les mêmes questions que notre ami Orion.


-Qu'a fait Gaston ?
-Qu'a fait Gustave ?
-Qu'a fait Zézé ?
-Qu'a fait autre, si autre il y avait sur le lieu des crimes ?
Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes


Merci d'avance

Amicalement.
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Dim Déc 16 2012, 22:51    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonsoir à tous

Mais alors, pourquoi trouver deux cartouches bien rangées, à la vue de tous, alors que d'autres objets eux, n'ont jamais été retrouvés? Voici là une question fort intéressante, mais que tout le monde semble vouloir contourner.

Germaine, pitié ne me mettez pas dans le '' tout le monde" !

Cordialement

Revenir en haut
ORION


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 56
Point(s): 56
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Déc 17 2012, 10:17    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonjour, le forum,

Non, Germaine, je ne veux pas contourner les deux cartouches. Mais j'y attache  peu d'importance dans la mesure où elles participent à la mise en scène du petit matin. Mise en scène sans doute orchestrée par notre ami Gustave, accompagné ou non de Zézé ou d'un autre. Seul problème: on devine mal l'intention de Gustave lorsqu'il maquille cette scène de crime. Peut-être n'est-ce pas clair dans son esprit et qu'il ne le sait lui-même. Il va, il vient, il fouille la voiture, prend quelques objets qui peuvent l'intéresser (appareil-photos, argent ?), retourne les corps (on se demande pourquoi), les change de place, les recouvre, et pour terminer, a bien du mal à expliquer à ceux qui l'ont vu, ce qu'il faisait à cet endroit, près de la voiture entre autre.
En fait, j'attribue si peu d'intelligence à ce brave Gustave que je  le crois  incapable de bâtir un scénario "tenant la route" et susceptible de faire  accuser son père. La seule chose qu'il sait faire, et très mal même, c'est mentir.
Et dans cette affaire, des mensonges, il y en a eu, de tous les côtés.
Revenir en haut
jean


Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2011
Messages: 4
Point(s): 4
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Déc 17 2012, 18:33    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonjour,

Je ne pense pas que Gustave était  l'imbecile que l'on nous présente toujours, la seule tactique qu'il avait pour sauver sa tete était de jouer au con, du moment que ses mensonges invraissembables n'ètaient pas sanctionnées pourquoi s"en priver,  accuser Gaston qui était le plus vieux sans fournir de vértable preuves en se rétranctant en inventant n'importe quoi, c' était la seule solution pour minimiser les dégats, finalement tout le monde à sauvé sa tete , et 60 ans aprés le mystere demeure,  qui a fait quoi? .Gaston avait averti Sébeille que celui qui a fait çela était plus malin (vicieux) que lui .

Cordialement.
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Lun Déc 17 2012, 22:18    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonsoir Orion


 Seul problème: on devine mal l'intention de Gustave lorsqu'il maquille cette scène de crime

Il faut arreter de croire que celui ou ceux qui ont maquillé la scéne avaient attrapé un coup de folie.
Quand les auteurs d'un crime interviennent sur le lieu de leur crime c'est pour subtiliser des éléments compromettant et effacer toutes traces egalement compromettantes. On ne revient pas pour en rajouter d'autres et faciliter d'autant le travail de la police,ou alors ces rajouts c'est pour envoyer les enqueteurs dans le mur. Ces rajouts sont de faux indices et evidemment non dangereux envers ceux qui les ont posé.
Si on écarte l'hypothese qu'ils n'étaient pas devenus complétement fous ou fadas :
Mettre 2 paires de cartouches qui confirment bien que les meurtres ont été accomplis par une USM1 ( qui je rappelle facilement retrouvable et je vous renvoie aux derniers posts de Germaine) n' a d'interet que si vous voulez que l'on croit que c'est bien l'arme du crime.
Mais ceci n' a vraiment aucun interet pour vous sortir de la nasse, sauf si cette arme n'est pas l'arme du crime et que cette meme arme n'est pas connu comme la votre et permet de faire oublier l'arme fatidique vous appartenant.

Cordialement
 

Revenir en haut
Germaine


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2009
Messages: 143
Localisation: Nice
Féminin
Point(s): 143
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer Déc 19 2012, 09:18    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

ORION a écrit:
Bonjour le forum, Bonjour Germaine,

Germaine écrit:
"Je ne dis pas que Gaston était innocent de tout.Je dis qu'il n'était pas coupable de tout."


Sans vouloir vous offenser, Germaine, pourriez-vous préciser davantage?
En effet, depuis que je vous lis, je n'ai pas réussi à cerner votre pensée.
Hormis le fait que, pour vous, Gaston n'est pas le  seul coupable, vous ne
dites jamais qui a fait quoi.
Pour simplifier:
Pour vous,
-Qu'a fait Gaston ?
-Qu'a fait Gustave ?
-Qu'a fait Zézé ?
-Qu'a fait autre, si autre il y avait sur le lieu des crimes ?
Je vous remercie par avance de la réponse que vous voudrez bien nous faire.



 Bonjour à tous,


Je comprends vos interrogations, aussi, j'y réponds.

Au contraire de beaucoup, je ne pense pas que ce soit Gaston qui ait provoqué l'altercation, et donc, le drame.
Je ne pense pas que ce soit Gaston qui ait tiré sur les Drummond. Et c'est pour ça que dans ses aveux, il a raconté une histoire invraisemblable, et qu'il a profité de récolter au passage la folle et ridicule hypothèse de Constant. L'occasion était trop belle, Gaston était coincé. Ne sachant quoi dire. Il a donc saisi au vol cettte histoire de voyeurisme et tout le reste, hypothèse soigneusement offerte sur un plateau par les inspecteurs. Constant en particulier.

Il suffit de voir combien Gaston saisit au vol tout ce qui lui est présenté. Ca commence avec Guérino, et ça se poursuit avec Constant.
Ne trouvez vous pas cela trop facile?

Je pense donc que le drame a été provoqué par Zézé, amplifié par Gustave, Gaston n'y ayant aucune participation directe.
C'est plus tard, alors que tout s'est joué que l'on fait appel au " vieux " car ce vieux, malgré son don mis en avant par beaucoup de roublardise, a purement et simplement été manipulé.
Je suis bien d'accord avec Jean qui dit qu'il faut arrêter de prendre Gustave pour un " simple "
Il a réussi à se faufiler entre les mailles du filet, à faire tourner en bourrique les inspecteurs, et les juges, et même le président du tribunal.
Tous ses revirements étaient calculés, préparés, et il savait très bien que la confusion qu'il semait à droite et à gauche, allait considérablement gêner les inspecteurs dans leur enquête.

Zézé et le Tave provoquent le drame, ils tirent sur les Anglais avec une autre arme que l'US-M1.
Ils font appel à leur " vieux ". Gaston. Il reste le cas de l'enfant.
Tous trois devaient être ensemble quand celle ci est transportée par le talus. Car moi aussi, la course de l'enfant, je n'y crois pas une seule seconde.

Voici le seul fait qui relie les trois personnages. Le sort de l'enfant.
Zézé et le Tave portent l'enfant, Gaston assistant à cette scène. Puis, par lâcheté, les deux compères n'osant aller au bout, demandent à Gaston d'en finir.
Et voici le terrible secret, l'acte horrible qui vient d'être commis, et qui les unit pour mériter une chatiment exemplaire, et ils le comprennent très vite.

Pour le reste, Gustave, très tôt, commence à manipuler tout le monde, car il a peur le Tave.
Il s'arrange pour faire une mise en scène, il s'arrange aussi pour jeter la suspicion sur le vieux, par petites doses, lentement, et quand il fait des confidences, il sait très bien qu'elles seront rapportées.

Le Tave, bien que simple paysan, certainement peu instruit, a mené tout le monde en bateau.
Le Tave a été protégé par son frère Clovis, et les tensions entre eux, bien que réelles, n'étaient pas aussi toutes spontanées. Mais calculées.
Yvette a fait aussi je ne sais combien de revirements dans ses témoignages, afin de sauver son mari. Ce que l'on peut comprendre.
Elle s'arrange pour que les soupçons, désignent Gaston. Puis, elle signe même une déclaration dans laquelle elle l'accuse aussi, comme les autres, avant de se rétracter, Gustave étant sauvé, ou presque.

Oui, le " vieux " a été sacrifié, ce qui explique sa surprise lors du verdict, et ses propos.
Non, Gaston est pas le tireur. Le tireur était expérimenté, disposait d'une autre arme, laquelle a été effacée.
L'US-M1 n'a servi qu'à achever l'enfant. Si elle s'est retrouvée dans la Durance, c'est soit par une grande naiveté de la part de Gaston, soit, par une manoeuvre quelconque d'autres personnes.
Dans les deux cas, elle allait désigner la GT, elle allait surtout désigner Gaston.

Clovis n'a eu de cesse que de tout faire pour mettre une barrière entre les enquêteurs et son frère.

Gaston a menti, c'est une certitude, mais il est coutume bien trop souvent de passer outre des mensonges flagrants de Zézé, ce à quoi je me refuse.
Tout le monde connait ses déclarations, il a tout fait pour cacher sa présence à la ferme, allant même jusqu'à dire avoir acheté du lait à un "mort" et ayant entrainé Roure à mentir.

Certainement que d'autres devaient être au courant, mais n'ont rien dit.

Gaston a été enveloppé dans une histoire qui l'a totalement dépassé. Se voyant seul accusé, portant toute la responsabilité du drame.
Devant Chenevier, Zézé tenait Gaston, mais on oublie que c'était aussi dans l'autre sens, sauf que le vieux a tout pris sur lui.
Il était coincé. Car parler de l'enfant devenait impossible.

Je comprends la réaction de Gaston lors de la reconstitution, face à Maillet.
Il suffit de se rappeler ses propos et sa colère. Maillet n'avait fait que rapporter les propos étranges, la confidence du Tave, confidence pour le moins curieuse et qui d'emblée déchargeait ce dernier de toute responsablité. Il avait entendu ces cris, ce n'était donc pas lui. La belle affaire que voilà, servie aussi sur un plateau à qui voudrait l'entendre et y croire.

Manquant de temps, je ne peux finir, mais je reviendrai argumenter, puisque cela est le souhait de beaucoup de participants de ce forum.

Salutations à tous.
Revenir en haut
ORION


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 56
Point(s): 56
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer Déc 19 2012, 11:14    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonjour le forum,

Et merci à Germaine pour ce début d'explications.
Donc, d'après elle, c'est Gaston qui a tué, (on devrait dire plutôt  massacré) la petite Elizabeth avec la Rock'Ola.
Crime horrible, s'il en est, surtout de la part d'un grand-père de nombreux petits-enfants. Crime impardonnable donc et qui méritait amplement la peine de mort, châtiment encore en vigueur en 1952 et heureusement aboli en 1982, malgré le souhait d'une très grande majorité de français.
Gaston, coupable donc d'un seul assassinat.
Mais alors, quand ses fils l'accusent, pourquoi ne dit-il pas la vérité ? Pourquoi ne dit-il pas le rôle "joué"  par Gustave et Zézé. Avouer que ce sont ces deux-là qui ont tué les parents lui permettrait d'enlever une part de sa responsabilité dans le crime commis sur Elizabeth.
Quand on se dit innocent d'un crime, on ne se laisse pas condamner à la place d'un autre, surtout lorsque l'on  risque sa tête.
En effet, je ne crois pas que Gaston ait voulu protéger ce fils qui le dénonçait (ni Zézé) sous le prétexte que son âge avancé lui éviterait la peine capitale: le risque était bien trop grand. A preuve, c'est que Gaston a été, très logiquement,  condamné à mort !
Germaine dit que la fillette a été transportée, cela signifierait-il qu'elle a été emmenée vivante à la Grand'Terre, gardée pendant un certain temps, puis achevée par Gaston  sur le talus ?
Pourquoi ne l'avoir pas tuée sur place, c'est-à-dire sur le lieu du campement?  Pourquoi la transporter ? Rien de logique dans tout cela.
Il me semble que les constatations (mal ou incorrectement) faites par tous ceux qui ont examiné la petite ne sont pas concluantes, même s'il est dit qu'elle n'a pas couru du fait de l'absence de marques sous la plante des pieds.
Il me semble également que rien ne dit qu'Elisabeth n'aurait pas pu survivre (plusieurs heures après  ses parents) malgré les coups violents qu'elle a reçus. Je pense même qu'elle a pu agoniser longtemps avant que Gustave n'entende ses plaintes, ses "ronronnements".
Non, pour moi, Elizabeth a été assassinée immédiatement après ses parents. Et si on la retrouve sur le talus, c'est qu'elle a bien tenté une fuite, dans la seule direction qui s'ouvrait à elle, celle du pont Sncf.
J'attends avec impatience la suite que voudra bien nous donner Germaine quand elle aura du temps devant elle.
Revenir en haut
Jean Michel 26


Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2010
Messages: 236
Localisation: Pierrelongue
Point(s): 236
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer Déc 19 2012, 13:32    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Salut


Germaine a émis une hypothèse interessante . J'ai du mal à la croire , mais bon .
Je reconnais que ça peut expliquer l'insistance du vieux au procès quand il veut faire craquer gustave en lui demandant ( avec qui tu étais dans la luzerne ? )
Ceci expliquerait cela .

Mais pour le reste ? Shocked
J'arrive plus trop à suivre .

Help germaine svp . Crying or Very sad

@+
Jeanmi
_________________
Sport toujours et encore
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mer Déc 19 2012, 21:58    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonsoir à tous

Germaine sachez que je suis entierement d'accord avec vous.
Ce que vous ecrivez là je le pense depuis trés longtemps et tel que vous le décrivez, pratiquement dans le moindre détail. Bravo vous l'avez dit avec talent.
Germaine vous connaissez bien l'affaire, donc je peux écrire qu' à cause de son" pêcher d'amour", et vous comprenez le sens réel que je donne à cette phrase , Gaston, dans la partie qui l'oppose à Gus et Zeze le prive du valet d'atout.
Il ne peut livrer ni Gus ni Zeze car ces deux là n' hésiteront pas abattre le valet.Avec les conséquences que l'on imagine pour lui.
Mais en plus pour 1 ou 2 autres  le couperet également. C'est le risque d'une véritable décimation de la famille.
Ce que Clovis avait compris. D'ou son comportement et son inflexibilité.

Il est facile de comprendre qu'apres avoir pensé s'etre  sortie de ce guepier infernal en racontant sa fable à Guérino et sa hierarchie qu'il est retrouvé l'appetit et dévoré sa soupe.
Il a avoué, certe, mais il a avoué ce qu'il a voulut et dans ses aveux il est resté constamment maitre du jeux. Tout est relatif, ses aveux c'est du pipi de chat par rapport à la vérité vrai. Vous me comprenez !

Il y a une phrase de Gaston que j'aime bien :
" Je m'en fou que l'on m'accuse du meutre des parents parce que ce n'est pas moi, mais que l'on dise que j'ai tue une enfant, çà je ne  le supporte pas"
Il est roublard le type ! il tente d'induire qu'il est innocent, mais sans parjure, il clame qu'il n' a pas tué les parents, mais il ne clame pas qu'il n' a pas tué la petite.

Finalement nous sommes d'accord sur l'essentiel, sauf peut etre sur le lieu réel du crime* et la raison du dépot des cartouches et de la carabine.
Mais rappellez vous la phrase de Gaston " elle vient de la Serre, tu le sais"

Cordialement

* quoique une remarque d'Andrecaire me suggere une position médiane
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Jeu Déc 20 2012, 18:20    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonsoir toutes et tous,
Bonsoir Germaine,


Je partage votre avis sur le fait que Gaston attrape au vol tout ce qui se présente ou qu' on lui suggère, c'est aussi le cas de Gustave,
( pour la paillardise il s'agit de Prudhomme )


Donc selon votre exposé, Gustave,immédiatement  ( peut être avec les conseils de Clovis) décide de faire porter le chapeau à son père en semant volontairement,  venues d'on ne sait où,  2 douilles percutées  et  2 cartouches  ,qui doivent , c'est le but recherché , identifier l'arme utilisant ce calibre;  tout en subtilisant des douilles ( au moins 5 )d'une autre arme impliquée dans les crimes des parents :  2 tirs sur Jack et 3 tirs sur Anne, sinon plus selon certains...
Et pour parfaire la mise en scène, loin d'écarter les soupçons , pour mieux enfoncer le vieux, on jette la Roc Ola, ( connue de tous, utilisée en copropriété par le clan ) dans un bras mort peu profond de la Durance avec l'espoir qu'elle soit découverte. 
On peut dire que ce scénario à parfaitement réussi.
Amicalement Oryx .


( Salut Mariani , suis de retour d'un bon et long voyage )
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:31    Sujet du message: LE MOT QUI TUE

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les diverses hypothèses -> Des simples hypothèses aux affabulations les plus farfelues Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 36, 7, 8, 9, 10, 11  >
Page 7 sur 11

 
Sauter vers:  

Galerie photos | Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com