Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum Affaire Dominici - Triple crime de Lurs
Discussions sur l'affaire criminelle de Lurs. Août 1952, 3 cadavres de touristes Anglais gisent aux alentours de la Grand Terre, la ferme des Dominici.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LE MOT QUI TUE
Aller à la page: <  1, 2, 37, 8, 9, 10, 11  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les diverses hypothèses -> Des simples hypothèses aux affabulations les plus farfelues
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu Déc 20 2012, 23:04    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonsoir à tous

Ravi de votre retour parmi nous Oryx

A mon précèdent post j'ajoute que le pécher d'amour de gaston a pour but bien entendu de sauver l'honneur de ses petits-enfants. deux phrases prononcées par Gaston,
qui collent parfaitement au post de germaine.

Un des rares désaccord avec Germaine porte sur la mise en scène.

Premier point: penser à faire porter entierement le chapeau à Gaston, ce qui revient à hourdir un véritable complot, si peu de temps aprés le crime est peu probable.
Il me semble qu'il faut plus de temps et reflexion.

Deuxieme point: je ne vois pas pourquoi subtiliser une arme par une autre désignerai spécifiquement le papé. Si la carabine était connu comme étant la propriété de Gaston
, alors là oui je comprendrais.

Si le metteur en scéne a pris soin de déposer des munitions d'USM1 ( munitions exclusive je le rappelle) et l'arme qui vas avec c'est qu'il voulait jeter un brouillard sur une autre
arme.

Je vais illustrer une des raisons que je pense probable par une image que j'espére être assez proche.

Imaginons qu'une personne à bord de sa Clio fasse du gymkhana près de chez lui. Bref fais le con et parade à bord de son modèle facilement reconnaissable.
Bien entendu des témoins l'ont vu appliqué à faire crisser ses pneus. Le chauffard n'ignorant pas ce détail.
Arrive ce qui devait arriver, l'abruti renverse, écrase et tue un piéton.
Le chauffard opte pour le délit de fuite, mais se souvient d'avoir été vu.
Qu'à cela ne tienne, il ramasse tous les débris sur le lieu de l'accident.
Vas récupérer au fin fond de sa remise , recouverte de poussieres et de fétus de paille une vieille et déglingué Juva4 oublié de tous.
La Juva est précipité dans un fossé peu herbeux à proximité, un phare et un morceau de clignotant de cette dernière sont déposés à l'endroit exact du choc.

Le lien avec la Clio est brisé.
La police vas courir apres un fantomatique proprietaire, mais n'aura aucune raison de perquisionné le garage du propriétaire de la Clio ,puisque la voiture impliqué est une Juva.


Bien entendu, si ce même véhicule a été aperçu quelqes années auparavant dans un autre garage par une vielle dame, avec les cales qui sont toujours en place, c'est la cerise sur le gateau.

Cordialement
 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu Déc 20 2012, 23:04    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
ORION


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 56
Point(s): 56
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Ven Déc 21 2012, 11:47    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonjour à tous,

En réponse à Dixlouca, je me pose cette question:
Peut-on réellement établir un parallèle entre une mise en scène d'un  crime commis avec une arme et un accident mortel de voiture ?

Cela me semble bien délicat dans la mesure où le siège des blessures occasionnées et le point d'impact d'un véhicule qu'on jette dans le fossé peuvent être en contradiction totale, à moins d'avoir tout prémédité et bien étudié les tenants et les aboutissants, ce qui est bien aléatoire.

Pour en revenir à notre affaire, il est certain qu'il n'y a eu aucune préméditation, ni dans la préparation, ni dans la réalisation des crimes. Et même si d'aucuns disent que Gustave était intelligent et roué (ce dont je doute fortement), je ne pense pas qu'il aurait eu le machiavélisme de faire accuser son  père d'un tel crime. Reporter la responsabilité d'un tel acte sur une personne avec laquelle on n'a pas de liens affectifs, ok. On rencontre régulièrement cette attitude dans les cours d'assises où on entend souvent cette défausse: "C'est pas moi, c'est l'autre". Mais s'agissant d'un père (Gaston), d'un fils (Gustave), d'un neveu (Zézé), non, j'ai vraiment du mal à le croire !

Et cette fameuse Rock'OLa, vient-elle de La Serre ? ou non ?
Car si elle vient de La Serre, comme on l'a dit, ce serait idiot, de la part de Gustave (et de Zézé) de tout faire pour qu'on croie que c'est bien l'arme du crime puisque dans ce cas cela reviendrait à se tirer une balle dans le pied !

Gustave semble oublier que désigner l'arme du crime ne désigne pas pour autant le tireur. Et, qu'on le veuille ou non, cette arme est liée à la Grand'Terre et aux Dominici. Donc, plutôt que de mettre des indices (les cartouches non-percutées), comme on veut bien le laisser entendre ici , il aurait été mieux avisé de tout faire disparaître. C'est bien pourquoi je continue à croire que Gustave n'est pas si rusé que cela.
Pendant la nuit et au petit matin, Gustave  a tenté de maquiller la scène de crime, mais il l'a fait dans la précipitation, sans trop réfléchir à ce qui allait se passer par la suite. Mais il a été vu à divers endroits par plusieurs témoins.Il a donc fallu qu'il donne des explications aux enquêteurs. Elle ne pouvaient être que contradictoires et embrouillées. Seuls des mensonges pouvaient le sortir provisoirement de ce mauvais pas. Et c'est ce qu'il a fait: mentir. Mentir pour d'abord se protéger d'une accusation d'homicide, puis, dans un second temps pour protéger son père. Qu'il ait pu être présent, dans la luzerne et qu'avec Zézé il ait assisté au drame ne me chagrine pas outre mesure, mais pour ce qui est de l'auteur, Gaston reste pour moi le seul coupable des trois crimes.
 
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Sam Déc 22 2012, 01:09    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonsoir à tous

Orion j'ai écrit qu'il fallait y voir une image. Même si cela est différent il y a des analogies.
Je pense que vous n'avez rien compris dans le sens de mon illustration et mal interprété mon post.

Je vais donc détaillé ce que je pense. Ce n'est que mon opinion.

Quand Gustave (ou autre) a déposé les cartouches son n'objectif n'était pas de désigné sont père.
Relisez bien l'affaire et intérressez vous aux témoignages, même anonymes, d'avant le crime.
Relisez aussi tout les posts et sujets du forum
Il fort probable qu'un Dominici a été vu porteur d'une arme, certainement d'une autre arme. Son arme habituelle.
C'est certainement lui le primo meurtrier, (JD AD)
Vu par qui ?
1) Des usagers de la route, pietons, cyclistes...
2) N'oubliez pas qu'une rumeur court sur une réunion à la GT. Qui dit réunion entraine forcément un certain nombres de participants.Qui sont autant de témoins potentiels
ayant vu le détendeur de l'arme avec son arme.Réunion politique ou de travail ( déblayage clandestin de la voie ! ? )
Le détenteur à ce moment là n'a aucune intention belliqueuse et de ce fait aucune raison de se cacher.  
Mais aprés son forfait non prémédité, il se souviendra d'avoir été vu par X personnes avec son arme à la main avant le crime.
Ou craindra d'avoir été vu.
Arme qui n'est pas l'USM1.
On va donc sacrifier une arme oublié de tous et déglingué, puis disposer les munitions adéquates pour bien souligner que c'est une autre arme que celle éventuellement vu.
Cette arme sacrifiée est l'USM1. 
Le lien est coupée avec l'arme répertorié Dominici
Il peut y avoir aussi un autre objectif. N'oubliez pas que la ferme est à 165 m. Il se doute bien qu'ils vont etre en premiere ligne.
Il y a risque de perquisition, il n'est pas aisé de se débarrassé d'une arme connu par les amis et l'entourage, dont la disparition soudaine ne manquerait pas de faire jaser.

Je fais ici un copié collé d'un passage de mon post précédent et je vous laisse changer quelques mots pour l'adapté à notre sujet. 
Le lien avec la Clio est brisé.
La police vas courir apres un fantomatique proprietaire, mais n'aura aucune raison de perquisionné le garage du propriétaire de la Clio ,puisque la voiture impliqué est une Juva


Cordialement
Revenir en haut
ratigan


Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2009
Messages: 78
Localisation: L'Isle sur la sorgue
Masculin Balance (23sep-22oct) 牛 Buffle
Point(s): 37
Moyenne de points: 0,47

MessagePosté le: Sam Déc 22 2012, 09:08    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bjr,


pourquoi choisir l'arme qui " venait de La Serre " ?



Et le morceau de crosse sous le tête de ED ?
Revenir en haut
ORION


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 56
Point(s): 56
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Sam Déc 22 2012, 14:49    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonjour le forum,

Tout d'abord, permettez-moi de vous rassurer  sur mes capacités intellectuelles. Elles sont absolument normales et me permettent de comprendre les écrits de notre ami Dixlouca.
J'ai bien compris, à propos des voitures, qu'il s'agissait d'une image mais j'ai également précisé que la comparaison était osée, car dans le cas d'un accident provoqué par une voiture, on aurait eu des points d'impacts et des blessures qui n'auraient pas pu induire les enquêteurs en erreur. Il leur aurait été facile de prouver que la voiture "déglinguée" n'aurait pu être celle utilisée dans l'accident mortel.
J'ai bien compris que, d'après Dixlouca,  Gustave  se serait  servi d'une arme autre que la Rock'Ola. Voulant détourner les soupçons, il laisse des cartouches autres que celles qui appartiennent l' arme dont il se serait servi pour tuer Jack et Anne  (exit donc, la Clio).
Sauf qu'en mettant des munitions convenant à la Rock'Ola (est-ce que je me trompe, ou c'est bien ces cartouches qu'on a retrouvées?), il dirige automatiquement les enquêteurs vers la Rock'Ola, donc vers Gaston. C'est bien ce que j'ai dit plus haut: en agissant ainsi, il condamnait son père. aussi sûrement qu'en le nommant.
Un fils assassin donc qui n'hésite pas, en faisant cela, à envoyer son père à la guillotine ! NON, JE NE PEUX LE CROIRE !
De plus, il doit bien se douter, LE TAVE, que s'il met son père en cause  dans l'assassinat d'Elisabeth, il prend le risque énorme que Gaston se retourne contre lui et le désigne comme auteur du double meurtre des parents.

POUR MOI, la théorie de deux armes et de deux assassins NE TIENT PAS
 
En effet, l'intérêt des coupables (Gaston et Gustave), s'ils sont bien  deux a avoir tiré ( ce que je ne crois pas), ce n'est pas de faire accuser l'un pour l'autre et réciproquement.  Ils sont de la même famille et ne devraient donc rien faire qui salisse leur patronyme.
Leur intérêt est indéniablement de se  protéger mutuellement, de  faire en sorte que les enquêteurs cherchent ailleurs qu'à la Grand'Terre.
Or, vous l'aurez remarqué, aucun des Dominici n'a fait cela. Ils se sont accusés mutuellement, rejetant le crime sur l'autre. Ce n'est certes pas une preuve, MAIS UN INDICE INCONTOURNABLE que ce crime reste bien dans la famille
En revanche, si on est persuadé qu'il y a un seul tireur (Gaston), il est normal, qu'à un moment ou à un autre, Gustave soit obligé de dénoncer son père afin de pas être accusé à tort d'avoir participé aux crimes.
C'est d'ailleurs ce qui s'est passé: la mise en cause du père par le (puis les)  fils.
Quoi qu'il en soit et je me répète, l'assassinat effroyable d'une enfant méritait à lui seul la condamnation à mort du Patriarche. Qu'il ait tué (c'est ma conviction), sans doute  accidentellement les parents (ou non, selon Germaine et Dixlouca) m'importe peu. Sa condamnation est juste. Il a d'ailleurs eu le bonheur d'être gracié (trop rapidement-à mon sens car il a survécu relativement longtemps à sa maladie) par De Gaulle. La peine des Drummond sera perpétuelle, elle, sans espoir de grâce !
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Sam Déc 22 2012, 19:41    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonsoir à tous

Bonsoir Orion, les fils ont mis la carabine dans les mains du grand-père lors de leur aveux, mais rien ne dit qu'elle était à lui.
Si la carabine appartenait à Gaston , Gustave en aurait rien ignoré, et balance pour balance, je ne voie pas pour quelle raison il n'aurait pas dit à Sébeille " avec sa carabine, qu'il mettait à tel endroit,au lieu de sortir un vaseux '' que je tenais caché".Propos prêté  à Gaston par Gustave. Ce qui prouve son embarras, laissant à Gaston le soin d'éludé ce problème.

Le dessein de Gustave, mais sommes nous sûr que ce soit Gustave qui ait déposé les cartouches !, n'était pas de désigner son pére mais de faire diversion.

A votre lecture, j'ai l'impression que vous pensez que j'essaie d'innocenter Gaston, pas du tout, je colle un extrait du post de Germaine
 Voici le seul fait qui relie les trois personnages. Le sort de l'enfant.
Zézé et le Tave portent l'enfant, Gaston assistant à cette scène. Puis, par lâcheté, les deux compères n'osant aller au bout, demandent à Gaston d'en finir.
Et voici le terrible secret, l'acte horrible qui vient d'être commis, et qui les unit pour mériter une chatiment exemplaire, et ils le comprennent très vite.


Je suis d'accord avec Germaine, et vous pensez vraiment que je souhaite une clémence pour le vieux !

Cordialement
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Sam Déc 22 2012, 21:53    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonsoir Ratigan

pourquoi choisir l'arme qui " venait de La Serre " ?

Parce que personne ne savait que le clan en avait la possession.

Si la carabine etait connu comme étant la leur, 2 heures après la parution de sa photo dans la presse, je pense que le Sebeille aurait reçu un tas de nouvelles lettres anonymes. Mais sur ce point, aucune lettre, pas même un soupson de rumeur.

Mais il y a un détail qui me laisse songeur.

Peu de jour, après le crime, Gustave lance une attaque en laissant sous entendre que le proprio est le Paulo.( voir épisode sur les intiales RMC )
Mais étrangement, celui qui par ce fait le déshonneur planait sur son honneur ne prend pas la mouche, et ne contre attaque pas en s'écriant " salaud mais c'est ta carabine!"
 Si la carabine etait connu comme appartenant aux Dominici, s'il y avait eut une seule et unique personne au courant c' eut été bien le fumeur de pipe.
Il y aura bien contre attaque, mais en louvoyant, (voir épisode sac de pomme de terre).

Gustave nous laisse donc croire que Paulo en est le proprietaire, mais on en reste pas là, des mois après, le vieux en remet une couche lors de la reconstitution.
( "Tu la reconnais...." en s'adressant à Paulo. Ou Gaston a une exellente mémoire et se souviens de la dénonciation de Gustave et en profite pour jeter de nouveau le discredit sur Maillet, ou alors un parametre simple concernant la carabine permet à la mémoire d'un septuagénaire de tenir le propos au dessus.


Ratigan vous aurez sans doute remarqué que sur ma première ligne j'utilise le terme possession et non propriétaire, c'est volontaire.
Si vous me suivez vous comprendrez bien que le proprietaire de cette maudite carabine peu avoir quelques difficultées à se défendre.
Notez aussi que pour se défendre face à la dénonciation il aurait pu répondre " mais salaud , je te l'avais prêté".
C'est donc qu'il ne l'avait pas prêté.
Reste que....
Que lorsque il s'est aperçu que la carabine avait disparu de son clou, il n'était pas question d'aller porter plainte a la gendarmerie.
Que lorsqu'on ont la sortie de l'eau il ne pouvait pas dire," c'est la mienne que fait elle là ? "


Et n'oubliez pas l'épisode la plaque de vélo....

Cordialement





 





 
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Dim Déc 23 2012, 00:07    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonsoir tout le monde
Salut Dixlouca,


Vous avez changé de modèle et de marque de voiture dans votre nouvelle démonstration, mais je pense que la même erreur persiste.  
Substituer une arme connue par une autre tout aussi connue pour éloigner les soupçons sur l'arme utilisée ne tient pas la route puisque Gustave ,dans le cas de la tuerie, ignorait que les balles  étaient toutes ressorties des corps.


Pas plus que le chauffard ne pouvait savoir si des morceaux de verre spécifiques au phare de la Clio pouvaient se retrouver dans les blessures de la victime .


La découverte de la carabine jetée dans le bras mort de la Durance, faut-il le rappeler, ne doit sa découverte qu'à la crosse qui flottait en aval du canon, c'est dire que le canon dés lors , a fait l'objet de recherches plus intensives en amont dans un fond vaseux , et cela après le précédent passage des deux inspecteurs qui ne l'avait pas décelé.
Sans la découverte de la crosse il y aurait eu très peu de chance que l'ensemble métallique fût retrouvé
Cette histoire de carabine bien connue de tous dont l' appartenance n'a pu être attribuée en particulier à un individu du clan est dû essentiellement à une lâche et  honteuse complicité des gens du coin .


En somme le point friction qui tend à supposer qu'une autre arme aurait été  utilisée proviendrait du fait que les dispositions au sol par deux fois  très proches et trop hasardeuses des douilles et cartouches éjectées cacheraient une mise en scène.


Si les experts de tous poils n'ont pu expliquer comment des douilles et cartouches éjectées différemment  ont pu se retrouver " accolées " , je pense qu'il faut dissocier de cette inconnue le fait d'avoir découvert la carabine démantibulée dans la Durance qui relèverait plutôt d'un geste irréfléchi commis immédiatement après avoir assommé l'enfant ,sans rapport avec le casse tête que suscite  la disposition des munitions  .
En balistique sur le sujet les infos sont plutôt rares.
 Sauf erreur, aucune mesure n'est donnée sur la distance séparant la douille d'une cartouche de chaque paire; il est écrit ça et là ""côte à côte", "accolées" ,mais qu'en est-il ? à 1, 5, 10, 15, 20 ou 50 cm ?, pas plus que sur leur emplacement respectif dans l'espace( la douille puis la cartouche ) par rapport à un point fixe tel que l'automobile qui de toute évidence dans le périmètre comprenant la borne 32 et la décharge resterait le centre des événements jusqu'à preuve du contraire.


L'éjection des douilles se projettent  dit-on à droite et en arrière du tireur, il serait tout à fait évident, notamment  en ce qui concerne la paire retrouvée à côté du corps de A.D, qu'une cartouche éjectée manuellement ,étant plus lourde, devrait se situer entre une douille éjectée et le tireur .
Ce qui pourrait permettre de déterminer le sens du tir par rapport à la position des munitions .
Car au demeurant, pourrait t-on croire qu' une cartouche d'un poids supérieur  puisse être éjectée plus loin qu'une douille.
Encore que ,en manipulant la culasse dans le feu de l'action il y a une différence énorme que d'être à l'aise sur un pas de tir.
Mais on peut tenter d'aborder le problème différemment ;  il y a eu un minimum de 5 tirs au cours de la brève fusillade , donc 5 douilles éparpillées sur le sol que l'on va numéroter  de 1 à 5
3 douilles ramassées et subtilisées certainement dans le périmètre de la décharge que l'on va numéroter par exemple par  N° 1, 2, et 4  .
Sur les lieux, les 2 douilles trouvées  N° 3 et N° 5 sont situées en deux endroits  éloignés, ce qui laisse supposer que le tireur s'est déplacé durant la série de tirs.
 Ainsi et en l'absence de pouvoir situer l'emplacement au sol des trois douilles manquantes rien ne peut contredire la possibilité qu'après l' éjection des douilles 1, 2, ou 4,  les éjections manuelles intercalées  des cartouches ne puissent être projetées à proximité des douilles N°3 et N° 5 .
Bien sûr les chances sont augmentées en fonction du nombre de tirs réels .( SIX OU SEPT )
Nonobstant que des cartouches auraient pu tomber d'une poche  ( Gaston ) 


Un point positif néanmoins dans cet océan d'incertitudes, si la preuve n'a pu être apportée de l'implication de la carabine dans le meurtre des parents, l'étude balistique des 2 douilles a quand même prouvé leur utilisation par la Roc Ola.


Bien amicalement Oryx
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Dim Déc 23 2012, 09:13    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonjour à tous

Bonjour Oryx

Pas plus que le chauffard ne pouvait savoir si des morceaux de verre spécifiques au phare de la Clio pouvaient se retrouver dans les blessures de la victime .
 

C'est exact Oryx, jolie contre argument.
Pour les corps , ce parametre je l'avais déjà intégré. Les corps sont troués comme une passoire, ils ont trés bien pu supposer qu'aucune balle n'etait resté à l'intérieur.
J'ai aussi intégré que dans le feu de l'action et pris par le temps ce détail pouvait leur avoir échappé, ce qui m' a poussé à penser que ce n'était donc pas rédhibitoire.
Mais dans ce genre de situation, il faut bien tenter quelque chose. Perdu pour perdu ! je parle des malfaiteurs pas de moi !
Il ne faut pas oublié que cette mise en scéne a été faite aprés le crime, ce qui est un handicap pour intégrer tout ces détails.
Nombre de crime prémédité longtemps à l'avance avec mise en scéne et maquillé habillement ( voir par des services spécialiés !) ont été éventé grace à l'observation de ce genre depetits détails, alors dans notre affaire cela ne m'angoisse pas ....
 
Je suis relativement déçu, dans mon fort intérieur j'avais parié qu' au moins un forumeur m'aurait fait le coup de la plaque d'immatriculation ou des n° de série frappés sur le chassis.


Cordialement






 
Revenir en haut
ORION


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 56
Point(s): 56
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Dim Déc 23 2012, 10:48    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonjour à tous,

Lorsqu'Oryx écrit:
"Pas plus que le chauffard ne pouvait savoir si des morceaux de verre spécifiques au phare de la Clio pouvaient se retrouver dans les blessures de la victime ."

et que je dis, plus haut:
"car dans le cas d'un accident provoqué par une voiture, on aurait eu des points d'impacts et des blessures qui n'auraient pas pu induire les enquêteurs en erreur. Il leur aurait été facile de prouver que la voiture "déglinguée" n'aurait pu être celle utilisée dans l'accident mortel.
"

Nous sommes sur la même longueur d'onde, à savoir que vouloir faire porter le chapeau à une voiture pour en dédouaner une autre, ne tient pas plus la route (pardon pour le jeu de mots) que vouloir faire croire qu'une arme a été utilisée en lieu et place d'une autre ! C'est trop aléatoire dans la réalisation et présuppose que les enquêteurs sont des Pieds Nickelés.

En revanche, je souhaiterais une explication supplémentaire car je ne vois pas pourquoi Dixlouca ajoute:
"j'avais parié qu' au moins un forumeur m'aurait fait le coup de la plaque d'immatriculation ou des n° de série frappés sur le chassis."

Pour en revenir à la Rock'Ola, Dixlouca conteste que Gustave ait voulu orienter les soupçons sur Gaston en disposant les munitions de cette arme.
Si cette mise en scène est réelle, ce qui est loin d'être prouvé, elle ne pouvait que conduire au Patriarche: on le verra par la suite lorsque Clovis sera mis en présence de l'arme et lorsque les deux fils indiqueront le lieu où elle était entreposée.

Enfin, je suis encore surpris par le dernier post de Dixlouca.
Voici pourquoi:
Jusqu'à maintenant, Dixlouca et Germaine laissaient entendre que le Tave et Zézé étaient les tireurs et qu'ils voulaient éloigner les soupçons qui auraient pu peser sur leur tête. Mais voilà que ressurgit le Paulo, c'est-à-dire Paul Maillet.
Il me semblait que cette hypothèse n'avait plus cours et que le crime restait dans la famille Dominici.
Quel épisode ai-je pu manquer pour me fourvoyer à ce point ? (Lol)
Pourquoi Clovis et le Tave accuseraient-ils leur père, l'homme du clan, le Patriarche, leur géniteur, pour protéger Paulo, sachant le risque pénal encouru par l'assassin ?
Vite, éclairez ma lanterne car j'y perds mon latin dans toute cette histoire basse alpine, ou haute provençale, c'est selon !

NB: J'ai bien compris Dixlouca que vous n'essayez pas d'innocenter Gaston puisque, comme Germaine, vous pensez qu'il est l'auteur de l'assassinat d'Elizabeth, soit du crime le plus odieux et le plus impardonnable.
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Dim Déc 23 2012, 21:15    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonsoir à tous

Bonsoir Orion

Attention Orion, je ne dis pas que Maillet est coupable, je dis que la carabine appartenait à ce dernier. C'est lui qui la "tenait"....à une époque
Comment est elle arrivée à la Serre ?. Je suppose que peut etre on la décroché de son clou sans l'accord de Maillet et en son absence.
Si tel est le cas, déposer des munitions bien visibles avec l'ustensile propulseur ,qui va avec, offre une explication bien plus plausible, que le coup de folie Gustavienne.
Le but de la manoeuvre étant non pas de faire accusé Gaston, mais le pauvre Maillet.Nul doute que ce dernier dut être le premier surpris en voyant la carabine détrempée.
Aprés la découverte les choses n'évoluant pas, Gustave subtilement et traiteusement envoie son courrier anonyme, attaque frontale dont Paul ne se défend pas, voir mon post précedent.
Mais Gustave la joue fine avec sa dénonciation, il n'écrit pas brutalement " c'est la carabine de Maillet", non, il leur suggere via la remarque d'un parent que les initiales RMC signifient Robert Marcel Castang. Comme s'ils ne savaient pas que c'était le nom du constructeur !.
Il ne le dit pas clairement car c'est avouer la connaitre.Mais sa démarche est la même, balancer Maillet.Avec par la suite les ennuis pour Maillet que vous connaissez.
Mais Maillet ignore qui sont les assassins, et est en situation de blocage. Il ne peux pas se défendre en reconnaissant, oui c'est ma carabine mais on me l'avait volé.Imaginez donc sa situation.
Inutile de vous dire que dans les secondes qui auraient suivi, il  se prenait un coup de bottin sur la tête.
Rapidemment, il a bien dut comprendre que le coup ne venait pas de loin, d'autant que le clan commencait à etre sur la sellette.
De plus celui qui lui avait emprunté sa carabine était forçément local.
Pourquoi croyez vous qu'il cuisinait le Gus lors de ses ravitaillements Parmentiesque ?

Il commençait à subodorer des choses, tellement il subodorait qu'on l'a calmé avec un fil de fer en travers de sa route.



Cordialement














  







 






 
Revenir en haut
fuji


Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2011
Messages: 160
Localisation: midi-mediterranée
Masculin
Point(s): 160
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Déc 24 2012, 00:22    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

  Bonsoir tous les intervenants,

  Bonsoir Germaine

 J'ai dit de vous dernierement "destructrice" et vous ne vous êtes pas fâchée !  ( c'est bien ).
 Je dirais maintenant "constructive" et je connais vos raisons, que vous m'avez fait connaître.  Mais ça ne suffit
 pas et les choses ne peuvent pas être remises en question de cette maniere, à mon avis.

  Je ne vais pas développer  mes arguments, parce que ils sont les mêmes que ceux de Orion et Oryx ( les deux
 O, tiens !! ).  Exactement les mêmes.  Ils les ont mieux exprimés que moi.

 Les propositions de Dixlouca et Germaine sont beaucoup trop subtiles pour être l'oeuvre de gens comme les
 Dominici, pressés par le temps, les évènements et tout de même un peu limités par leur jugeote.  Il me semble.

 Et vous croyez que Sébeille (ou d'autres) n'y auraient pas pensé ?

 Pourquoi après tout , la disposition au sol des douilles et cartouches ne serait-elle pas naturelle ? Avec un peu de
 hasard.
 La carabine dans la Durance est le résultat d'un geste irréfléchi.  OUI.

 Pas la peine de s'attarder sur l'appartenance de cette carabine ou sa propriété : foutaise !  Elle était la copropriété
 de la famille.  Et bien d'autres le savaient qui se sont tus. ( vous croyez qu'on peut chasser le sanglier de 1944 à 1952
 avec un certain succès, sans que les autres chasseurs connaissent votre arme ? )  L'Omerta .

 Rappelez vous les terribles aveux de Gaston à Gustave d'abord - dans la nuit fatale - : "c'est moi qui ai tiré les coups de feu"
 et à Clovis en novembre 52 : "li aïe fa péta touti très".

 Sans parler de son entretien avec le père Lorenzi à Ganagobie le jour de la visite avec le photographe Pacaud.

 Le vieux n'avait à se sacrifier pour personne.  C'était lui le fautif.

  Je suis franchement du côté de Oryx et Orion.

            Cordialement     FUJI
Revenir en haut
ORION


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 56
Point(s): 56
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Déc 24 2012, 12:13    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonjour à tous,

@ FUJI
Vous avez entièrement raison d'écrire:
"Les propositions de Dixlouca et Germaine sont beaucoup trop subtiles pour être l'oeuvre de gens comme les
Dominici, pressés par le temps, les évènements et tout de même un peu limités par leur jugeote. Il me semble."

Face à ce triple meurtre, non prémédité, il est difficile d'imaginer le Tave, être fruste s'il en est, bâtir tout un scénario pour orienter les enquêteurs sur une fausse piste.
Comme je l'ai souvent dit, Gustave a passé sa nuit sur les lieux du drame, sans doute à la recherche d'éléments compromettants pour l'assassin. Il a déplacé les corps mais on ne sait pourquoi. A la recherche de douilles ? Peut-être, mais rien n'est moins sûr. A la recherche d'argent, de bijoux ? C'est plausible.A-t-il fouillé le véhicule ? Certainement. A-t-il volé l'appareil photo ? Pourquoi pas . Dans un premier temps, a-t-il ramassé les cartouches non percutées puis les a-t-il reposées à terre, l'une contre l'autre, pour faire autre chose, et les a oubliées par la suite ? On peut le supposer.
Et même si son intention était, en agissant ainsi, de désigner la Rock'Ola de Maillet, cela ne faisait en rien de ce dernier le tireur, et ne prouvait en aucune façon sa présence sur le terrain, au moment du drame.

"Pas la peine de s'attarder sur l'appartenance de cette carabine ou sa propriété : foutaise ! Elle était la copropriété
de la famille. Et bien d'autres le savaient qui se sont tus. ( vous croyez qu'on peut chasser le sanglier de 1944 à 1952
avec un certain succès, sans que les autres chasseurs connaissent votre arme ? ) L'Omerta ."

Oui, Fuji, là encore, je vous suis 5 sur 5:
Que la carabine appartienne à l'un (Maillet) ou qu'elle se soit trouvée à la Grand'Terre ce soir-là (apportée par qui on veut, cela n'a pas d'importance), il n'en reste pas moins que c'est bien l'arme du crime, c'est une certitude. Et si elle n'indique pas celui qui la tenait en main, sa présence dans la Durance montre l'implication des Dominici. Donc pas la peine de chercher, comme l'a fait Alain, le petit-fils, des espions venus du froid (lol). Et si Alain ne veut admettre son grand-père comme seul coupable, il doit en conclure que son père est un assassin. Pas aisée à tenir la position d'Alain Dominici !
L'omerta à laquelle vous faites allusion a plus nui à la famille qu'elle ne lui a été favorable. Car lorsqu'on veut cacher ce que l'on sait en ne disant rien, on s'oblige à mentir, puis, à force de mensonges, à se contredire.
C'est exactement ce qui s'est passé dans ce terrible drame.

@ Dixlouca:

Vous avez oublié de préciser votre pensée lorsque vous écrivez:
"j'avais parié qu' au moins un forumeur m'aurait fait le coup de la plaque d'immatriculation ou des n° de série frappés sur le chassis."

La sybillinité de cette phrase m'intrigue et je vous estime suffisamment courtois pour ne pas me laisser sur ma faim.

Bien cordialement,
Revenir en haut
fuji


Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2011
Messages: 160
Localisation: midi-mediterranée
Masculin
Point(s): 160
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Déc 27 2012, 01:33    Sujet du message: Le mot qui tue Répondre en citant

  Bonsoir.

  A Orion

 Content que vous rentriez dans mes vues.  Mais à deux reprises vous donnez Maillet comme propriétaire de la Rock Ola.
 Je crois que c'est une erreur.

 Depuis le début de l'enquète l'arme a été attribuée aux Dominici.  En commençant par la transaction avec les Américains
 au lendemain du débarquement.  Puis les analyses de l'huile de graissage . Le trouble de Clovis qui en tombe à genoux et
 enfin la désignation de l'emplacement dans la remise.

 ( pour Maillet c'était les Sten dans la cuisiniere..... )

      Cordialement       FUJI
Revenir en haut
ORION


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 56
Point(s): 56
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Déc 27 2012, 10:22    Sujet du message: LE MOT QUI TUE Répondre en citant

Bonjour le Forum,
Bonjour Fuji,

Non, Fuji, soyez rassuré, je ne fais pas d'erreur. Pour moi, la Rock'Ola est bien la propriété des Dominici et C'EST BIEN L'ARME DES CRIMES.
Lorsque j'évoque Maillet, c'est uniquement parce que certains, ici ou ailleurs, aimeraient bien que cette carabine lui appartienne et que ce soit lui l'assassin afin de dédouaner la famille de la Grand'Terre.
Je dis simplement que cela n'a pas d'importance qu'elle ait pu appartenir à Maillet ou qu'on l'ait apportée à la ferme ce soir-là puisque ce n'est pas elle qui désigne le tireur. En revanche, sa présence dans la Durance, à l'endroit où on l'a trouvée, ainsi que l'éclat de la crosse sous la tête d'Elizabeth sont des indices sérieux que l'assassin est bien celui qu'on pense: GASTON ! Je n'oublie ni l'attitude de Clovis lorsqu'on lui montre l'arme, ni l'endroit où elle était rangée dans l'appentis !
Induit en erreur par toutes les hypothèses que j'ai pu lire, j'avais imaginé, un temps, que Gustave et  Zézé auraient pu être les assassins. Mais, depuis,  je suis revenu aux fondamentaux et MAILLET ou les espions venus du froid, ou dautres encore dont j'ai oublié les noms tant leur participation pouvait être farfelue,  n'ont rien à voir dans cette malheureuse  histoire.
GASTON EST LE SEUL TIREUR ET LE SEUL COUPABLE.
On ne peut reprocher à Gustave, ce sont ses mensonges, la pollution de la scène de crime et surtout sa non-assistance à personne en danger pour laquelle il a été  peu sévèrement puni !

Bien cordialement !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:30    Sujet du message: LE MOT QUI TUE

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les diverses hypothèses -> Des simples hypothèses aux affabulations les plus farfelues Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 37, 8, 9, 10, 11  >
Page 8 sur 11

 
Sauter vers:  

Galerie photos | Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com