Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum Affaire Dominici - Triple crime de Lurs
Discussions sur l'affaire criminelle de Lurs. Août 1952, 3 cadavres de touristes Anglais gisent aux alentours de la Grand Terre, la ferme des Dominici.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Des évidences
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les diverses hypothèses -> Des simples hypothèses aux affabulations les plus farfelues
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mariani


Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2009
Messages: 344
Localisation: Marseille
Masculin
Point(s): 346
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Sam Mar 5 2011, 15:03    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

  Bonjour amis (es) du forum, et bonjour Poidevin, soyez le bienvenu.


Oui, notre amie Cassandre a concocté là quelque chose de tout à fait réaliste. Félicitations Marie Val. Okay


Poidevin, merci pour votre participation, laquelle est d'ailleurs très intéréssante pour plusieurs raisons.

Mais de qui émane le témoignage recueilli par la capitaine Albert? Car, si je ne me trompe, à Pont-Bernard, habitait Galizzi, auquel Zézé avait demandé de faire un faux témoignage.
Il avait aussi déclaré avoir arrosé des haricots vers St Pons dans l'après midi du 4 Août, et avoir discuté avec Paul Delclitte, ce que Delclite infirmera par la suite.

N'oublions pas aussi qu'il avait nié que Gustave était passé le prendre à la Serre, pour modifier par la suite sa déclaration.

Il avait déclaré que c'était Roure qui lui avait appris le drame s'érant déroulé à la Grand Terre. Roure disant ensuite qu'il ne se souvenait plus exactement des faits.
N'infirmant, ni ne confirmant la déclaration de Zézé. Décidément, Roure était déroutant, c'est le moins que l'on puisse dire. Il semble aussi que l'amnésie parcellaire se propageait un peu partout en ces temps là, du moins, chez certains protagonistes, ou bien, ils optaient pour des revirements soudains dans leurs témoignages.

Enfin, le plus gros étant que Zézé affirme s'être levé à 5h, s'être occupé des bêtes, puis, serait parti à 6h, acheter du lait chez le fermier Puissant, lequel était décédé depuis 6 mois.
On voit que l'enfantouillasse était bien de la famille. Cool


Remarquons amis (es) que tout le monde semble avoir un alibi entre 5h et 6h. Tout le monde semble vouloir se lever du milieu.

Gaston est avec le troupeau
Gustave soigne les bêtes, puis, s'en va arrêter un motard sur la route.
Zézé va acheter du lait à un mort.

Décidément. On est pas sorti de la "ferme" Embarassed

Bon week end à toutes, à tous.

Salutations.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam Mar 5 2011, 15:03    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Dim Mar 6 2011, 22:08    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

Bonsoir, 

Voilà une info inédite, que je ne retrouve nulle part dans les différents ouvrages que je possède, et je crois que par recoupement avec tout ce dont nous disposons l'un  d'entre nous aurait pu en faire état.
Vous dites que ce rapport date de 1955, soit après le procès et pendant les préliminaires de la contre enquête de chenevier.
Tout d'abord,  je salue le Capitaine Albert qui bosse le jour de la fête des travailleurs en mettant ainsi le travail à l'honneur.
Et non pas le sinistre slogan en exergue " La joie par le travail "
Ce PV donc est transmis au juge Carias qui devait chapeauter la contre enquête et mettre à disposition tant pour la défense que pour les inspecteurs Parisiens les divers compléments d'informations à charge ou décharge utiles à la manifestation de la vérité.
Je ne crois pas avoir lu que les défenseurs en fassent état.
Pas plus  que Chenevier, qui en aurait tiré profit en titillant davantage Zézé 
Faut t'il voir dans cette absence de communiquer le dossier:
Oubli manifeste ?, ne pas approfondir ?,  pouvoir décréter le non lieu? intox?
N'allons pas jusque là .


Si j'ai bien compris, Zézé fuyant la GT,profondément choqué, aurait recherché un soutient moral auprès des Girard  dans le courant de la nuit.                                   (erreur de patronyme,mais plutôt ferme des Garcin, employeur de Galizzi) .
Un bon coup de gnôle l'aurait réconforté, et Mme ... l'aurait choyé maternellement palliant  l'absence de sa mère.
A t'il expliqué les raisons de son émoi ?
Ses amis se sont t'ils fait complices en restant silencieux?
Galizzi aurait t'il pu s'y trouver ?
Si le Zézé est parti dans le courant de la nuit, il n'aurait pas assisté à l'achèvement de l'enfant à l'aube et encore moins aux aurores.
Dés lors en accompagnant le papé le matin il a pu constater au regard des blessures infligées sur la face de E.D qu'elles ne correspondaient pas avec ce qu'il aurait pu voir sitôt la gamine assommée sur le talus.  
 
Poidevin,vous citez les termes d'un rapport que vous n'avez pas lu, soit, mais dans quelle publication peut t'ont lire cette info partielle faisant allusion à ce rapport du Capitaine Albert destiné au juge Carias? 
A quel PV peut t'on se référer?
Cordialement Oryx
Revenir en haut
Germaine


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2009
Messages: 143
Localisation: Nice
Féminin
Point(s): 143
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Mar 7 2011, 21:54    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

            Bonjour



Et bonjour Poidevin,

Je ne peux que répéter la question posée par Mariani et Oryx, à savoir, quelle est la source de cette information?
Ca serait intéressant de le savoir.
Et si il s'avérait que la source est fiable, on peut se demander pourquoi le capitaine Albert aurait attendu tant de temps pour la divulguer?
Mais comme le dit Oryx, j'ai eu beau chercher dans tous les livres dédiés à l'affaire, je n'ai rien trouvé à ce sujet.
Un peu d'aide serait la bienvenue.
Merci d'avance

Bonne soirée.
Revenir en haut
Germaine


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2009
Messages: 143
Localisation: Nice
Féminin
Point(s): 143
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Mar 7 2011, 22:01    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

  N'oublions pas ce qui a été dit sur Gaston, il y a de cela longtemps.


   " Gaston Dominici, le chevrier incestueux "

Je ne sais dans quel esprit a germé cela, mais franchement, une rumeur, car sans aucune preuve, il s'agit bien d'une rumeur que l'on a bien voulu faire circuler, sans doute pour ajouter du sensationnel? Mais une rumeur, hélas, on ne peut la faire taire ensuite, il en reste toujours quelque chose.


 Bonne soirée.
Revenir en haut
Jean Michel 26


Hors ligne

Inscrit le: 24 Aoû 2010
Messages: 236
Localisation: Pierrelongue
Point(s): 236
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer Mar 9 2011, 16:35    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

 Salut


Il n'y a rien nulle part sur ce truc. j'ai cherché moi aussi.
Aucune trace

@+

Jeanmi
_________________
Sport toujours et encore
Revenir en haut
patricia84


Hors ligne

Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 107
Féminin
Point(s): 107
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Mar 10 2011, 17:10    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

Bonjour à tous,

Citation:
" Gaston Dominici, le chevrier incestueux "


 

Cette phrase a été écrite par un journaliste dont je ne me souviens plus du nom, lorsqu' il a été évoqué l'accouchement de Germaine fait Gaston Dominici pour la naissance de Roger Perrin, beaucoup d'articles des journaleux ont eu des dérapages pour faire vendre leurs papiers. La rumeur locale dément cette affirmation, malgré la "certitude" de Gaston comme pistachier, commune à beaucoup de personnes de l'époque.

Le rapport du capitaine Albert datant du 1er mai 1955 appelle à plusieurs observations;

. Ecrit un jour ferié ? à moins que le capitaine était de garde ce jour-là.
. Ecrit en 1955 en pleine contre-enquête du commissaire Chenevier ? Aucune allusion est porté dans son enquête au sujet de ce rapport.
. Zézé en phase de doutes, d'incertitudes, de réconfort la nuit du crime ? avant ou aprés l'heure fatidique ( 1 heure du matin)

Il faudrait voir l'ensemble de ce rapport pour en avoir le coeur net. Mettre que des brides de textes, les sortir de leur contexte est sujet à confusion.
Revenir en haut
Mariani


Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2009
Messages: 344
Localisation: Marseille
Masculin
Point(s): 346
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu Mar 10 2011, 17:47    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

           
                Bonjour amis (es) du forum,


Bonjour Patricia84,
c'est un réel plaisir que de vous lire à nouveau.
Et merci pour vos remarques. Okay

En effet, ces rumeurs de " journaleux " ont jeté tant de confusion.
Je me souviens de Chapus, lequel n'a pas hésité à se faire des films, essayant tout en même temps de faire avaler ses couleuvres à l'opinion.
Vous avez bien fait de rappeler qu'aussi, mettre des des brides de textes, hors du contexte original et partiellement ne faisait que rajouter à la confusion.
Déjà que mon cerveau ramollit avec l'âge, il risque de fondre totalement si des complications non fondées viennent s'ajouter au reste. Embarassed

Au plaisir de vous relire,
Cordialement à tous.
Revenir en haut
patricia84


Hors ligne

Inscrit le: 02 Aoû 2010
Messages: 107
Féminin
Point(s): 107
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Mar 10 2011, 18:40    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

Bonsoir Mariani

Je pense qu'il serait bon de mettre l'intégralité du rapport du capitaine Albert en date du 1er mai 1955, cela nous donnerait une opinion plus juste de son point de vue et de ses affirmations, trop de brides de textes, trop d'extrait de rapports sortis de leur contexte prêtent à confusion et à l'élaborations d'idées fumeuses qui poluent la " scéne de crime".

Que l'auteur du post initial mette en ligne l'intégratilé du rapport pour une discussion sérieuse.
Revenir en haut
Germaine


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2009
Messages: 143
Localisation: Nice
Féminin
Point(s): 143
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Mar 10 2011, 20:53    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

   Bonsoir


N'oubliez pas aussi Jean Teyssier, lequel n'était pas avare en fantaisies journalistiques.
Mais je partage l'avis de Mariani sur Chapus.


Bonne soirée.
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Ven Mar 11 2011, 10:51    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

Bonjour aux assidus,
Puisque Germaine en parle ...
" Une voix amie" prévient par téléphone le journaliste Teyssier à 6h/ 6h30 , qu'un crime s'est commis sur la commune de Lurs.


Source mise à disposition par S. Huet sur son site,relatant la conférence  du journaliste Jean Teyssier donnée à Digne en 1990 .


Quel intime  pouvait savoir qu'il s'agissait d'une affaire criminelle sinon que par l'intermédiaire d'un confrère qui aurait couvert les fêtes de Digne à l'instar de Yves Thélène correspondant local de même obédience qui aurait pu être prévenu en premier lieu par son beau-père : Faustin Roure .
Reste à essayer d'établir la fiabilité de ces horaires et de savoir si l'information transmise l'a  été concomitamment de Thélène à Teyssier.
 Il serait  peu vraisemblable que Roure le mieux placé en se rendant à Peyruis ne puisse faire bénéficier son gendre avant quiconque d'un scoop  journalistique, sachant  que Teyssier et Hauteville seraient informés immédiatement après pour les raisons que l'on sait.
En lisant Teyssier, il est écrit "... la sonnerie de téléphone retentit avec force dans NOTRE chambre...",parle t'il de sa chambre familiale ou d'une chambre d'hôtel partagée et mise à disposition par le comité des fêtes de Digne;
il poursuit, en utilisant à plusieurs reprises à la première personne pluriel NOUS et j'imagine que par association participative dans son exposé ce n'est pas de son épouse dont t-il s'agit.
Si nous nous reportons à ce qu' écrit Sébeille des conditions de partage des chambres pour se loger à Peyruis, on pourrait croire par analogie qu'en raison des capacités hôtelières limitées pendant les fêtes de Digne et par soucis d'économie des organisateurs, qu' il serait logique d'envisager la mise à disposition d'une chambre commune entre ces deux journalistes ou bien qu'il s'agirait d'un photographe chargé d'immortaliser sur pelloche la chanteuse/ interprète de "Ma cabane au Canada "


Pour quelle raison Teyssier en 1990 entoure t'il encore de mystère l'identité de son informateur, d'autant qu'il commet en même temps une boulette s'il voulait vraiment protéger son anonymat , en indiquant avoir été prévenu à 6h/6h30 sachant que personne hormis les cheminots n'avait vu un seul cadavre et que l'info ne pouvait provenir que de Roure .
Parallèlement à la même heure on ne peut envisager que ce coup de fil provienne d'une gendarmerie puisqu' il n'est pas fait état de crime dans la transmission orale de Guibert , assez faiblard en récitation.
  
Aucun doute ne subsiste à la lecture des ouvrages sur le fait que Roure serait à l'origine du coup de fil,si ce n'est que Teyssier se tromperait d'heure, et il est facile de le contrer en se basant uniquement sur les faits et gestes de Roure en se rendant à Peyruis aux environs de 7h.


A propos , Roure et son épouse faisant commerce d'un débit de boissons étaient t-ils abonnés au PPT? ce qui a son importance.
.
Par contre si les horaires mentionnés par Teyssier s'avéreraient juste, il serait hautement probable que Roure avait connaissance d'un événement plus gravissime que l'éboulement en se rendant sur les lieux.
C'est ,je crois, sur cet aspect des choses que les deux journalistes se font discret.
.On se rend compte que la précision de l'heure du coup de téléphone devient prépondérante pour ce qui suit .
Et pour cause, ( redite) au départ de Peyruis en se rendant sur la VF, son comportement incompréhensible n'aurait alors rien de surprenant, en dépassant ses coéquipiers sans  mot dire sur l'incident.
 Il aurait joué deux partitions, l'une, consciemment, en risquant de subir le reproche de la faute professionnelle en laissant croire qu'il ne s'est pas rendu la veille sur la VF', qui du reste n'a pas été relevée , et l'autre forcée, conditionnée par des relations intimes au bénéfice du microcosme ambiant.
Seule fausse note que nous soulignons avec le recul, ce manque de concertation entre les cheminots sur la route, qui ne serait qu' une attitude de façade notamment entre Clovis/Roure. 
  Ce qui pourrait expliquer que bien avant  6h/6h30  "ON " savait qu'il s'agissait de crime(s) impliquant peu ou prou la GT.
Et ce "ON" selon une rumeur propagée * : " il est jeune ,marié ,maintenant père de famille, il aurait été témoin de certains faits lors de son passage sur les lieux à bicyclette... " , pourrait être fondée ou écartée définitivement en essayant d'identifier cet inconnu de la nuit en reliant une possible parenté qui pourrait l'unir au chef d'équipe ; soit, un proche ou un gendre comme Pessenti mari de Sylvette Roure, et de son homonyme Jean Pessenti, témoin de passage devant la décharge la veille du 4 Août à 19h45 (accompagné de Dioville Latil employé du canal, donc Aygadier du canal desservant la GT).
Jean Pessenti et Pessenti gendre de Roure sont t 'ils apparentés ou serait ce une seule et unique personne et quelle serait la profession spécifique qui au cours de la nuit aurait pu nécessiter des aller/:retour sur la RN entre Peyruis / La Brillanne.
Pour ce, faut t -il rappeler que Delclite utilisait l'eau du canal aux environs de 23h  sur ce tronçon du canal en étant soumis aux  conditions de mise en service régie par la charte des abonnés.
La mémoire de l'eau existe paraît-il, tout au moins lorsqu'elle est couchée sur papier noir sur blanc.
 Yves Thélène écrit dans son ouvrage que Roure, dépositaire du lourd secret des  Dominici aurait reçu les confidences de Clovis accusant son père ,reste à savoir quand cela s'est dit,  AVANT 6h?  ou  APRES 7h du matin ?ou plus tard comme il veut le laisser entendre. 
 Faustin " ne parlait pas pour ne rien dire " nous dit-il, mais pour le moins, nous  constatons aussi qu'il parlait peu pour ce qu'il aurait eu beaucoup dû dire.


Bien sûr il hors de question de remettre en cause les déclarations et témoignages des intervenants tels que retenus par les instructions et la justice, mais rien n'empêche de s'interroger sans suspicion aucune.  


Cordialement Oryx


* Sous réserve d'en retrouver la trace écrite.
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Ven Mar 11 2011, 22:44    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

Bonsoir à tous




La mémoire de l'eau existe paraît-il, tout au moins lorsqu'elle est couchée sur papier noir sur blanc.









La mémoire de l'eau existerait si on en croit les théories fumeuses de feu un professeur à la solde de certains laboratoires.
Quand à celle couché sur papier noir sur blanc, nommé la « feuille » par un employé d'un canal, qui
à l'instar de celui Manosque puise aussi sa source dans la Durance, a dut rapidement être dépunaisé de son support. Opération nécessaire si les horaires mentionnés dessus représentaient un danger.


Cordialement
Revenir en haut
Mariani


Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2009
Messages: 344
Localisation: Marseille
Masculin
Point(s): 346
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mar Mar 15 2011, 15:44    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

Faustin " ne parlait pas pour ne rien dire " nous dit-il, mais pour le moins, nous  constatons aussi qu'il parlait peu pour ce qu'il aurait eu beaucoup dû dire.


   Bonjour amis(es) du forum,


Merci une fois de plus Oryx pour cette phrase.
Le Faustin tout de même, a semble t'il eu lui aussi, plusieurs facettes. Exclamation C'est le moins que l'on puisse dire.
A ce propos, je vous invite à relire tout ce qui tourne autour du juge Carrias. C'est plus que surprenant. Je termine mes lectures, et je reviendrai vous en parler. Cool
Cordialement.
Revenir en haut
Cassandre


Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2010
Messages: 180
Localisation: Montpellier
Féminin
Point(s): 163
Moyenne de points: 0,91

MessagePosté le: Ven Mar 25 2011, 20:47    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

           Bonjour




     Je viens de relire certains passages à propos du procès.
Heu, j'avoue ne pas comprendre le raisonnement et l'attitude du président.
Je me demande si de nos jours, un procès pour une affaire similaire, avec les mêmes trucs tordus, pourrait se passer comme ça a été le cas. ???
On dirait que Gustave était intouchable. Traité pourtant de lâche, de menteur, d'accusateur, etc, etc, et le voici qui pavane malgré tout dans les rues de Digne avec sa femme, et aucune charge retenue contre lui???
Pas même pour faux témoignage?
J'ai rien compris. Les procès se déroulaient comme ça à l'époque ou il s'agit d'une exception?

A bientôt

Marie-Val
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Sam Mar 26 2011, 09:47    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

Bonjour à tous et toutes,
 Faisant suite aux posts relatifs à l'attitude des cheminots, le cas de Barth est tout aussi irrationnel, militant départemental influent, plus négociant  en grains et issus qu'agriculteur,  fait une brève apparition à la ferme le matin sans se rendre sur la décharge, puis  joue ensuite l'abonné absent  ,ne revenant qu'aux environs de 16 h pour voir les corps ,sans se presser outre mesure en compagnie de sa fille
L' impérative nécessité d'aller faire provisions au marché d'oraison ne semble t-elle pas inadéquate au regard de la situation ?
Ce manque de soutient et d'intérêt apparent des Barth sur le terrain n'avait t-il pas pour but en tout premier lieu de sauver sa fille, le gus Tave , sa position et par ricochet défendre la probité des masses populaires , cela ailleurs et en présence d'instances supérieures.
Au fait , Barth était -il abonné lui aussi aux P.T.T ? .
De même que le débit de boissons tenu par l'épouse de Roure ? *
Nous ne savons pas non plus si le matin  Barth a pris contact avec Paul Maillet secrétaire de la cellule de Lurs comme il aurait dû le faire et ce conformément aux intérêts du PC en cas "d'éclaboussures " impliquant un sympathisant , fût-il simplement apparenté .


Mais sans doute le Paul était t-il déjà trop connu pour avoir la langue bien pendue en le mettant prématurément dans la confidence.
 Ne s'est-il pas senti frustré , empreint de doute, de répulsion, en apprenant sur le tard au cours du repas que Gustave avait vu l'enfant moribonde sans que les gens de la ferme n'apportent un secours. .
Il est quasiment certain que tous ces intervenants avaient connaissance du degré d'implication des Dominici dans l'affaire dés les premières heures, trop de contradictions, d'attitudes fuyantes apparaissent à nos yeux avec le recul du temps.
Gageons que tout ce monde bien avant la venue de Sébeille avait résolu une grande partie du problème en connaissant dans les grandes lignes la vérité.


Nous en avons l'illustration dans le désintérêt des Barth envers les victimes, la " fuite " des cheminots, l'abandon des dépouilles sur la décharge; tout cela ne relève t-il pas d'une taiseuse entente tacite, et  si l'on considère le temps passé sur les lieux, moins d' une demi heure, par Roure, Clovis, Boyer,nous pouvons comprendre qu'ils ne tenaient pas du tout à rencontrer les gendarmes.
Pouvons nous déceler dans ces comportements un quelconque moment  de stupeur, un temps de réaction positif, un apport d'humanité ; aucun ne s'est approché de la fillette, aucun n'a relevé la couverture recouvrant A.D, aucun n'a soulevé le lit de camp sous lequel gisait J.D.
Avaient-ils donc l'assurance qu'aucun souffle infime de vie ne les habitaient ?
 
Gustave et Clovis ne devaient -ils pas rester sur place et attendre les gendarmes?
 Roure ne pouvait refuser cela à son copain sous prétexte d'aller travailler sur la VF.
Le papé n'aurait t-il pas dû être prévenu par Gustave ou Clovis?
 Ils ne pouvaient  prétendre ignorer où se trouvait le père sachant que s'il avait emprunté son chemin habituel il aurait vu le lit de camp.etc,etc ; donc il ne pouvait en principe se situer qu'à l'opposé vers Giropey,si toutefois il s'y trouvait bien sûr.
Je signale qu'en étant placé sur la VF, de la gare de Lurs à Giropey ,on surplombe en totalité les iscles de Peyredul beaucoup moins boisées qu'actuellement et qu'aucun des cheminots de 7h à 8 h n'a entre-aperçu le papé et ses chèvres , pas plus que les Perrin pourtant bien placé, ni Maillet, ni Bourgues.
Les possibilités de pacage  se situent dans un périmètre restreint bordé à la fois par le canal et la Durance avec au milieu la VF et la RN ; de plus la totalité des surfaces entre la GT, la ferme du Clos, jusqu'à Giropey étaient cultivées.
En conséquence le papé et son troupeau silencieux seraient restés invisibles.
Et si l'on comptabilise le nombre de personnes ayant effectués des va et vient dans ce périmètre sans rien voir autant dire qu'ils étaient aveugles.
Amicalement 0ryx


* A tout hasard la BHTP conserve et met à disposition sur place les annuaires téléphoniques de la région.... Ducros se décarcassera bien pour en savoir plus , qu'on se le dise.
Revenir en haut
Mariani


Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2009
Messages: 344
Localisation: Marseille
Masculin
Point(s): 346
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Lun Mar 28 2011, 15:02    Sujet du message: Des évidences Répondre en citant

 
Bonjour Amis (es) du forum,


Encore un post très pertinent d'Oryx.
Et on ne peut qu'aller dans son sens. Que d'interrogations, mais bien légitimes et remarquables, car elles ciblent parfaitement certains "points " de l'affaire.
Ah ce troupeau invisible. Et qui plus est, sans doute aussi bien silencieux. Pourtant, les chèvres accompagnées de chiens, ça fait du bruit.
N'y avait 'il pas quelqu'un sur le forum qui disait par expérience que les chèvres refusaient de sortir la nuit    Question       Pardonnez mon trou de mémoire. Embarassed
Bref, invisible et silencieux. Voici donc le troupeau et son chevrier de la 6e dimension, tous plongés en cette matinée dans un monde parallèle pour n'en revenir que vers 8h.

Judicieuses remarques au sujet des " Barth " et aussi de la nécessité évidente d'aller faire " le marché " à Oraison. Tout juste après avoir eu le " droit  de laver un pantalon de son mari "

( Voir déclaration de la brue )


Merci encore Oryx, espérons que le " décarcassage " de Ducros ne sera pas vain. Okay

Amicalement à tous.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:43    Sujet du message: Des évidences

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les diverses hypothèses -> Des simples hypothèses aux affabulations les plus farfelues Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
Page 5 sur 8

 
Sauter vers:  

Galerie photos | Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com