Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum Affaire Dominici - Triple crime de Lurs
Discussions sur l'affaire criminelle de Lurs. Août 1952, 3 cadavres de touristes Anglais gisent aux alentours de la Grand Terre, la ferme des Dominici.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les témoins

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les témoignages -> Les témoins
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 435
Masculin
Point(s): 485
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Mar Aoû 11 2009, 10:08    Sujet du message: Les témoins Répondre en citant

Bonsoir,


En détaillant l'attitude des premiers témoins découvrant le corps de la fillette nous constatons qu'elle seule a été le centre d'intérêt de leur présence à proximité d'un cadavre sans toute fois s'en approcher, constatant à distance respectable aucun signe de vie.
Le fils aîné agissant en sorte comme le patron des lieux portant la responsabilité de la marche à suivre, les autres n'étant là que par la force des choses en tant que témoins passifs.
 
En faisant abstraction des diverses hypothèses déjà évoquées quant à l'éventuelle connaissance des faits au cours de la nuit par certains de ces intervenants :
Seul Roure pour raison professionnelle se devait de venir constater les dégâts sur la voie ferrée.
Pour Boyer c'est le hasard de la route et l'arrêt naturel devant la GT pour saluer au passage le fils cadet.
Idem pour Colvis précédé de peu, le seul à avoir remarqué du désordre.
Tandis que Drac pratiquement hors jeu, stoppé par un besoin pressant, assis sur ses talons sans doute au pied d'un cep de vigne, expédiait les affaires courantes.


Si l'on peut reprocher au fils aîné son manque de qualité pour décréter que la fillette était présentement décédée que dire des deux autres...
Quant aux corps des parents, nul ne se serait approché de leur corps, personne n'aurait soulevé le lit de camp ou la couverture; si un dernier souffle de vie animait encore leurs corps criblés de balles, si un secours quelconque aurait pu leur être dispensé, rien de tel n'a été entrepris.
C'est donc qu'ils savaient que les suppliciés étaient mort et bien mort.
Nous pouvons fortement supposer qu'ils en aient eut confirmation avant  leur venue sur les lieux par le fils cadet, bien que celui-ci nie au début de l'affaire avoir vu les corps des parents après avoir donné l'alerte par l'intermédiaire d' Ollivier ; sinon dans ce cas nous comprendrions encore moins la réactions des cheminots dans leur désintérêt  affecté envers les cadavres - en somme le Tave n'aurait fait part que d'une incertitude au sujet de la mort de l'enfant à cet instant précis à Boyer et Clovis.
Cela pourrait être corroboré par le fait qu'il accepte l'ordre de rester sur place de son frère aîné avant que celui-ci aille au talus, pour se rendre compte dans le doute si la fillette aurait pu le désigner comme complice ou auteur de ce méfait.
Précaution inutile, hasard ou geste posthume, le bras inerte de la fillette dirigé en direction de la GT se faisant accusateur.






 Ce qui donne à penser que les cheminots pourraient avoir assisté par impuissance contenue à l'ultime instant d'agonie de la gamine.
Le dernier à apprendre qu'Elisabeth Drummond n'était plus de ce monde est bien sûr le fils cadet rassuré par la bouche de son frère à son retour à la ferme.
"' t'en fais pas elle ne pourra rien dire, elle est morte " c'est peu ou prou le genre de phrase attendue qui a dû être prononcée par bribes à mi-voix devant Boyer horrifié.


On saisit mieux alors l'attitude de Boyer parent par alliance, allant jusqu'à soutenir en vain,  s'être rendu directement à la gare sans s'arrêter sur les lieux, puis le reconnaître sans pouvoir en expliquer les raisons.
Et que dire de ce manque de charité chrétienne dans l'abandon des corps jusqu'à l'arrivée des gendarmes, sinon qu'ils n'avaient qu'une hâte sans attendre les premières constatations :  fuir au plus vite.
Finalement dès la connaissance des faits, parmi les six premières personnes allant d'Ollivier à Drac c'est ce dernier n'ayant rien à dire qui s'est le mieux démerdé dans l'affaire, et pour cause.


Cordialement Oryx
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar Aoû 11 2009, 10:08    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lederangeur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 331
Localisation: Moscou
Masculin
Point(s): 331
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer Aoû 12 2009, 12:20    Sujet du message: Les témoins Répondre en citant

Bonjour à tous,
bonjour Oryx,

Voilà à votre actif un nouveau post plus qu'intéréssant, comme tous les autres d'ailleurs.
Remarques pertinentes et bien affinées.
En effet, on peut s'interroger sur ces comportements.

Désinterêt total et commun de leur part envers les Anglais.

" Sont t'ils bien morts?
Peut t'on faire quelque chose pour eux? "

Mais non, rien de tout cela.
Une connivence entre tous ces personnages semble bien réelle et non une idée farfelue.

La fuite en avant pour tous.

Et que dire de la " justice " qui condamne au minimum Gustave pour non assistance en personne en danger, alors que les autres ont tout de même avoué avoir été au courant qu'il y avait une fillette qui " remuait son bras "

Seul Gustave a payé, mais pas si cher que ça finalement.
Quant aux autres, la justice a considéré leurs comportements comme " normal "

Drôle de justice.

Bien cordialement............
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mer Aoû 12 2009, 22:45    Sujet du message: Les témoins Répondre en citant

Bonsoir à tous


Oublions la blessure coup à l'oreille dont il est très difficile de savoir si cela a été causé par une balle, un coup au moment de la fusillade ou peut être un mauvais positionnement du corps d'Élisabeth au moment de sa mise à mort sur le talus ayant entrainé une difficulté d'ajustement du bourreau.

Ce qui est certain c'est que les deux autres coups ont été porté avec une extrême violence, mais aussi avec une précision exemplaire. Ce qui dénote me semble d'il un calme et une froide détermination. Au regard de cette détermination, si la malheureuse Élisabeth après les deux coups reçus, avait laissé transpiré un soupçon de vie, nul doute qu'un troisième coups lui aurait été octroyé. Carabine cassée ou pas,une solution de remplacement aurait été trouvé.
Nous pouvons donc pensé qu'elle a été bien laissé pour morte.
Dans ce cas, les soit disant allers et venus de Gustave au près du corps me laisse perplexe.



Gustave a déclaré avoir trouvé le corps d'Élisabeth à cause des gémissements de cette dernière.
N'aurait il pas inventé ces prétendus gémissements pour masquer la boulette qu'il venait de commettre. En effet, se déclaré découvreur d'un corps, totalement invisible et éloigné de tout passage courant c'est évidemment se trahir. Dire que des râles ont attirés l'attention, cela change la donne et permet de se sortir du guêpier.


De plus affirmé qu'Élisabeth râlait au petit matin cela entraine de facto que dans la nuit elle était forcement vivante. Blessée mais vivante !
Hors si comme on l'évoque souvent dans le forum, on suppose avec effrois qu'elle a été tué bien après ses parents, on voit tout l'intérêt de ces affirmations. Inutile de faire un dessin.( T° du corps etc )
A l'origine une opération de masquage d'une boulette, les a peut être aidé involontairement de leur part a faire glisser l'heure de l'exécution ED plus tôt dans la nuit.

On peut comprendre pourquoi Gustave remercie le juge lors de son procès.


Cordialement
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu Aoû 13 2009, 12:35    Sujet du message: Les témoins Répondre en citant

Bonjour à tous


Bien qu'il est posé la question étrange « as tu appelé un docteur ? » à son frère, Clovis par son attitude au droit du talus en verrouille l'accès.
Puis posera une question surprenante à Roure « tu as vu ? » désignant le corps de la pauvre Élisabeth.
Cette question est destiné je pense a s'assurer que Roure ne s'est pas approché auparavant du cadavre et de part sa réponse savoir s'il la manipulé.
Mais pourquoi tant d'intérêt au cadavre d'ED, pourquoi veut il savoir s'il quelqu'un la déjà touché et pourquoi ne veut il pas que quelqu'un le touche ?
Simplement à cause du manque de rigidité cadavérique, chose à laquelle il se doute, si la petite à été assassiné tardivement et pour peu qu'il soit un tantinet au courant du déroulement tragique de la nuit. »
As t'il pris conscience que 2 cadavres d'adultes raides et froids et le cadavre d'une jeune adolescente
encore tiède allaient susciter des interrogations.



Cordialement

PS
Peut etre que la boulette du Gus n'était pas finalement une boulette.
Il fallait indiure dans les esprits que la petite a été achevé dans la continuite de ses parents et agonisé pendant des heures, quitte à passer
pour des sans coeur.  
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:39    Sujet du message: Les témoins

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les témoignages -> Les témoins Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Galerie photos | Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com