Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum Affaire Dominici - Triple crime de Lurs
Discussions sur l'affaire criminelle de Lurs. Août 1952, 3 cadavres de touristes Anglais gisent aux alentours de la Grand Terre, la ferme des Dominici.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ricard et le lit de camp
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les témoignages -> Les témoins
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mariani


Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2009
Messages: 344
Localisation: Marseille
Masculin
Point(s): 346
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Dim Aoû 2 2009, 11:08    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonjour le forum

Modeste contribution de ma part, et veuillez m'excuser si je reviens sur un point, maintes fois discuté ou analysé par tous les participants de ce forum, mais je voulais exprimer un avis.
Je suis plus qu'étonné de la manière dont Ricard le campeur agit et raconte les faits. Relate son passage devant le renfoncement.
Les photos montrent d'une manière évidente que le corps de Jack Drummond, même si il était caché par le lit de camp, que celui ci se devinait.
Ricard campeur, apercevant une voiture, du désordre, qui fait une inspection, pense à un accident, et n'a pas le réflexe ( Lui qui est campeur ) de retourner voir pourquoi et comment ce lit de camp se trouverait à droite dans le fossé ou sur le bord de la route. (? )
Je n'arrive pas à penser qu'il n'a pu le voir. Cela semble impossible.
Un campeur ne remarquant pas la présence de ce lit, et de plus, en constatant une bizarrerie dans l'environnement du renfoncement, et qui passe outre, me laisse douter de certaines choses.
Et quand on pense que par la suite, les cheminots dont Roure qui dit avoir arrêté le moteur de sa mobylette juste à l'endroit précis où se trouve le lit de camp qui recouvre le corps, et que personne n'a vu ce lit, en plein jour, et si on n'oublie que Ricard se déplaçait à pied, on se demande si ce lit était bien présent quand passe Ricard et les cheminots. Je n'arrive pas à l'envisager. Ca me semble du domaine de l'impossible.
Pardonnez moi si ce sujet a été déjà traité sur ce forum, et j'espère avoir écrit au bon endroit, vu que ce sujet traite des témoins.
Je me dis peut être à tort, je le reconnais, que ça fait beaucoup de gens qui n'ont pas vu ce lit. ( Même si le corps était invisible ) , mais d'après les photos, une partie du corps est bien visible.
Et puis, je me dis que le lit devait attirer la vue, car il est très visible, donc (?)

Merci
M.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim Aoû 2 2009, 11:08    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Dim Aoû 2 2009, 21:03    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonsoir à tous

Bonsoir Mariani

Quand bien meme AD aurait été abattu prés de l'Hillman, je doute fort qu'elle se soit effondré bien parrallele au véhicule et de maniere discrete au regard de la route. C'est donc qu'au minimum une personne a pris grand soin de la positionné de cette maniere.
Je parle bien entendu de l'emplacement vu par Ricard et autres témoins et non l'emplacement relevé par les gendarmes.
Hors si une personne a effectué cette tache de dissimulation, il aurait dut attaché la meme importance au cadavre de JD.
Le laissé de l'autre coté de la route avec ou sans lit par dessus ne cadre pas avec le fait d'avoir bien rangé AD.
On pourrait envisager que AD et JD etaient rangés cote à cote le long de l'hillman.
Ce cas de figure , a mon sens serait logique.
C e n'est qu'apres, le passage des cheminots que les corps ont été éparpillés, afin de donner un semblant de credit à une attaque et une fuite des victimes.

Mais si ce raisonnement est vrai pourquoi l'ont il mis de l'autre coté ?
Là je ne comprends pas.



 
Revenir en haut
Lederangeur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 331
Localisation: Moscou
Masculin
Point(s): 331
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Aoû 3 2009, 23:07    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonsoir à tous,


Il se pourrait que le corps de JD était dissimulé de l'autre côté de la route opposé au puisard, donc, du côté où on l'a trouvé, mais " bien dissimulé"
A quelques mètres seulement, dans les broussailles ou les genêts.
Ce qui appuie une fois de plus l'hypothèse que les corps étaient sur le "départ "
Mais que ça a foiré pour X raisons.

Le corps de JD bien dissimulé, mais déjà de ce côté ci de la route, a pu être déposé avec le lit, juste au bord de la RN96, car si il avait été retrouvé plus loin, caché dans les broussailles, ça en était fini de la version " crime de rôdeur "
Les soupçons sur un criminel local seraient venus immédiatement.

Ce qui voudrait dire que pendant que Roure, Clovis, Gustave et autres sont en discussion et errent aux alentours du talus, "quelqu'un" a déposé le corps de JD ainsi que le lit, juste au bord de la route. Et sur ce coup ci, on ne peut accuser Gustave.........

Comme l'a dit Dixloucas, et je l'en remercie, AD n'est pas tombée bien sur le lit de camp, bien en parallèle, comme par magie.
C'est donc la preuve que la manipulation des corps avait commencée bien plus tôt qu'on ne l'imagine.

Et qui pouvait déposer le corps de JD dans un laps de temps si court, le temps que les hommes aillent sur le talus et reviennent?
Il n'y en a que deux...... Gaston Dominici et Roger Perrin.

Car il faut bien se dire que Gaston Dominici se trouvant à Giropey après une telle nuit et de tels évènements, ça ne tient pas la route une seule seconde!
Il faut oublier Giropey et le vieux se trouvant soi-disant là bas avec ses chèvres.........

Voilà peut être le secret, ou la connivence possible entre Zézé et le vieux.
Le déplacement du corps de JD.............

Il faut bien se dire que l'on ne manipule pas des corps sans raisons.
Et il ne pouvait y en avoir qu'une:    L'enlèvement des cadavres des parents.
Car en dehors de cela, il n'y a aucune autre raison logique.


Cordialement.............
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mer Aoû 5 2009, 18:18    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonsoir à tous

Code:
[size=12]Il se pourrait que le corps de JD était dissimulé de l'autre côté de la route opposé au puisard, donc, du côté où on l'a trouvé, mais " bien dissimulé"
A quelques mètres seulement, dans les broussailles ou les genêts.[/size]

 

Mais dans ce cas , au demeurant possible, pourquoi les traces de sang s'arretent elles à l'emplacement du corps de JF ?

 
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 435
Masculin
Point(s): 485
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Mer Aoû 5 2009, 20:57    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonsoir ,


Effectivement il est inexplicable que ce témoin et bien d'autres aussi n'aient pas remarqués le lit de camp recouvrant le corps de l'Anglais.
Toutefois avant de poursuivre il faudrait savoir par où est ressorti notre campeur du bivouac :
Soit à gauche du mûrier par le chemin du pont pour accéder à la RN.
Soit entre le mûrier et le capot de la Hillman.
Soit par l'arrière de la voiture en revenant (?) sur ses pas.
Dans ce cas, circonstance encore plus aggravante d'étourderie et de cécité.
Quoi qui l'en soit, j'ai le même sentiment que vous Mariani, il a dû s'apercevoir d'une anomalie quelconque, son silence envers les deux femmes au passage devant la ferme et l'attitude de celles-ci à son endroit  n'incitait pas à un brin de causette, chacun des protagonistes savaient....
Nous pouvons songer à l'inquiétude de la bru: " a t' il vu mon mari ? " un corps oui! c'est sûr. Mais savait-elle dans l'immédiat s' il était recouvert d'une couverture donnant l'illusion de dormir.
Je veux bien admettre comme tous que le centre d'intêret visuel en déboulant du virage soit le véhicule, mais en marchant à droite ou à gauche de la route en direction du bivouac il est dur d'avaler qu'il n'ait pas dirigé son regard vers le lit de camp, ni plus loin en direction de la ferme et voir les personnes en attente.


Aurait-il entendu les coups de feux dans la nuit, et fait un rapprochement subito presto lors de son passage qui l'aurait incité à pénétrer sur les lieux, faisant la liaison avec les détonations entendues la veille, plus les taches de sang sur la route et le désordre relatif  devant les portes arrière de l'automobile.
Ainsi l'excuse qu'il ait pu se trouver en présence d'un accident  pour expliquer son intrusion serait fondée par ces trois éléments ;  le facteur à lui seul du désordre relatif ne peut engendrer une prétendument démarche de curiosité aussi irrépressible telle qu'un individu pénètre dans l'intimité d'autrui.
Sinon en matière d'indiscrétion on ne peut trouver mieux.
 
Un témoin franchissant le pont des Mées à l'heure des crimes aurait cru discerner provenant  du virage ou de la GT des lueurs dans la nuit...
A plus forte raison me semble t 'il par pure hypothèse, si le campeur à une distance plus rapprochée situé en hauteur dominante sur le bord Sud du plateau de Ganagobie contemplait la vallée par pleine lune sous la voûte céleste. La végétation étant moindre à cette époque il est probable que les éclairs provoqués par les coups de carabine devaient se distinguer plus ou moins nettement à l'amorce du virage, du haut de cet endroit  (" citadelle imprenable voyant arriver de loin les colonnes Allemandes ennemies " ). La vue porte jusqu'à la côte de Giropey.


Cet homme connaissait très bien les lieux...  on peut supposer qu'après avoir vu les éclats lumineux et entendu les coups de feux la veille de son camping du haut du plateau il n'avait qu'une hâte : outre prendre son car le matin que d'aller découvrir au passage sur son chemin dans cette zone un semblant d'explication.
Il nous faut tenir compte aussi du petit vent portant soufflant  dans une atmosphère sèche, orienté  Sud / Nord  (WR ne démentira pas ) qui pourrait accréditer le fait qu' il ait pu lui aussi entendre des cris  d'horreurs, tout comme un témoin de Dabisse sans en avoir absolument la certitude.


En l'absence de la lecture du rapport établi dans la description des taches de sang  sur la RN, nous ne pouvons que nous fier aux photos Chenevier bien postérieures au 5 Août - sujettes à discussions sur le positionnement exact qui relève de l'à peu près.
Néanmoins on peut s'étonner que celles-ci soient encore visibles le matin après le passage de plusieurs dizaines de véhicules notamment sur les bords droite et gauche de la chaussée.
Je suppose qu'il doit y avoir une différence de fraîcheur, de coagulation, de séchage, d'écrasement, d'effacement plus ou moins accentués par les pneumatiques en fonction de l'antériorité de leur présence au sol.
Soit elles étaient présentes à partir de 1h10 (écoulement sanguin des blessures en traversant la route), soit à l'issue du transport audacieux du corps post mortem + le lit  pour le cacher, pendant la découverte du corps de l'enfant, dans le dos des cheminots. 
A cet instant, ni le pépé ni le petit-fils ne sont présent sur place, selon l'enquête l'un garderait ses chèvres, et le dernier n'arriverait qu'après les gendarmes.
Dans les deux cas l'aspect des traces ne doit pas de toute évidence être le même selon qu'elles jonchent le sol à 1h10 ou à 6h30 le matin.
Les photos des taches devraient montrer leur aspect et situer dans le temps les heures de leur épanchement.


M'est avis que Ricard a dû se tailler au plus vite sans demander son reste, en se retournant à plusieurs reprises il démontre son inquiétude, fuyant par avance tout interrogatoire sur sa démarche inopportune.
C'est probablement après réflexion que notre campeur dépose à la gendarmerie, contraint et forcé, pour se prémunir du fait que deux témoins l'ont vu pénétrer sur le campement.
D'une façon générale les six ou sept personnes ayant arpentés au plus près sur les  lieux se sont évertuées à ne pas remarquer dès leur arrivée ce lit de camp en bordure de route. Ricard, lui, fait carrément l'impasse sur la présence de ce le lit aussi bien sur le bivouac qu'en face dans les touffes de genets.
Pas plus également au prime abord les gendarmes en arrivant l'ont remarqué.
Si nous nous référons aux multiples déclarations il serait resté un bon moment sur le bivouac, la présence d'un deuxième lit vide n'aurait pas manqué de l'interpeller et d'en faire allusion plus tard dans sa déclaration à la gendarmerie de Forcalquier ; en définitive au sortir du campement il ne veut que voir  qu'un campeur excentrique dormant sur le sol recouvert d'une couverture, devant un lit encombré d'objets divers.


Malgré son attitude équivoque qu'on peut lui reprocher en raison de son  manque de discernement, il s'est montré par la suite intraitable heureusement en se rattrapant dans la désignation  du corps allongé de l'Anglaise paralèllement à l'auto.


Le chapitre n'est pas clos, seule hypothèse novatrice dans ce sujet : les paroles du fils cadet qui pourraient tout aussi bien sortir de la bouche du campeur:
" Si tu avais vu, si tu avais entendu les cris d'horreurs ....." Mais où étais tu ? La haut sur le plateau !!!


Cordialement Oryx
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu Aoû 6 2009, 12:26    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonjour à tous

Bonjour Oryx

Vous faites toujours de beaux posts, mais quand ils sont limpides comme celui ci c'est un pur régal.
Là , c'est parfait, vous n'avez pas ajouté n'énigmes à l'énigme.
Pas de décodage à effectuer.



Petite remarque concernant les dépositions  de Ricard :
Personne n'attache la moindre importance à une de ses dépositions 
déposition dans laquelle  il déclare avoir vu des pieds chaussés, sur le cadavre sous la couverture.(pas des sandales !)
  
Salutations
Revenir en haut
Mariani


Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2009
Messages: 344
Localisation: Marseille
Masculin
Point(s): 346
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Lun Aoû 10 2009, 21:51    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonjour le forum
et merci pour vos réponses.
A propos des gens qui sont venus tôt dans la matinée du 5 Août, Clovis Dominici d'après des témoignages semblait savoir que la fillette était morte et semblait connaître l'endroit précis où celle ci se trouvait.
J'ai encore une question sur ce point.
Vous paraît'il vraisemblable que Clovis, le fils aîné, n'habitant qu'à 4 ou 5 km de la GT n'ait pu être sollicité d'une quelconque manière? (?)
Je veux dire, si ils avait besoin d'aide et d'assistance, est t'il raisonnable qu'ils se soient privés de faire appel à lui? Clovis étant malgré tout le fils aîné, donc, pouvant être tout de même d'une aide précieuse. (?)
Car après tout, il aurait de par sa position de proche être le premier averti (?)
Question déjà abordée sur ce forum ou pas?
J'ai beau parcourir les sujets, je ne me souviens pas y avoir lu cette parenthèse, ou plutôt cette éventualité.
Pardon si je me trompe.
Et encore merci à tous

M.
Revenir en haut
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mar Aoû 11 2009, 21:47    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonsoir à tous

Bonsoir Mariani
Je suis du meme avis que vous.
Cette éventualité a été évoqué au minimum deux fois, et par deux personnes differentes,mais n'a engendré aucun débat..
J'ajouterai que si Gustave n'etait nullement coupable, alors il serait hautement invraisemblable qu'il n'ait pas averti ou fait avertir son frere "ainé".
Dans ce cas precis , on ne peut je pense , imaginer qu'il ait décidé de jouer les pompiers seul cette nuit .
Dans le cas contraire, c'est à dire plus ou moins directement impliqué je serai plus nuancé.

J'ajouterai deux remarques :
Si on a dissimulé le corps d'AD sous une couverture et  le long de la voiture, il n'y a aucune raison logique de laissser celui de JD visible de l'autre coté de la route.
On peut imaginer et j'en ai la conviction que JD et Ad etaient cote à cote le long de l'Hillman une grande partie de la nuit, sous une couverture.
Cette dissimulation etait  une solution d'attente provisoire, car tôt ou tard les crimes seraient découvert. Une solution pour parer au plus pressé.
Mais en attendant qu'elle vrai solution ?
L'aide de Clovis ?
L'évacuation des corps ?
Ou alors étaient ils bloqués par autre chose (fuite et disparition d'ED) ?


Deuxieme remarque :
J'ai lu quelque part que Clovis possédait une moto , Gustave comptant sur sa venue, se serait il  extirpé trop rapidement de derriere l'Hilman lors du passage d'Olivier, pensant
avoir à faire à Clovis.
Revenir en haut
Lederangeur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 331
Localisation: Moscou
Masculin
Point(s): 331
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Aoû 13 2009, 10:53    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonjour à tous,




Clovis n'était pas du tout brouillé avec les siens, malgré quelques rumeurs lancées par des médias à l'époque afin de jeter de l'huile sur le feu et de donner à manger aux lecteurs affamés de sensationnel ou d'intrigues crimino-familiales.

Il avait voulu quitter la GT, ne plus travailler à la ferme, et faire sa vie avec sa femme et ses enfants en toute indépendance.
Malgré quelques désaccords, ou quelques tensions dûes au fait que celui ci s'était libéré du joug, Clovis ne trouvait pas la porte de la GT close, puisque il est avéré que ses visites étaient fréquentes, et qu"il n'était pas du tout mis à l'écart.

Autrement dit, il est difficile en effet de croire qu'aucune aide ne lui ait été demandée.

Alors me direz vous, mais pourquoi si Clovis a été sollicité pour intervenir, les choses étaient ce qu'elles étaient?

Je me dis que Clovis a pu purement et simplement refuser de " participer "........
Ce qui dès ce moment pouvait engendrer d'ores et déjà de l'hostilité envers le fils aîné.

On peut aussi supposer que Clovis sollicité dans l'urgence, a pu se trouver confronté à son épouse et aussi, à sa conscience.

Il faut tout de même imaginer ceci:

Vous avez une épouse et des enfants.
On vient tard dans la nuit vous demander de l'aide.
La question logique tombe:  " Que s'est t'il passé ? "

Vous imaginez la réponse. Même si celle ci est atténuée dans les détails, des évidences apparaissent.

Imaginons Clovis et son épouse tous deux révéillés, imaginons Gustave ou autre " messager " comme Perrin par exemple, qui dit qu'il y a eu un drame à la GT.
Des détails sont obligatoirement donnés. Il suffit alors d'imaginer la scène suivante:

Clovis sollicité pour aller aider les siens qui ont assassiné des touristes. Et Clovis devant sa femme accepterait?
Car il faut bien admettre que les personnes " hors clan" avaient le droit de ne pas " accepter " une tuerie et pouvaient être horrifiés devant l'ampleur et l'horreur du désastre.
Ce qui pouvait être le cas de Rose......

Qu'aurait pu dire l'épouse de Clovis à son mari ?

" Tu veux être complice d'une telle chose? Tu vas aider des assassins? Mais te rend tu compte? Je refuse une telle chose "

Peut t'on imaginer aussi Clovis ne tenant pas compte de l'avertissement ou de la mise en garde de sa femme?
Difficile d'y croire.
Et je me dis que Clovis, face à une telle situation ne devait plus trop savoir ce qu'il devait faire.

Aller assister les siens.... Au risque de tout foutre en l'air et de perdre les " siens " c'est à dire, les autres, qui ne sont ni plus ni moins, ceux avec qui il partage sa vie, et donc, son épouse et ses enfants.

Clovis s'est t'il refusé à intervenir? C'est certes possible!
On comprends alors la maladresse de Gustave qui surgit devant la moto d'Olivier.
Croyant sans doute que son frère a pu changer d'avis et enfin se décider à venir aider à faire du ménage.

Seulement voilà, le motard en question n'est pas Clovis, mais il s'agit d'Olivier.

De plus, et curieusement, l'attitude du patriarche se durcit visiblement et étrangement à partir de cette date là.
Reprochait t'on à Clovis de ne pas être venu porter assistance?
C'est possible en tout cas, même si il ne s'agit que de suppositions.

Clovis voulant rattraper le coup, conseille dès le matin son frère, lui disant de ne pas avouer que l'enfant était vivante, etc, etc.
On connaît la suite.

Bref, beaucoup de choses sont possibles.
Dans tous les cas, je me dis que Clovis tout de même ne devait pas pouvoir " intégrer " le fait que le ou les auteurs de ce massacre étaient issus du clan familial.
Il devait je pense être " effrayé et choqué ' par cela.

D'ailleurs Clovis en s'agenouillant devant la carabine , et devant les policiers démontre une chose évidente:

" Il n'était nullement préparé ou plutôt il n'avait pas anticipé sur la conduite à tenir ou les rôles à jouer selon la tournure des évènements. "

Ainsi, quand Sebeille lui présente la carabine, Clovis " craque "........Car il n'avait pas préparé une " réplique ou une réponse, ou bien encore, une attitude.
Clovis se laissant aller à un réflexe naturel, soudain et non calculé par avance.
Alors qu'à côté, c'est à dire dans le " clan " on excellait dans l'art de la manoeuvre et de la comédie.


Cordialement..............
Revenir en haut
ludo04


Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2009
Messages: 11
Localisation: PACA
Point(s): 11
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Sam Aoû 15 2009, 03:28    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonjour à tous.

Si l'enquête avait pu déterminer qui était réellement présent ce soir là à la Grand-terre ( car il parait à mon humble avis plus que certain

qu'il y ait eu lieu une réunion, une petite féte ce soir là à la ferme et qu'il n'est pas improbable qu'un des membres ou plus dés minuit ai tété au courant de la tournure que prenait ou allait prendre lesévénements ), alors on aurait pas à chercher qui a pu etre sollicité en pleine nuit, ce probléme s'étant posé et résolu donc plus tôt.

Car à voir la réaction de tous les intervenants ce matin là sur le campement et pres du talus, il semblerait que que personne n'ait été vraiment effrayé et paniqué par ce qu'il venait de voir.

Par contre je vois bien quelqu'un dans le lot aller prévenir François barth s'il n'était pas lui même déja présent ce soir là à la Grand - Terre.



Cordialement.




Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 435
Masculin
Point(s): 485
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Dim Aoû 16 2009, 11:53    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonjour ,
C'est un fait acquis comme dans tous les forums, dès que nous abordons un sujet et surtout dans cette affaire, après avoir ferraillé il reste toujours des impasses, de l'inexplicable, de l'irrationnel, du contradictoire.
Ricard ayant déposé le 6.8.52 à la gendarmerie, fait-il mention dans ce PV  des détails concernant Sir Jack : pantalon, chaussures, position de son corps, qu'il évoquera quelques mois plus tard convoqué par le commissaire pour audition à l' évêché le 13 .5. 53 ?
Manifestement il y a une erreur de sa part, c'est ce qui a été souligné par ailleurs.
Si notre homme lors de son intrusion sur le campement aperçoit le corps supposé de l'Anglais à moitié recouvert d'une couverture en donnant des détails si précis et qu'il ne voit pas tout à côté le corps de son épouse à quelques mètres, il y a matière à se poser encore des questions. Et la première réponse que l'on donnerait serait qu'il n'a pas vu de sang sur la route puisque le corps de l'Anglais n'aurait pas encore été déplacé de l'autre côté de la RN, ni le lit de camp vide.
Cela impliquerait que les cheminots au grand complet auraient doublement  menti dans leurs dépositions.
 1) puisque le corps aurait été présent à côté du véhicule avant l' arrivée de Ricard sur ces lieux désertés quelques minutes plus tôt par eux même.
 2) qu' ils déclarent avoir vu le lit de camp seulement à leur retour du talus et ont supposés sans s'approcher qu'une personne invisible s'y trouvait dessous.
Déduction personnelle tout le monde connaissait  la relation directe des crimes avec la GT, et tous fuyaient les ennuis comme les trois petits singes chinois.


D'autre part une polémique s'est instaurée au cours du procès lors de la déposition  du petit-fils à la barre : à savoir s'il avait pu discerner la couleur  d'un vêtement de la victime entièrement cachée par le lit de camp? il en est ressorti à l' audience des conclusions mi-figues mi-raisins d'après les photos présentées à la Cour.
Ricard ne peut donc faire non plus état des détails pantalon/chaussures position du corps vu de l'autre côté de la route puisqu'il ne semble pas avoir vu ce lit de camp, et à fortiori le corps en dessous entièrement invisible.
En conclusion il nous faut choisir entre les mensonges supposés des cheminots et la version Ricard qui a pu faire un amalgame entre ce qu' il a pu voir, confondre, et retenir des échos de la Presse largement diffusés.
Quoiqu'il en soit, voilà un individu habitué des lieux, campeur fidéle du site, lisant les journaux ou ayant la connaissance de l'impact populaire suscité par l'affaire, au courant du piétinement de l'enquête, témoin prépondérant (il l'a certes prouvé tardivement), qui attend placidement sur le plateau de Ganagobie d'être au cours d'une rencontre fortuite avec Sebeille enclin aux confidences des mois plus tard.
Le voilà sur la sellette notre homme maintenant, bientôt cloué au pilori de l'opprobe, y a pas à dire, c'est vrai  "qui de rien ne se mêle ,de rien se démêle".
D' où l'intéret Dixlouca, d'avoir plus de précisions sur l'aspect des taches de sang maculant la route -  pour ma part je suis persuadé que les gendarmes au matin ont su faire la différences entre des traces fraîches ou anciennes.


Cordialement Oryx
Revenir en haut
Lederangeur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 331
Localisation: Moscou
Masculin
Point(s): 331
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Aoû 27 2009, 15:38    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonjour Oryx,

 pour ma part je suis persuadé que les gendarmes au matin ont su faire la différences entre des traces fraîches ou anciennes.


Je n'en suis pas si certain, du moins, à mon humble avis.
A voir déjà comment ont commencé les choses, le laxisme, et tout le reste, j'ai du mal à croire en une étude approfondie, même basique des tâches de sang par les pandores.
Mais je peux me tromper, évidemment!

Cordialement......
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 435
Masculin
Point(s): 485
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Mer Sep 30 2009, 22:01    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonsoir,

Il est toujours bon d'enrichir une supposition par des faits concrets.
Faisant suite à l'hypothèse que Ricard campait sur le plateau de Ganagobie probablement par exemple sur le bord extrême Sud qui tient lieu aujourd'hui de parking, afin de jouir d'une vue imprenable de jour comme de nuit sur la vallée( ce que tout un chacun aurait fait à l'exception des Drummond) donc en surplomb du dernier lacet de la route, il aurait pu apercevoir les éclairs des coups de feux et entendre les détonations, ce qui aurait pu motiver sa curiosité manifestement indiscrète le lendemain matin; et pourrait également justifier son appétence pour la marche à pied par le cheminement sur la RN à partir du carrefour du Prieuré jusqu'à la GT (bien qu'un autre itinéraire soit possible jusqu'aux abords du lieu des crimes) avant de se faire rattraper par le car le conduisant à Forcalquier.
Itinéraire masqué au demeurant, qui permet de se soustraire en partie jusqu'au virage de la vue des personnes circulant sur la 96.
Placé à cet endroit sur le plateau la vue est actuellement parfaite. Nous pouvons observer à l'oeil nu un ruban de route conséquent dans la direction de Peyruis faisant suite au virage - un bouquet d'arbres à droite côté colline empêche aujourd'hui à l'opposé de distinguer au-delà en direction du campement. A l'époque d'après photos sur cette parcelle il n'y avait que des oliviers et des contreforts de colline plutôt clairsemés - la vue de ce fait en direction du campement situé plus loin (moins de 100 m) malgré le léger contrebas devait être de toute évidence effective, tout au moins pour les flashs des coups de feux.
Quant au son, en provenance de l'autoroute inexistante en 52, le chuintement continu des pneumatiques des automobiles est sans conteste à minima nettement audible, ainsi que la différenciation du son due au changement de boîtes de vitesses des poids-lourds à hauteur du talus là oû gisait la petite fille est elle aussi parfaitement claire. Ce qui permet de localiser avec exactitude la provenance des sons émis par des autos ou des camions.
Si l'on peut ouïr des sons provenant de cette distance, de jour, sans un souffle de vent, en étant placé sur le plateau, que dire des coups de feux de nuit provenant de la RN...
Tenant compte que les sons véhiculés de nuit sont mieux perceptibles et si portés par le petit vent S/N, ou S/NNO, merci la Météo, il est tout à fait concevable que l'ami Ricard ait pu les entendre.
La même expérience peut se répéter soit sur la falaise du Monastère, soit en s'écartant légèrement de l'allée des Moines conduisant à la croix dominant le Nord de la vallée. Bien sûr la portée des sons est moindre du fait de l'éloignement, mais pas la vue sur les lieux du drame, bien au contraire.
Chacun sur place en s'y rendant peut s'en rendre compte.
Mais hypothèse, simple hypothèse crédible concrètement sans plus.
Cordialement Oryx
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 435
Masculin
Point(s): 485
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Lun Nov 9 2009, 20:36    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonsoir ,
Dans l'hypothèse avancée où Ricard campant sur le plateau de Ganagobie aurait pu distinguer et entendre les coups de carabine ou même pourquoi pas les cris d'horreur poussés par les victimes,( la distance entre le plateau et la décharge à vol d'oiseau n'excède pas 2000 m) peut être renforcée grâce au visionnage de l'extrait d'un documentaire filmé de l'I.N.A  "Commissaire Sébeille" faisant suite à la parution de son ouvrage en 1970,soit 18 ans après les faits ou l'on peut discerner en arrière plan la falaise du dit plateau.
Repères sur la bande de 01 54 à 02 29 .
Malgré une vision du plateau masquée en partie par les acteurs au premier plan et que les arbres ont 18 années de plus, nous pouvons admettre la possibilité de la chose surtout en 1952 avec une moindre végétation.
Cordialement Oryx
Revenir en haut
ludo04


Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2009
Messages: 11
Localisation: PACA
Point(s): 11
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mar Nov 10 2009, 06:23    Sujet du message: Ricard et le lit de camp Répondre en citant

Bonjour à tous.

Bonjour Oryx.


Citation:
nous pouvons admettre la possibilité de la chose surtout en 1952 avec une moindre végétation.


Je pense que tout dépend de la direction du vent, ce soir là.

J'ai lu, mais comment et où le retrouver, que ce soir là il soufflait un léger vent.

Le probléme c'est la direction de ce dernier.

Est ouest ou ouest est ?

Ce dont je suis certain c'est qu'il ne s'agissait pas d'un vent nord sud, ni sud nord.

Ce que l'on peut dire, c'est que si Ricard a tout entendu, à ce moment là il n'a pas dû être le seul!

Quartier Giropey, Marachand?


Des que j'ai l'information sur la direction du vent, j'accours!

Autre chose, le soir même du 5 aout, dans la nuit, apres une journée toride, une forte pluie a fait le

ménage sur le terre plein.


Cordialement.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:43    Sujet du message: Ricard et le lit de camp

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les témoignages -> Les témoins Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >
Page 1 sur 5

 
Sauter vers:  

Galerie photos | Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com