Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum Affaire Dominici - Triple crime de Lurs
Discussions sur l'affaire criminelle de Lurs. Août 1952, 3 cadavres de touristes Anglais gisent aux alentours de la Grand Terre, la ferme des Dominici.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

témoignages sans suites
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les diverses hypothèses -> Des simples hypothèses aux affabulations les plus farfelues
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
dixlouca


Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2008
Messages: 520
Localisation: AVIGNON
Masculin
Point(s): 526
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Sam Juil 11 2009, 06:18    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

Bonjour à tous

Bonjour Lure04

Cette phrase été rapporté par Clovis. Gaston aurait dit à ce dernier que la raison initiale de son déplacement nocturne avait été le controle de l'éboulement, et que sans que cela
"ce ne serait pas..."
Cette phrase a été prononcé au moment ou Gaston aurait révélé à Clovis que c'était lui le coupable.



Cordialement
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam Juil 11 2009, 06:18    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Dim Juil 12 2009, 22:18    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

bonsoir à Tous


Toujours dans cette rubrique : Un individu énigmatique présent sur les lieux  en fin d'apès-midi parmi les autres badauds, ne perdant rien de la scène, furetant à droite comme à gauche attire l'attention du Commissaire, qui s'en est souvenu plus tard après avoir entendu les déclarations des frères Duc, qui aperçurent la nuit du 4 Août un homme au visage effrayant doté d'une dentition non moins effrayante.
Tout naturellement les regards soupçonneux se dirigèrent sur le cantonnier de La Brillanne, travaillant officiellement pour la DDE, ainsi qu'homme à tout faire comme ouvrier agricole chez les exploitants de temps à autre, et aussi à l'occasion  ferrailleur sur les bords ; surnommé "Chichole" en général et " Blanche Neige par les intimes.
( son père sans être affirmatif détenait un dépôt de ferraille).
Il n'y a aucune précision le concernant dans les ouvrages des auteurs, pas plus que de renseignements détaillés à ma connaissance sur l'interrogatoire dont il fut l'objet si ce n'est qu'en définitive il craignait  plus que ses employeurs de la DDE puissent lui reprocher d'être venu aux nouvelles pendant ses heures de travail.
Bien maigre résultat pour plusieurs heures d'audition.
Ce dont nous pouvons être sûr, le 5 Août 52 , c'est qu'il oeuvrait à proximité sur une section de la route de Forcalquier, confirmation m'en a été faite par un chef d'équipe, puis comme beaucoup, après son travail ayant appris les faits il est .......
Quant à sa personnalité, malgré une mine surprenante, un caractère assez frustre que certains lui attribuèrent, on peut ajouter quand même à son crédit que Dame nature l'avait favorisé dans l'Art de la danse, à tel point qu'il n'avait pas son pareil dans les patelins sur les pistes des "balètis"  auprès de la gente féminine. Beaucoup s'en souviennent encore avec nostalgie... ( les femmes seulement )
La curiosité étant un vilain défaut, mal lui en prit d'aller aux échos après ses heures d'astreintes (çà c'est pour la redondance).
Quelles pouvaient bien être les motivations d'une curiosité anormalement aiguë pour que le Commissaire le remarque ?
Nous pouvons supposer qu'il soit venu la veille le 4 Août en fin d'après-midi, pour suppléer dans l'arrosage l'absence du fils cadet, retenu à battre les blés chez un beau-frère.
L'emploi du temps du fils n' a jamais pu être déterminé avec exactitude, d'autant qu'il reposait uniquement sur les déclarations de parents.
Quelques précisions au passage, il ne faut pas oublier que l'arrosage ne concernait pas seulement ce champ de luzerne arboré d'une dizaine d'oliviers sur le pourtour, mais également d'autres terres en aval. (nous pouvons voir aujourd'hui  dans cet ancien champ de luzerne quasiment transformé en dépotoir un regain de jeunes pousses sur d'anciennes souches, l'olivier ne mourant jamais, que le propriétaire des lieux soigne avec application).


Si nous voulons intégrer notre cantonnier dans le puzzle  puisque son comportement attira l'attention du Commissaire, outre la description de son physique correspondant à l'homme figé aperçu à 58m de la ferme la nuit du 4 Août , nous pouvons penser que malgré tout le tintoin occasionné par l'éboulement, il fut  lui aussi  de la" fête" dans la soirée en compagnie peut être du chef d'équipe et du fils aîné, ce qui ferait déjà avec les mâles de la GT au moins 5 personnes dont 2 "invités" surprise; il ne nous resterait donc qu'à repérer le 3 ième "invité " tout aussi imprévu  qui ne pourrait être vraisemblablement que le petit-fils, et reconstituer ainsi avec l' aimable concours  de  " Chichole" le quatuor de cette assemblée suggérée dans l'ouvrage de G.DOMENECH.
Hypothèse largement entrevue par les enquêteurs sans pouvoir hélas la concrétiser. 
A ce jour il manque un composant essentiel, une sorte de dénominateur commun au sens figuré qui relierait une grande partie des témoignages sans suite. Le facteur imprévisible de l'éboulement n'interviendrait qu'en sus avec des effets néfastes postérieurement à une soirée restreinte prévue sans particularité, soirée somme toute banale, dans un cadre hebdomadaire faisant suite naturellement à leurs obligations professionnelles.
En effet, pour intégrer cette fameuse réunion impromptue par la force des choses, ainsi que par le nombre inattendu des " invités," toujours avec des si, et si nous gardons en mémoire l'éventualité de leur venue, dans l'ordre nous pourrions trouver :
_ Le Cantonnier de La Brillanne, venu aider à la ferme en fin d'après midi.( prévu)
_ Le Petit Fils ramassé au passage au retour de Peyruis par son Oncle.(non prévu)
_ Le Chef d'équipe venu constater l'importance des dégâts.(non prévu)
_ Le Fils Aîné accouru aux nouvelles par devoir familial.(non prévu)
-  Le Pépé et le fils cadet de la GT.
Et pourquoi pas encore 2 autres individus  de passage en coup de vent (à voir).


Alors bien sûr, au vu de la personnalité de l'un d'entre eux, le coup de pinard s'est transformé en une réunion inter-communales des  cellules du PC,de La Brillanne/Lurs/Peyruis ,ce qui serait franchement risible si cela était, mais aurait au moins l'avantage de laisser de côté la piste infructueuse à ce jour des relents de l'occupation et règlements de comptes.
Bien amicalement Oryx
Revenir en haut
lure04


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2009
Messages: 29
Localisation: 04
Point(s): 29
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Juil 13 2009, 06:35    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

Bonjour le Forum.

Bonjour Oryx.


Votre post, un vrai régal!

Merci de vous donner autant de mal pour nous.




Citation:
Quant à sa personnalité, malgré une mine surprenante, un caractère assez frustre que certains lui attribuèrent, on peut ajouter quand même à son crédit que Dame nature l'avait favorisé dans l'Art de la danse, à tel point qu'il n'avait pas son pareil dans les patelins sur les pistes des "balètis"  auprès de la gente féminine. Beaucoup s'en souviennent encore avec nostalgie... ( les femmes seulement )



Un autre, en plus beau, du côté de Lurs avait le même succes aupres des femmes avant son service militaire, c'est Gustave.

Dommage qu'il n'existe aucune photo dans tout ce qui a été publié de ce Marcel Chaillan.

On aurait pu juger de cette dentition qualifiée d'effrayante!

Cordialement.
Revenir en haut
lure04


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2009
Messages: 29
Localisation: 04
Point(s): 29
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Juil 13 2009, 07:17    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

Rebonjour LE Forum.


Citation:
Et pourquoi pas encore 2 autres individus  de passage en coup de vent (à voir).
 

Oui, pourquoi pas Paul Maillet et Jean Gallizzi!


Cordialement.
Revenir en haut
Bonanza


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 486
Localisation: PACA
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Juil 16 2009, 01:24    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

Bonjour à tous.


Citation:
Dommage qu'il n'existe aucune photo dans tout ce qui a été publié de ce Marcel Chaillan.

 

Seul Oryx qui semble connaitre parfaitement le personnage en ayant autant de renseignements à son sujet pourrait nous dire ce qu'il en est.

Oryx sauriez vous dans quel cimetiére est enterré Marcel Chaillan?

Merci d'avance.

Salutations.
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Ven Juil 17 2009, 20:36    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

bonsoir à tous,
Salut Bonanza,
Je ne connais pas particulièrement notre homme, et n'étant pas un adepte des tournées du 2 Novembre,excepté les miens ,je pourrais malgré tout me renseigner à l'occasion auprès de gens qui l'ont fréquenté afin de vous être agréable.
Honnêtement j'avoue n' y avoir pas songé.
Mais au vu de sa personnalité je ne pense pas, à l'exception de sa famille qu' il y ait eu foule pour faire recette derrière son corbillard et de ce fait il a dû se retrouver  mis en terre dans le plus grand anonymat ; ainsi va la vie.
Amicalement Oryx
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Lun Juil 20 2009, 09:32    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

Bonjour à tous,
Il a été évoqué la possibilité d'une panne de voiture ou d'une surchauffe du moteur, aléas supposés qui ne font qu'alourdir les débats ; et ce à cause d'un remplissage hypothétique du radiateur avec de l'eau offerte à la ferme cherchée en début de soirée, stockée dans un seau non rigide de toile blanche.
 Que Sir Jack ait pu souffrir d'insomnie c'est fort possible, le confort aussi n'était pas des plus agréable sur la décharge, soit, mais de là à intervenir à 23h30, c'est fort de café! Quant à sa présence à 3h50 impossible puisqu'il était décédé.
Nous connaissons la valeur des témoignages humains surtout la nuit et l'imprécision des horaires affichés en toute bonne foi, cette affaire en est l'illustration la plus criante.
Pour ma gouverne c' est un fait acquis, ni Sir jack (on se demanderait bien pourquoi?) ni un membre du clan n'avaient une raison impérieuse de traficoter sur le moteur de la Hillman au cours de la nuit et surtout pas quelqu'un de la GT en raison des risques encourus. 
On ne saisirait pas pourquoi une toile ou couverture aurait été apposée sur les vitres pour dissimuler une action quelconque, et se faire remarquer par ailleurs au moyen d'une lampe torche éclairée auparavant.
La voiture a démarré au quart de tour à la première sollicitation ce qui exclut la panne.


Deux témoignages à différentes heures 23h30 et 3h50 indiquent la présence d'un homme assez grand penché sous le capot d'une voiture tenant une lampe électrique.
Celui de Julliany à 23h30 situe le véhicule entre la ferme et la gare à droite côté colline;  jamais pour ce que l'on sache l'auto des Britanniques ne fut garée à cet emplacement, ôtant la possibilité que ce fusse la leur.
On ne peut ainsi retenir ce témoignage dans le scénario hypothétique de la présence de Sir Jack sous le capot a 23h30.
 Il y a donc erreur sur la personne entrevue et la position de leur automobile, excluant par là même de ce fait  le problème éventuel de surchauffe.
De même que déterminer en pleine nuit la stature d'une personne penchée sous un capot, en roulant d'une façon rapide à grosso modo 50/60 km, avec qui plus est un véhicule dont l'avant est positionné dans le sens de votre direction relève de la plus haute fantaisie. Non ?
Force est d'admettre que l'on ne peut se fier à ce chauffeur de car en matière de précisions géographiques qui aurait décompté pas moins de 3 véhicules dans un périmètre restreint ; une fois dans le virage, une autre fois entre la GT et la gare et pour finir une fois devant la borne 32, et d' ajouter sans être affirmatif, c'est là le plus cocasse, n'avoir pas vu la Hillman à sa gauche sur la décharge. La seule auto qui nous intéresse au premier chef. 
Nous avons déjà constaté cet état de confusion avec Mr Pacomi à propos de sa description des lieux pour les enfants de la Cléde.
Quant aux passagers de son autobus je n'en dit pas davantage, tant sont contradictoirement inexploitables leurs versions .
(La lecture de ces témoignages sur le Web est un tissus de divergences  pourtant estampillé Véritas  par un défenseur )


Celui  de J. Garcin à 3h50 désigne lui aussi une voiture capot relevé avec un homme penché, une portière ouverte. Oui mais à droite ou à gauche de la route?
Quelle portière?
Quoi qu'il en soit je ne peux imaginer le fils cadet  faisant l'appoint du radiateur à pareille heure, pas plus qu'éprouvant le besoin de jeter un regard sur de la belle mécanique étrangère.
il y a certainement une erreur de lieu, à l'identique des ados couche-tard de la Cléde, il nous faut  donc chercher d' autres explications.


X FILES : la vérité est ailleurs ...


Plantons le décor : séparées de 3km environ les fermes de la GT et de La Serre sont toutes deux situées après un virage du côté gauche de la route dans la direction Peyruis / Giropey, pratiquement à flanc de colline si l'on excepte la RN et ce dans une très grande obscurité.
Il existe aussi 2 cabanes à outils sur cette portion de route, édifices servant ordinairement aux agents de la DDE.
L'une est située à droite côté colline entre St Pons et Courachons, commune de Ganagobie, peu avant l'embranchement du Prieuré.
L'autre se situe à 50/60 m après la GT, à droite également de la route, commune de Lurs, toujours direction Giropey, exactement au ravin des Plumes.
Cette dernière cabane a été réhabilitée ou remplacée par une construction récente au cours des travaux d'entretien 2007/2008. Affreusement taguée depuis.
On ne peut que noter une similitude entre des lieux et des bâtis malgré les écarts de distances séparant les cabanes des fermes.
Rien ne dit pour l'instant que leur usage était exclusivement réservé à une seule administration, ni qu'elles fussent inexistantes à l'époque. Mais ......


Qui dit outillage dit utilisation pendant le service d'une activité, et comme activité nous avons le service d'arrosage du canal en sus de la DDE.
S' il est de mise de prétendre que la Hillman aurait pu avoir un problème  quelconque, il faut alors aussi accepter qu'un autre véhicule aurait pu lui aussi être victime d'une panne ou éprouver des difficultés dans sa bonne marche, et que le conducteur pendant son utilisation soit  dans l' obligation à certains moments d'intervenir.
 
De là à supposer qu'il s'agisse d'une voiture des employés du canal chargée du transport et de l'accompagnement dans les allers et retours entre la mise en ouverture et fermeture des martelières, il n'y a qu'un pas à franchir, bien que ces dits employés puissent aussi se déplacer à vélo. Mais nous pouvons aussi imaginer que le conducteur du canal comme tout bon supérieur hiérarchique puisse bénéficier parallèlement d'un moyen de locomotion plus pratique, plus rapide et moins fatigant pour coordonner l'ensemble des opérations.
Je me suis déjà exprimé sur le sujet à savoir : quelles étaient les raisons directes de la présence "d'un employé du canal connaissant bien les lieux et la famille", ainsi que sur la patronymie en sus de la fonction professionnelle de deux personnes qui pourraient se révéler en définitive en être qu'une seule.


D'autre part si nous nous intéressons aux véhicules en stationnement, avec ou sans conducteur ou passager, nous nous apercevons qu'ils sont situés soit à proximité de filioles principales avec puisards et vannes de répartitions soit au droit  de chemins amenant aux martelières du canal maître.


 Et de citer sans être exhaustif :
(Tenons compte aussi des allers/retours sur le terrain pour la compréhension des horaires : ouverture/ fermeture)
- 23h30 :  Mr. Juliany  " une voiture tout feux éteints un peu après le chemin conduisant au Monastère".
- 0h30/1h30 : Mr. André constate une voiture sur le chemin de Ganagobie. Donc au carrefour.
Nous  pouvons situer ces lieux dans les parages de St Pons et des Courachons à côté de la 1ère cabane citée et d'une martelière alimentant une filiole principale. PRISE N° 4 (coïncidence)
- 23h30 : Mr Juliany encore lui  " une voiture entre la GT et la gare côté droit.
PRISE N° 2 (coïncidence)
- 1h/1h10 : Mr. Jean, une voiture près de la GT, 2ème cabane.
PRISE N° 2 (coïncidence)
- Puis une autre voiture à Giropey avec 2 personnes. Martelière au droit du pont des eaux pluviales - PRISE N° 3 (coïncidence ).
- 1h/1h10 : Mr. Jourdan remarque une voiture dans le virage et un homme avant la GT. PRISE N° 1. (coïncidence)


Sur l'ensemble de ces situations on ne peut trouver mieux comme hasards.
Si toutes ces déclarations sont authentiques, je pense qu'il faut néanmoins relativiser leur fiabilité, tant sur les lieux que sur les horaires. Cependant quoi qu'il en soit on remarquera je le répète que toutes sont  en concordance avec la proximité d'ouvrages desservants les souscripteurs.
Tant sur les heures en question qu'en lieux et places il est démontré que la présence d'un personnel en activité nocturne bien définie peut correspondre sur le terrain d'une façon indiscutable. 
Bien sûr on ne peut attribuer systématiquement tous ces véhicules aux mêmes personnes, mais quand même !


Autres similitudes entre les fermes de la GT et de La Serre : toutes 2 sont situées dans le prolongement d'un virage du côté gauche dans la direction de Giropey, pratiquement à flanc de colline si l'on excepte l'emprise de la RN et ce dans une très grande obscurité de nuit.
Il est tout à fait concevable de se tromper de bonne foi à la faveur de l'obscurité sur deux lieux comparables, si il n'y a en outre aucun intérêt personnel et particulier au prime abord à s'en souvenir.
Dans cette affaire nous retrouvons tout ce que la société peut recenser comme pathologie, confusion, invention, autosuggestion, estoumagade rédhibitoire de  vérité etc ...
Bref, au regard de ces réflexions et en ce qui me concerne l'hypothèse d'un problème quelconque sur la Hillman semblerait écartée.


Il est bien évident et je m'en excuse, qu'au regard de cette profusion de détails parfaitement vérifiables, un membre du Forum éloigné des lieux de l'affaire n'ayant pas et pour cause une connaissance appropriée du terrain, puisse en raison de ce cheminement tout à fait personnel éprouver  certaines réserves.
Mais les preuves matérielles sur le terrain sont effectivement en relation avec l'ensemble recadré des observations visuelles des témoins plus ou moins précises.


Cordialement  Oryx
Revenir en haut
Bonanza


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 486
Localisation: PACA
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer Juil 22 2009, 06:46    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

Bonjour à tous.

Bonjour Oryx.

Encore une fois on ne peut que s'incliner devant autant de précisions et de recherches.

Par contre pour adopter votre thése, basée sur le témoignage contradictoire de conducteurs de divers véhicules,

il est impératif de pouvoir vérifier tout cela.

Quelles sont vos sources : PV, relevés dans divers livres....

( Ne serait-ce que pour Julliany! )


Citation:
Il est bien évident et je m'en excuse, qu'au regard de cette profusion de détails parfaitement vérifiables, un membre du Forum éloigné des lieux de l'affaire n'ayant pas et pour cause une connaissance appropriée du terrain, puisse en raison de ce cheminement tout à fait personnel éprouver  certaines réserves.


Persopnnellement, je ne demande pas mieux que de passer un peu de mon temps à voir tout cela sur place.

Cordialement.
Revenir en haut
Bonanza


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 486
Localisation: PACA
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Juil 23 2009, 18:33    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

Bonjour à tous.

Bonjour Oryx.


Citation:
La voiture a démarré au quart de tour à la première sollicitation ce qui exclut la panne.



Sur un autre forum traitant du triple crime de Lurs , chez qui il ne fait pas bon d'exprimer ses idées, je me suis braqué sur cette affirmation et l'affaire a pris

une drôle de tournure, ce que je voudrais éviter ici.


Je ne cherche surtout pas à avoir raison, je voudrais suggérer simplement.

Une voiture dont le réservoir chauffe ne tombe pas en panne si on la gare et que l'on ne poursuit pas sa course.


Citation:
mais de là à intervenir à 23h30, c'est fort de café!




Pourquoi pas, on ne compléte jamais le niveau d'un radiateur tant que celui-ci n'a pas refroidi.


De toute façon, panne ou pas panne, cet arret avait été décidé.

Etant déja passé sur les lieux des le matin, les Drummond ont choisi cet endroit plutôt q'un autre.


Oryx, votre post est tellement dense qu'il m'est impossible d'y répondre en une seule fois.

Donc à reprendre et à continuer....


Cordiales salutations.
Revenir en haut
Bonanza


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 486
Localisation: PACA
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Juil 23 2009, 23:59    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

Bonjour.

Bonjour Oryx.

Citation:
 Celui de Julliany à 23h30 situe le véhicule entre la ferme et la gare à droite côté colline;  jamais pour ce que l'on sache l'auto des Britanniques ne fut garée à cet emplacement, ôtant la possibilité que ce fusse la leur.


Il semblerait que votre analyse ait été faite suivant les élements du site d'Alain Dominici, qui est le seul à parler du côté droit de la colline.

Donc prudence!


Salutations.
Revenir en haut
Bonanza


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 486
Localisation: PACA
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Ven Juil 24 2009, 04:58    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

Bonjour

Bonjour Oryx.






Citation:
De là à supposer qu'il s'agisse d'une voiture des employés du canal chargée du transport et de l'accompagnement dans les allers et retours entre la mise en ouverture et fermeture des martelières, il n'y a qu'un pas à franchir, bien que ces dits employés puissent aussi se déplacer à vélo. Mais nous pouvons aussi imaginer que le conducteur du canal comme tout bon supérieur hiérarchique puisse bénéficier parallèlement d'un moyen de locomotion plus pratique, plus rapide et moins fatigant pour coordonner l'ensemble des opérations.




Le manége nocturne de cet employé était-il donc habituel, répétitif à chaque nuit ou exceptionnel ce soir-là?

Voila une question qu'on est bien obligé de se poser.


Parallelement à ce remu-ménage, vu certains témoignages ne pouvant en aucun cas être remis en cause, il est indéniable

que tout ce qui a été raconté, révélé, concerne bien à 90% au moins, une certaine vie autour del a Hillman.

Ce qui parait le plus inexpliquable, c'est la personne vue penchée sous le capot vers les 3h du matin!

Autrement, tout le reste parait crédible et non contestable.

Tout dépend de l'orientation que l'on veut donner à l'affaire ( nous, 57 ans aprés! )




Citation:
Autres similitudes entre les fermes de la GT et de La Serre : toutes 2 sont situées dans le prolongement d'un virage du côté gauche dans la direction de Giropey, pratiquement à flanc de colline si l'on excepte l'emprise de la RN et ce dans une très grande obscurité de nuit.






D'accord, mais le terre-plein?




    
  Cliquez dessus SVP ( La Serre en contrebas de la route,
                                                                                  direction Peyruis en venant de la Brillanne )  



Salutations.
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Dim Juil 26 2009, 15:54    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

Bonjour à tous,
Bonjour Bonanza,
 Avec les réserves habituelles, à l'image de celles qui vous caractérise je prends en compte toutes les narrations des faits relatés par les auteurs de manière différentes,tronquées ou inversées dans les textes, pour ce, je suis dans la même ligne de mire que vous.
Lorsque j'écris similitude des lieux ou des bâtis je ne sous entend pas exactitude .
Effectivement le terre-plein n'existe pas aux approches de la Serre,pas plus que la borne 32.
J' attire simplement l'attention sur des ressemblances de lieux qui auraient pu induire en erreur M. Julliany ou tout autres à l'instar du témoignage de M. Pacomi ,pour qui j'ai essayé d'avancer une explication plausible qui n'a pas été commentée à ce jour .




Amicalement Oryx
Revenir en haut
Bonanza


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 486
Localisation: PACA
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Lun Juil 27 2009, 10:44    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

Bonjour à tous.

Bonjour Oryx.

Citation:
J' attire simplement l'attention sur des ressemblances de lieux qui auraient pu induire en erreur M. Julliany ou tout autres à l'instar du témoignage de M. Pacomi ,pour qui j'ai essayé d'avancer une explication plausible qui n'a pas été commentée à ce jour .


Je vais relire l'ensemble de vos posts pour mieux comprendre votre cheminement et faire le point afin de cerner au plus prés les réponses adaptées.


Cordiales salutations.
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Dim Aoû 2 2009, 18:51    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

Bonsoir ,


J. P. Ollivier dans le Provençal Octobre 1952 .


« Un paysan du coin donne corps à l'espoir de délier les langues. « il semble, dit-il, qu'on ne se soit pas intéressé au champ de luzerne que Gustave avait arrosé le 2 et 3 août, provoquant sur la voie ferrée l'éboulement dont il fut si souvent question. Or, quand on arrose un champ de luzerne, tous les paysans vous le diront, on le surveille toutes les heures, même et surtout la nuit. Les policiers sont-ils bien sûrs que Gustave ne s'est pas rendu dans son champ pour s'assurer qu'un deuxième éboulement ne s'était pas produit ou que le premier ne s'était pas aggravé ? » Ces réflexions paysannes sur un champ de luzerne forcent les questions : pourquoi ne pas admettre que Gustave, profitant de la pleine lune de ce soir-là, soit retourné sur son champ ? Cela permettrait de supposer que se trouvant dehors, vers une heure du matin, il assista de loin, terrifié et impuissant, au massacre des Drummond, qu'il vit l'assassin, le reconnut, mais ne peut révéler son nom par crainte de représailles ou toute autre raison ?" J.P. Ollivier, octobre 1952


Nous voyons que le problème a été abordé, bien qu'un arrosage entre le 2 et 3 ne soit pas possible si ce n'est qu'en fraudant le règlement des abonnés.
S'agissant du tour hebdomadaire d'arrosage le paysan interviewé du coin aurait dû se rendre compte qu'il y avait un problème sur la mise à disposition de l'eau.
Détournement abusif aussi détestable que le braconnage au regard de la justice populaire des chasseurs patentés de ces communes agricoles.
Nous en avons ressenti l'impact déshonorant pendant les audiences entre les protagonistes familiaux, se rejetant à la face l'anathéme de " braco " pour trois lapins de garenne pris au collet alors que la justice régaliene de l'état, elle, traitait l'affaire de trois êtres humains assassinés.
On ne peut faire coïncider l'ensemble des ayants-droit du canal que d'une façon linéaire dans le sens du courant: après les terres de la Serre, il y a celle du quartier St Pons attribuée au chef de la mine, puis celles de la GT à Grand Chemin sur la commune de Ganagobie, puis sur la commune de Lurs encore des terres de la GT, à cela s'ajoute celles du PLM de la gare ainsi que pour finir sur cette portion du canal celles des houillères.
Il ne faut pas s'imaginer de vastes étendues de terres cultivées irriguées - tout juste pour certaines une dizaine de perches potagères disséminées çà et là,la GT et la ferme du Clos se taillant la part du lion pour ce qui est de la surface.
Nous savons à quelle heure le chef de la mine en amont irriguait ses serres, sans parler du petit-fils soit disant aux prises avec ses haricots...  et dans la continuité en périphérie limitrophe sur les deux communes, d'autres terres  du domaine de la GT recevaient leur appoint.
Nous constatons donc une mise à disposition continue des eaux amont/aval qui progresse logiquement avec les horaires.
Le chef de la mine arrose entre 19h30 et 23h.
La GT profite de sa main d'eau dans l'après-midi.
Et c'est là que le bât blesse.
Or la GT semblait disposer de son eau selon leurs déclarations bien avant les autres. (heure à laquelle le Papé découvre l'éboulement).
Les fermiers auraient- ils déjà menti en inversant les horaires de 2 parcelles alimentées par 2 prises différentes sur deux communes différentes, leur permettant de ce fait prétendre être couchés.
L 'enqûête s'est focalisée uniquement sur l'arrosage du champ de luzerne sans se préoccuper de l'avant et de l'après irrigation, ni de connaître le nom des utilisateurs.


Toute l'articulation des témoignages sans suite repose sur la distribution de l'eau, la connaissance des circuits d'approvisionnement des filioles sur les différentes parcelles ne permettra pas de savoir qui sont les auteurs de la tuerie et qui à fait quoi, mais précisera certainement de savoir qui était où. 
Alors là je vous dit pas ....
Cordialement Oryx
Revenir en haut
oryx


Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 436
Masculin
Point(s): 486
Moyenne de points: 1,11

MessagePosté le: Sam Aoû 8 2009, 12:40    Sujet du message: témoignages sans suites Répondre en citant

Bonjour à tous ,
Salut Bonanza,




Notre ami repose à La Brillanne.
Une erreur involontaire s'est glissée dans le post du :  Dimanche 12 Juillet  22 18
Il faut lire que le cantonnier s'est rendu sur les lieux PENDANT ses heures de travail.
pour le reste et la parenthèse  concernant son père il y a confirmation ,l'activité familiale perdure .


Bien amicalement Oryx
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:42    Sujet du message: témoignages sans suites

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les diverses hypothèses -> Des simples hypothèses aux affabulations les plus farfelues Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
Page 2 sur 4

 
Sauter vers:  

Galerie photos | Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com