Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum Affaire Dominici - Triple crime de Lurs
Discussions sur l'affaire criminelle de Lurs. Août 1952, 3 cadavres de touristes Anglais gisent aux alentours de la Grand Terre, la ferme des Dominici.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie.
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Ouvrages sur l'affaire - Bibliographie -> Les différents auteurs sur l'affaire - Presse
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lederangeur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 331
Localisation: Moscou
Masculin
Point(s): 331
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Ven Déc 26 2008, 14:50    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

Bonjour à tous, De tous les livres sur l'affaire, celui de E. Guerrier est le plus indigeste.



Et à qui la faute, si ce n'est à son auteur? Le voici qui arrive soudainement en brandissant les termes certes accrocheurs " Expertise du triple crime de Lurs " Le voici se vantant avoir fait une expertise poussée sur l'affaire, en affirmant qu'il n'y a pas de place pour le parti pris et qu'il ne juge pas. D'ailleurs, sur sa monumentale pierre de Rosette laquelle est en plusieurs langages si vous voyez ce que je veux dire, on y trouve ceci: ( Voir ci dessous ) " Ne vaut 'il pas mieux procéder comme face à un crime totalement mystérieux , en s'interdisant toute hypothèse à priori pour s'en tenir aux faits ? "  ( Werner Heisenberg )



Seulement voilà, on est mis au parfum dès les premières pages, Ce ne sont que critiques, et soulignage des coquilles des " autres ".... En fait, on décroche vite.. Car la lecture est plus que pénible. Quant à l'absence de parti pris, qui va oser y croire?..... Oui, ce " parpaing " de 750 gr n'est qu'un agglomérat de sous-entendus pour le moins mesquins et son orientation, on l'a bien compris, va dans le sens de la  " sanctification " de Gaston Dominici pourtant jugé coupable. Quand Guerrier juge Reymond ( Entre autres) car en fait, dans son parpaing, il ne fait que juger les autres, ce n'est que pour le mettre en avant, lui, et le commando de pieds nickelés à la sauce Barthowski...Mais en maquillant le tout, sous des critiques, bien évidemment! Seulement voilà, Reymond en arrive à être une référence pour l'"expert, et c'est là que ça devient pitoyable. En effet, quand on arrive enfin et après d'immenses efforts ,à la fin de la lecture de cette grande bouffonnerie, on y lit que la thèse la plus " féconde"  serait bien celle ci..........Tout est dit...........Rien à ajouter.


Bien entendu, on ne sera pas étonné quand ont voit que chaque fois que l'occasion lui en est donnée, il écrase les disparus comme Sebeille, Maillet, Clovis.. Tiens donc? Pourquoi ces trois là surtout? Est ce si difficile que ça à deviner? Tout le monde aura compris.. Finalement, Reymond et lui marchent en parallèles, que dis je, il courent côte à côte pourrait t'on dire. Le plus indigeste est sans nul doute sa manière d'interpréter les " pensées " de Sebeille, de les affiner comme bon lui semble, et comme cela l'arrange, pour vous les servir sur un plateau, et cette volonté absolue et permanente de " taper " sur l'inspecteur... C'est lassant, lourd, indélicat et sans aucun interêt.. ( Pas de parti pris selon l'auteur  )    Dur de se retenir de rire....Mais en fait, on ne rit pas, on en a pas envie,  tellement le ton est fielleux et hautain.....Le tout, nappé d'une ironie de carnaval........ Passons sur son " expertise légale "......Il y aurait trop à dire..


En effet, ce pavé devrait être amputé d'au moins 500 pages, et on ne devrait retenir que les informations de bases, lesquelles après tout sont assemblées et sont parfois utiles.. Mais c'est là, le seul interêt.... Il n'y en a pas d'autres. Il y eu Reymond avec ses " inventions " Il y a eu Mossé avec ses élucubrations et ses nombreuses erreurs..Un véritable et pitoyable recueil d'absurdités. Il y a eu Guerrier avec " Son expertise '" laquelle n'en est pas une, il s'agit seulement d'un " montage " dont les arguments sont clownesques ( Voir l'expertise sur les autopsies ou plutôt comment celles ci sont interprétées et voir aussi comment Guerrier " devine " la position des victimes, le 1er tireur, le 2e tireur, etc, etc ) " Il y avait un deuxième tireur?  Ah bon? Quel scoop que voilà.


 Mais attention aux ( arguments ), cela est pittoresque. Soulignant sans cesse la faiblesse et le manque de précisions  des rapports d'autopsies, expliquant que celles ci ont été baclées, incomplètes, etc, etc, et rappelant sans cesse leurs inconsistances, le voici, qui lui, en tire des conclusions précises et des certitudes, en s'appuyant sur des éléments quasi-inexistants d'après ce qu'il affirme. Plus de 55 ans après les faits, le voici qui brandit des rapports d'autopsies d'outre-tombe, plus de 55 ans après les faits, oui, vous avez bien lu.............! Mais comment a t'il fait me direz vous?  Et bien, tout simplement en partant de rien, puisque rien de vraiment consistant n'est ressorti de ces rapports car autopsies imprécises et baclées, ( C'est lui qui le dit dans son pavé ) le grand magicien et co-partenaire de l'autre joggeur de l'imaginaire et du fantasque,( W.R )  tout en partant de rien, en arrive à expliquer un tout........!! C'est fort non? Sachez tout de même que chez E.G, l'imagination " la sienne " devient la réalité..............Et que nous devons récuser tout ce qui n'est pas lui... Terminons en disant que ceux qui veulent lire quelque chose d'intéréssant sur l'affaire doivent surtout regarder ailleurs..C'est le moins que l'on puisse dire. A éviter absolument :   ( Reymond, Mossé, Guerrier )......... L'indigestion serait aigue...!


Sévère... S'en tenir aux ouvrages sérieux, qui, si ils ne sont pas parfaits, eux aussi, ont au moins le mérite d'expliquer avec la plus grande honnêteté possible le déroulement de l'enquête et le reste, et surtout, leurs auteurs ont su demeurer modestes, humbles, et n'ont pas cherché à imposer " leurs certitudes ".!!! Laborde Domenech.... Sont les deux principales références.... Sebeille vaut le coup d'être lu.. n'en déplaise à certains... Il n'a voulu que raconter ce qu'il a ressenti au cours de cette enquête.... Mais allez donc savoir pourquoi certains veulent lui faire dire autre chose..!! E.G a t'il seulement compris que l'inspecteur n'avait d'autre prétention que de raconter son vécu et ses sentiments sur l'affaire, tout simplement, et non refaire l'enquête après tant d'années?  On se permet sérieusement d'en douter......... De tous les ouvrages fielleux, manipulateurs et mesquins, ce "pavé " d'expert est le pire de tous, c'est de loin, le plus infect!  Aucun doute n'est permis à ce sujet.. Soulignant pratiquement à chaque page les coquilles, erreurs, fautes d'orthographes des autres, le tout, sur un ton plus que prétentieux, il faudrait tout de même rappeler que lui même n'en est pas exempt, malgré ce qu'il affirme, et que des erreurs, on en trouve aussi dans son " oeuvre "......... Quant à son absence de "parti-pris ", puisque il se vante de ne point en avoir, on est vite convaincu du contraire, sitôt passé les premières pages.. Pages ô combien trop nombreuses et pénibles à parcourir. On peut même y lire de nombreux scoops ( d'expert ).... On y lit ( entre autres )   que si la police n'a pas pu récolter de traces d'empreintes sur les poignées de la Hillman, c'est parce que Clovis y a pris soin. Cela est une certitude pour l'expert.....Point de doute là dessus. Tout le monde peut apprécier sur " quoi " se basent ces certitudes de l'infaillible spécialiste.... Vous pouvez vérifier, vous y verrez ce " brillant " passage plus qu'intéréssant, sur Clovis qui aurait effacé les empreintes sur la Hillman. Point de supposition, mais certitude pour l'auteur.....................!! " La seule possibilité désigne à nouveau Clovis " ( Page 265 )Clovis, impliqué également dans le déplacement du corps de Lady Ann....Voici ce que l'on peut appeler une magistrale et superbe démonstration de " non parti-pris "
Essayez, si vous y parvenez de ne pas mourir de rire.  Mais j'avoue que cela risque d'être difficile.

Souvenons nous de la citation de Werner Heisenberg, laquelle est brandie fièrement par l'auteur.

" Ne vaut 'il pas mieux procéder comme face à un crime totalement mystérieux , en s'interdisant toute hypothèse à priori pour s'en tenir aux faits ? " 


Demandez alors à l'auteur d'exhiber la moindre preuve ou semblant de preuve qui va indiscutablement désigner Clovis comme celui qui a effacé les empreintes sur la Hillman.. Mais vous risquez d'attendre longtemps côté réponse, et surtout, pour " voir " ces preuves.. Car pour lui, c'est bien Clovis qui était le grand conspirateur. C'est Clovis qui a tout orchestré.

Vous avez tous compris que celui qui se vante de ne s'appuyer que sur des faits et éléments indiscutables, ne s'appuie sur rien du tout, si ce n'est du " vent " , pour désigner Clovis comme étant le responsable de l'affacement des empreintes.

Et il ose citer Werner Heisenberg, quel culot !



Clovis qui a subi des pressions et menaces, qui a été traité de " menteur " par les autres membres de ce clan, qui eux, ne mentaient jamais, et ce même Clovis, ayant été agressé à son propre domicile par le reste de sa famille, car en effet, tous les autres membres exigeaient de lui qu'il revienne sur son accusation envers le père.


 Et bien, voyez vous, malgré cela, c'est bien Clovis qui a été le pire des conspirateurs,( selon E.G ) et qui aurait effacé les empreintes sur le véhicule des Anglais....

 Pour en revenir au "garage fantôme" de Clovis, même Gaston n'avait osé en parler, et ce, même quand il attaque Clovis lors du procès. Pour Gaston, l'arme se trouvait à la Serre. Pour les Caillat et Clothilde, elle se trouvait dans le "garage" de Clovis.




Puis, cette arme était à Maillet, mais auparavant, elle était inconnue de tous!

(Page 669 on lit également ceci)

 " Enfin, il est certain qu'elle a été tuée près de la voiture et déplacée au matin au moins par Gustave,  et sans doute avec l'aide de Clovis."

Décidément, le pauvre Clovis ne réchappe à rien, on se demande si il ne s'agit pas là d'un " règlement de compte " dont E.G ne serait que le porte parole.........Comme "téléguidé" par ceux qui veulent faire de Clovis l'homme par qui le malheur est arrivé.








 Le clan n'était pas un clan.......... Gaston Dominici n'en était pas le chef.........( toujours d'après l'auteur )

Oubliés donc les témoignages de Berthe, la demi soeur de Gaston qui à mon humble avis devait connaître Gaston Dominici bien mieux que E.G..
Oublié le témoignage de Louise Musy.
Oubliés bien d'autres témoignages sur la personnalité du patriarche.

Par contre, lui qui reproche sans cesse aux autres auteurs leurs contradictions, le voici qui n'échappe pas à la règle, se contredisant lui même à propos de la personnalité de Gaston Dominici, en effet, on peut également lire ceci:

" Il faut dire que Gaston est autoritaire, exigeant des autres au moins autant que ce qu'il s'impose à lui même " ( ¨Page 95 )


Sebeille était un " falsificateur "..........( Encore pour l'auteur )

On peut se demander de quel côté se trouve l'imposture et les falsifications, n'est ce pas?
Quand je vous le disais que ce pavé était "infect" et le terme est bien faible.

Maillet était le " seul tombeur " de Gaston.  (page 679)

Tiens donc?
N'est ce point Gustave qui a dénoncé son père?  Il semblerait en ce cas, que le seul et véritable " tombeur " du patriarche serait bien son fils Gustave , et non Maillet comme l'affirme l'expert.

Vous en voulez encore?

Page 320, on y lit ceci:

 " Yvette rentre d'Oraison vers 16 heures. Cette fois, elle va avec Gustave sur les lieux du drame. Comme elle dira que " c'est à ce moment là que les inspecteurs venaient de retirer l'arme de la rivière "  c'est qu'il est au moins 18 heures.

Demandez aussi à l'auteur quel est l'élément qui lui fait dire avec certitude qu'il est 18h.
Ca serait intéréssant de le savoir n'est ce pas.
Bref, c'est une de ses déductions, une de plus, sans aucun fondement aucun, mais qu'il "allonge" comme une certitude.

Voici d'ailleurs une remarque judicieuse et justifiée de S.Huet lequel en quelques lignes décrit assez bien ce qu'il en est du contenu de
" l'expertise " je cite:

"Quand on lit sous sa plume que jamais l'expert ne juge - il ne fait que donner des avis d'expert… qui sont d'ordre strictement technique (pp. 21-22), et que, ces paroles verbales dûment prononcées, il ne cesse dès lors jamais de formuler des jugements de valeur, souvent d'ailleurs à tort et à travers et à l'emporte-pièce, et presque toujours péjoratifs, on est en droit de se poser des questions, sinon sur la "méthode expertale", du moins sur celui qui prétend en faire son instrument privilégié d'investigation."

Je vous invite d'ailleurs à aller consulter ceci:

http://s.huet.free.fr/kairos/doxai/mallon/ergu01.htm

Et encore ceci:


http://s.huet.free.fr/kairos/doxai/mallon/ergu02.htm

Je ne peux résister de citer une fois de plus Samuel Huet ci dessous:


Mais quant à prétendre, maintenant, que le PC a défendu Gaston jusqu'au bout (p. 718), c'est une nouvelle plaisanterie de notre auteur, exactement identique à une autre, donnée un peu auparavant, à propos de la médaille généreusement décernée à Yvette, en raison de son soutien sans faille à son mari (p. 687). Elle qui le trompait, comme le rapporte Guerrier après bien d'autres, le soutenait en effet comme la corde soutient le pendu !
( S. Huet )




La liste des allusions mesquines et fielleuses est longue, pour ne pas dire interminable.
Il est inutile de toutes les répertorier, mais citons les principales et le côté un peu trop " répétifif " de la chose.



Un exemple: ( A propos des Drummond page 89 )

" La presse va donc idéaliser la famille, en commençant par la fillette."

C'est à vomir !


" Etonnante déjà l'écriture d'Edmond Sebeille, ce n'est pas celle d'un homme fait, policier confirmé de surcroît. Elle ferait plutôt penser à celle d'une sorte de rédaction écrite par un élève acharné à réussir un examen difficile, à qui on aurait promis un avenir d'excellence,et qui, persuadé d'avoir réussi, aurait ensuite été relégué sous les sarcasmes à à un sort subalterne "
( Page 41 )

( Souvenons nous que c'est là l'avis de quelqu'un qui prétend ne pas juger.. )

Toujours à propos de l'inspecteur: ( Page  et 41 et 42 )
E.G reprend une phrase de Sebeille prélevée dans le livre de ce dernier;
En effet, Sebeille dit: " J'étais à bout de force physiques et morales "

Et E.G en déduit ce qui suit:

" Qui peut prétendre travailler correctement et longtemps dans une telle tension, surtout sans dormir? Et on  sait que le manque de sommeil se traduit inévitablement par un manque de lucidité  et toutes sortes  de défaillances intellectuelles, dont des comportements obsessionnels "

Si ce ne sont pas là jugements et propos fielleux, gratuits, envers l'inspecteur, il faudra me dire alors ce que c'est.
Il faudra rappeller à l'auteur qu'il n'est pas en mesure de donner des leçons à celui qui comme personne a bien connu le patriarche et qui a livré avec lui un duel pendant de nombreux mois.
Pour donner des leçons, il faut avoir une certaine carrure.. Et E.G en est dépourvu...

Cependant, affirmant une fois de plus ( Parmi tant d'autres fois ) qu'il est un expert, il écrit à la page 46 ce qui suit:

" L'expert que j'ai été a appris à s'en tenir aux faits , à relativiser les dires, à mettre au conditionnel ce qui doit l'être, et ne jamais se laisser aller à porter des jugements sur les personnes.etc, etc.."


On croit rêver, et pourtant, tout cela figure bien dans ses pages.




 Il se contredit encore et encore, disant que Gaston n'était pas du tout ce personnage lubrique décrit pourtant comme tel, et que ses allusions à propos de la
 " queue " et d'un planeur dont les occupants pouvaient voir les couples amoureux dans les bois, n'étaient que des paroles sans interêt, du moins, pour décrire la personnalité du patriarche..

Il cite en outre les remarques des experts psychiatres qui ont examiné Gaston et prend le relais en disant:

" On constate donc que ce portrait contredit quelque peu l'image outrancière qui a été construite d'un vieillard alcoolique, tyrannique, colérique, lubrique, dissimulateur et machiavélique, mais bien sûr de l'avis des psychiatres, on ne retiendra que certains aspects à charge  sur certaines outrances ou réserves de Gaston " ( Page583 )


Seulement voilà, sur une autre page, E.G dit que le pistachier c'était Gaston....!
Etrange non?

De plus, il ne vous livre que ce qu'il veut vous livrer, occultant les autres "remarques" d'experts, et témoignages, qui eux, affirment que Gaston était plutôt porté sur la chose. Voici comment on manipule en ne retenant que certains éléments, lesquels arrangent l'auteur, alors qu'il oublie bien volontairement ceux qui ne vont pas dans son sens!


Voici donc une contradiction de plus.....Vous comprendrez pourquoi je parlais de " pierre de Rosette " avec plusieurs langages.
l'auteur en emploie plus d'un... Il ratisse large, espérant remporter toutes les voix. Hélas pour lui, personne n'est dupe..





Allez, on continue.. Après tout, on ne va pas se gêner..S'est t'il gêné lui?

Donc, il reproche sans cesse aux autres leurs coquilles, leurs erreurs, et ne dit avoir aucun parti pris.
Ils n'épargne personne, relevant leurs contradictions.

On a vu ce qu'il en était des contradictions de l'auteur de cette bouffonnerie, et puisque on y est, continuons.
En voulez vous une de croustillante?
Allez, on n'y résiste pas.


Nous avons vu que d'après lui, Gaston Dominici n'était pas du tout le personnage tyrannique tel qu'il est décrit par tous ceux qui le connaissaient.

Mais alors, le plus drôle, et croyez moi, quand je dis drôle, je pèse mes mots, c'est que E.G à la page 714, parle de fécondité.
Bien entendu, quand il emploie ce terme, c'est parce qu'il veut dire que ce qui est le plus fécond, c'est la thèse du commando, venu assassiner les Drummond.

Pages 715 et 716, cela continue, et je vous cite l'auteur:

" Pendant que Gustave est en prison, on imagine que Clovis a pu un soir interroger son père sur la conduite à tenir pour le cas où Gustave craquerait, et Gaston, échauffé, aurait en effet pu lui répondre: " Ils n'ont peur de personne, ils en ont fait péter trois, je peux en faire péter un quatrième s'il le faut "

Et sans aucun doute, pensait t'il à Maillet qui était le seul à avoir lâché une information, laquelle avait envoyé Gustave en prison.
Si Gaston avait donné son aval à l'opération, et surtout endossé la responsabilité, même tacite, de devoir liquider la fillette, ce n'était pas pour accepter que quiconque trahisse la cause et la famille. on imagine que Clovis en ait été malade. Et on comprend pourquoi il a dit jusqu'aux assises n'avoir pas cru son père coupable.

N'est ce pas à ce moment que Clovis commence à imaginer une stratégie de sauvegarde ? Au cas où Gustave serait acculé, on dénoncerait le père. On lui repasserait ainsi la responsabilité de dire la vérité ou de se taire. Ce serait aussi leur vengeance contre ce père tyrannique et injuste."


Voilà!
Vous êtes gâtés. Je vous le sers tel que c'est écrit aux pages citées..


Vous avez tous remarqué que ce qui est fécond pour E.G, c'est le commando, c'est Gaston qui se sacrifie ou qui est sacrifié, que c'est Clovis qui a mal entendu les propos de son père un certain soir à la ferme ( E.G reprend mot pour mot ce qu'avait affirmé Augusta Caillat quand elle enrage contre son frère ) Dommage pour eux, que le seul véritable, qui était bien présent et seul avec son père ce soir là, c'était bien Clovis. C'est embêtant........

Clovis reste donc le pire de tous!
Il règle ses comptes avec son père... Et pour cela, il n'hésite pas à lui dresser les première marches de l'échafaud.

Bien entendu, cette fois ci, et comme cela arrange l'auteur, il cite Gaston comme étant tyrannique et injuste.. ( Alors qu'il ne cesse de dire le contraire tout au long de son encyclopédie burlesque.)
Et c'est pourquoi Clovis veut purement et simplement sa peau...C'est aussi simple.. Voici enfin l'énigme de Lurs résolue par le Monsieur je sais tout...




Et il avait besoin de pondre un pavé de 732 pages pour cela...Incroyable, mais vrai..

Et c'est ce même individu qui " OSE " écrire sur une des premières pages de son livre, juste en dessous de la citation de Werner Heisenberg, à laquelle semble t'il, il a n'a rien compris,
                                    
                                                           A la mémoire d'Elisabeth Drummond

Il a même osé cela...


Je vous disais, et cela est justifié, qu'il dépasse, et de loin, Mossé , Reymond, et autres fantaisistes.

Ils ont au moins un peu de pudeur.. Même si c'est un minimum. Chez G. la pudeur a une drôle de forme.

Mieux vaut ne pas s'attarder sur ce point..........!!




  Je vous cite de nouveau une de ses phrases. On comprend mieux soudain certaines choses..

Page 9 on y lit ceci:

 " Je dois à Jean Louis Giard de m'avoir proposé de rédiger le rapport de mon expertise. C'est à propos d'une publication " Dominici, de l'accident aux agents secrets "  parue aux éditions de Provence dirigées par Paul Keruel et dont il était le directeur de collections avant de créer les éditions Cheminements que nous sommes entrés en relation. Il a d'abord publié mon travail technique sur les pyramides de l'Ancien Empire. Intéréssé par ma méthode " objectiviste " , il m'a demandé si je voulais l'appliquer à cette affaire criminelle."

Il faut savoir que " l'auto-cirage de pompes "  et ce ton, est présent pratiquement partout quand on a le courage de parcourir ce pavé....

Quel dommage que ses conclusions " d'expert " au sujet de ce qui est fécond dans cette  l'affaire, au sujet également de la balistique, et surtout, au sujet du scénario du crime, d'après ses déductions médico légales, et bien quel dommage, que tout cela et malgré ses immenses talents n'ont fait que le décribiliser totalement, voire le ridiculiser superbement!

Mais ajoutons que cette prétention quasi-permanente et sa manière de se dresser sur les autres pour vouloir se hisser tout en les écrasant ne porte pas non plus à essayer de mieux comprendre les motivations de l'auteur.........

Allez, en voici d'autres:



( Page 19 )
" Mais si Gaston n'était pas coupable, il faut au moins un autre assassin. Et c'est par là que pêchent tous les auteurs à thèse.
Car, pour que les thèses ne soient pas de simples élucubrations, il faut d'abord établir méthodiquement les données et procéder à leur analyse comparée de façon critique, avant de passer au jeu des hypothèses, ce que d'évidence aucun auteur n'a encore fait, quoi que tous en disent. "


( Page 25 )
Puis je ajouter à mon principal domaine de compétence en méthodologie expertale, quelques particularités qui enrichissent ma présomption  de compétence dans des domaines annexes? C'est ainsi que j'habite depuis plus de quarante ans dans la région, qu'une partie de ma famille est originaire de Digne depuis le XVIIe siécle au moins, etc, etc, etc.. et encore etc....



( Page 669 )
"On a déjà donné l'analyse détaillée des scénarios possibles. Et on a au moins montré que le scénario de l'accusation s'avérait matériellement impossible."

( Page 669 )
" Il est indiscutable queles deux coups portés à Sir Jack l'ont été à la hanche avec la même arme à peu d'intervalle, alors qu'il arrivait en courant de derrière son agresseur, et qu'il l'a dépassé par sa droite."


Voici notre magicien, qui enfin, "juge" que le scénario retenu par l'accusation est purement et simplement impossible.
Rien que ça.!


En effet, il y ajoute ce fameux deuxième tireur, et donc, une deuxième arme.
Deuxième tireur, qui à un moment se met à l'abri derrière la Hillman des Drummond, pour qu'un autre tireur puisse également faire feu sur la malheureuse Lady Ann.. Attention, le fait d'écrire " ANN" ne plaît pas aussi à l'expert, il le dit clairement.

Ainsi, comme vous avez pu le lire, Jack Drummond venait de derrière son agresseur, l'a doublé par la droite.
Quelle précision et de taille. N'est ce pas?
Quant aux arguments pour étayer tout cela, alors, et c'est ici que l'on arrive sur la partie la plus comique, pour ne pas dire totalement ridicule, et bien, les " arguments " se trouvent principalement entre les pages 330 et 415, ces mêmes pages suivies d'autres, portant croquis savamment élaborés par l'expert.

Donnant des détails d'une précision plus que déconcertante, il projette le " film " du scénario, et celui ci, est selon l'avis de l'auteur, évidemment, indiscutable.!!

Il parle même d'une trajectoire de balle sur Jack Drummond , trajectoire qui aurait un angle de 7°30......
C'est dire si..
Pourtant, l'infaillible expert n'arrête pas d'affirmer que rien de concret ne peut être déduit des rapports d'autopsies.........
Et pourtant, " lui ", il y parvient contre vents et marées.

Il y a aussi un schéma qui " explique " comment Lady Ann a été abattue.
Occultant les autres possibilités qui pourraient expliquer les trajectoires de balles sur la malheureuse, il ne propose que sa version, celle évidemment où un deuxième tireur était bien présent..
Forcément.... Il fallait qu'il se distingue des autres..

Il fallait bien " préparer " le lecteur à ce qui va suivre, quelques pages plus tard, c'est à dire la " fécondité " de la thèse du commando.
On l'a déjà vu..Et donc, ce deuxième tireur est indispensable.. ( Pour lui et sa thèse )


Mais non seulement, il la présente comme " unique " et la seule possible, et donc, cherche à l'imposer par tous les moyens.
Car tous ceux qui ont tort, ce sont les autres.! Bien entendu..........
Mais il faut aussi essayer d'ingurgiter certains détails, lesquels ne peuvent être issus que de son imagination, d'ailleurs, comme le reste.
Entre les pages 330 et 415, s'illustre particulièrement le ton  prétentieux,  indigeste et difficilement suppportable de l'auteur.
Il a raison en tout.. Ses croquis expliquent tout... Il a une vision totale et certaine du scénario du crime en cette nuit du 4 au 5 Août 1952...
Je vous le disais auparavant, c'est tout juste si il ne fait pas parler les protagonistes...........
Quelle science, nous sommes impressionnés.........!


Tout a été savamment reconstruit,rectifié par " l'illustre " auteur.

Personnalités des protagonistes, la balistique, la médecine légale, etc, etc............
56 ans après le drame, il aura fallu attendre E.G pour qu'enfin nous sachions que " tous " avaient tort, et que ses conclusions d'expert, conclusions tirées directement d'éléments incertains, incomplets et peu fiables ( D'après lui ) deviennent des certitudes, donc, indiscutables.......

Chapeau.........!
Il fallait y parvenir n'est ce pas?
Par quel miracle? Ca, on n'en sait rien du tout.
Mais on a compris que " son savoir " lui permettait non seulement de jouer avec le temps et de découvrir plus de 56 ans après ce que tous les autres n'ont pas vu au moment des faits, mais en plus de cela, partant d'incertitudes, il en arrive à présenter " ses certitudes "

Il faut avouer que ce que l'on peut lire entre les pages 330 et 415 est assez édifiant.
Inutile de rappeler combien il est pénible de lire cela,  il faut, pour parvenir à parcourir la totalité de ce pavé du savoir, une volonté de fer ainsi qu'un courage certain... Et surtout, il faut parvenir à garder son calme devant une telle " mascarade "...........!
Ce qui je l'avoue, est certainement le plus difficile, tant l'écoeurement envahit très vite le lecteur.........

Et quand on repense qu'il a osé écrire tout au début :    " A la mémoire d'Elisabeth "

Voilà ce qu'il en est de l'expertise dur le triple crime de Lurs par E.G, le " je sais tout mieux que les autres "

Concluons, car il y aurait trop à dire,
Epargnez vous la lecture de cette grotesque comédie qui ne cherche à mettre en valeur que l'auteur et son EGO, mais certainement pas la vérité. Lui qui parle d'élucubrations des autres, ferait mieux de voir de quoi il est capable sur ce plan là, on peut dire qu'il est " Celui qui excelle en ce domaine "....

Pour terminer, une petite parenthèse de S. Huet..

"  Et si on sait lire, justement, mais entre les lignes cette fois, on prendra avec stupeur connaissance (p. 717) de la mise sur le même plan des "accidents" survenus à deux anciens militants devenus "balances", Maillet et Autheville : "Gare aux foudres du Parti" ! En clair, Guerrier n'hésite pas à transformer en meurtre commandité par le P. C., un accident de la circulation survenu à Autheville. Allons, reprenez-vous, Monsieur, même si la conservation du sang-froid n'est pas votre qualité première. Le P. C. n'a recouru à l'assassinat des "renégats" parmi les siens que lorsqu'il fut interdit, durant la drôle de guerre (ou, plus exactement, à la suite du Pacte Von Ribbentrop-Staline). C'est déjà diablement trop. Point à la ligne(8)." ( S. Huet )


Résistance, Parti communiste et ses manipulations, ses assassinats commandités, commando, sacrifice de Gaston Dominici par d'autres ou bien par lui même.

Et dans le cas, où l'affaire de Lurs vous intérésse, la véritable, alors, lisez Laborde, Domenech.......Ou bien lisez tout, mais abstenez vous de lire cette " infection" concoctée par l'expert et ses " aides " encore moins qualifiés que lui, il suffit de voir comment ils interprètent les rapports balistiques et d'autopsies pour en être vite convaincu.

Ajoutons pour finir que E.G s'en prend à Samuel Huet, sur un autre site dédié à l'affaire , mais sur lequel également, Guerrier défend son beurre, et entretient avec certains forumeurs des discussions qui n'ont pour but que de promouvoir son pavé, défendre son EGO égratigné par les critiques qu'il ne digère pas,  ( Et oui, E.G n'accepte pas du tout  que l'on ne veuille gober son indigeste décoction sur l'affaire Dominici )et jouant les donneurs de leçons une fois de plus , le grand expert déclare sur le site en question tout en jouant les érudits, que le Cardinal de Rohan a été condamné et emprisonné. Il ignore que le parlement a acquitté totalement le cardinal. ( Le cardinal n' été embastillé que 10 mois ).
Il ignore aussi et entre autres, que si le moyen âge c'était bien avant la révolution comme il l'affirme, et là, il a raison ( Ca change), que le parlement durant le règne de Louis le Seizième, n'était pas le seul à rendre la justice, et qu'une justice "expéditive " existait encore, comme au moyen âge, l'expert historien a oublié comment s'est terminé la mutinerie de Nancy. En effet, le Marquis de Bouillé a rendu justice lui même en pendant haut et court, certains des hommes qui s'étaient révoltés. Avec la bénédiction du roi et même de certains révolutionnaires. D'autres exemples de justice expéditive, et sans l'implication du parlement sous le règne de Louis 16 seraient nombreux à citer, mais à quoi bon finalement?
On a pas envie de se fatiguer à apprendre l'histoire à E.G.

E.G devrait revoir ses classiques avant de jouer les historiens......

Concernant Laborde, Domenech, Thelene,
ces  auteurs ne prétendent pas tout savoir, et ont le mérite de ne pas avoir eu la prétention de vouloir tenter d'expliquer ce qu'ils ignoraient.......! N'en déplaise à " l'infaillible " et à toute son équipe.

Préférez donc ces ouvrages.






                                                  

















Dernière édition par Lederangeur le Lun Juil 6 2009, 11:41; édité 30 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven Déc 26 2008, 14:50    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
faybirdy


Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2008
Messages: 1
Localisation: Le Creusot - bourgogne
Masculin
Point(s): 1
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Ven Déc 26 2008, 21:17    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

Bravo Lederangeur, on ne peut que souscrire...
Moi qui ait hésité longuement à acheter le livre de E.G. Embarassed , je pense être vacciné !!
Mieux vaut trouver la rééedition du livre de Domenech...

J'en profite pour dire que je suis heureux de pouvoir relire la plupart des membres de l'ancien forum (ainsi que les nouveaux Mr. Green  bien sûr)
Je viens seulement de découvrir l'existence de ce forum et je me suis empressé de tout relire depuis sa création (c'est un travail conséquent mais loin d'être fastidieux vu la qualité et la tenue des reflexions !)
Longue vie à ce forum, bonne fin d'année à tous !!
Revenir en haut
Lederangeur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 331
Localisation: Moscou
Masculin
Point(s): 331
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Ven Déc 26 2008, 22:41    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

Bonjour Faybirdy,

Heureux de votre présence en ces lieux..

Concernant E.G, croyez moi, épargnez vous cette pénible épreuve............
En effet, mieux vaut parcourir d'autres ouvrages, et le choix de la reédition de Domenech est plus qu'un bon choix..

En espérant lire vos contributions,
je vous souhaite également de bonnes fêtes et à bientôt donc pour la nouvelle année...

Cordialement...........
Revenir en haut
lure04


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2009
Messages: 29
Localisation: 04
Point(s): 29
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer Juil 8 2009, 08:03    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

Bonjour le Forum.

Bonjour Dixluca.


Lorsque Guerrier nous informe il est précis et complet.

Lorsqu'il analyse et interprete les situations, c'est vrai, il derraille parfois!

Il faut faire le tri et ne garder que le meilleur ( ce qui ne peut-être rejeté et historiquement non contestable)

Cordialement.
Revenir en haut
Lederangeur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 331
Localisation: Moscou
Masculin
Point(s): 331
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer Juil 8 2009, 12:24    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

Bonjour à tous,


Les précisions qu'apportent E.G , franchement, on l'avait pas attendu pour les découvrir.
Car pour ce qui est de celles qui seraient " supplémentaires " , il ne s'agit que de ses interprétations personnelles, à lui, et à l'autre pitre qui l'a assisté dans ses expertises, je dis pitre, car l'adjectif est approprié. ( Je ne parle pas de E.G mais d'un autre qui a eu le mérite de ramasser la palme de la médiocrité )

Rien de vraiment intéréssant..
Ce qui est imbuvable, je le rappelle, c'est le ton de son pavé, sa prétention, sa vantardise. Sa majesté critique tout le monde ( Tout le monde y passe ) alors que lui même ferait mieux de voir ce qui ne va pas chez lui.

Qu'a apporté EG finalement?
Rien, si ce n'est encore de la manipulation d'opinion.
En effet, celui ci apporte un peu plus de confusion sur l'affaire, en faisant croire aux lecteurs qu'il a trouvé comment s'est déroulé la tuerie, où étaient les protagonistes, etc, etc. Je l'ai déjà dit, cette " expertise " est une vaste Clownerie, une monumentale farce qui n"a pour interêt que les bénéfices financiers qu'elle peut apporter à l'auteur et à tous ceux qui retirent profits des ventes de ce soi-disant livre sur l'affaire.....

Bref, je ne vais pas répéter tout ce qui a été déjà dit en avant,
mais EG est à classer au même rang que Mossé, W.R, et d'autres plumitifs farfelus.

Seulement, les autres au moins, ont eu le courage de prendre parti ouvertement.
C'est le cas de Mossé, et de W.R.
E.G lui, a fait les choses subtilement.. Tout en disant qu'il ne s'agit que d'une expertise, sans prendre parti (" Ne vaut 'il pas mieux procéder comme face à un crime totalement mystérieux , en s'interdisant toute hypothèse à priori pour s'en tenir aux faits ? "  ( Werner Heisenberg )

Il a pris son parti en fait, mais en s'arrangeant pour tenter de ramasser tous les suffrages.
( On accuse les Dominici devant, mais on les décharge derrière ). Il joue la neutralité, alors que l'on voit très vite où il veut en venir.
C'est bien calculé, bien manoeuvré, trop sans doute, et sa manoeuvre s'est échouée lamentablement.... Si ce n'est pour quelques crédules.




Mais il est vrai que sur 700 pages ou plus, je ne sais plus vraiment, 10 de celles ci sont intéréssantes, puisque elles font un récapitulatif des différents protagonistes et chronologie des faits...... mais ça s'arrête là. Autrement dit, beaucoup de déchets dans son pavé.
10 pages sur plus de 700, les chiffres parlent en disent assez long à eux seuls.
Si encore certains sont hésitants, je leur conseille de regarder sur le net par exemple les divers sujets sur lesquels G a écrit.
C'est édifiant..... Ils comprendront vite ce dont il s'agit, et verront qui est celui qui prétend avoir éclairci sur l'affaire de Lurs, tous les points obscurs que tous les autres depuis plus de 56 ans ne sont arrivés à éclairer.
Lui, et bien, il y est parvenu.
Mais c'est sans doute le seul à le croire vraiment.



Cordialement...........


Revenir en haut
Lederangeur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2008
Messages: 331
Localisation: Moscou
Masculin
Point(s): 331
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer Juil 8 2009, 21:37    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

Bonjour Dixlucas,

Pseudo presque similaire à un autre membre de ce site, c'est voulu?

Sinon, je ne me préoccupe pas de savoir ce qui se dit sur le forum dont vous parlez, j'avais même oublié son existence, c'est dire si..
Mais par contre, je doute fort que Bonanza fasse la promotion du torchon de Guerrier.
Disons que Bonanza, et je me fie à ses posts sur " ce forum " est plus délicat, modéré on va dire.
Il suffit de lire ses posts. Il n'est  pas dupe. Croyez moi..........

Cordialement...........
Revenir en haut
Mariani


Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2009
Messages: 344
Localisation: Marseille
Masculin
Point(s): 346
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Mer Juil 8 2009, 22:50    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

J'avais envie depuis longtemps de vous répondre en ce qui concerne ce livre sur le crime de Lurs
j'ai acheté cet ouvrage croyant qu'il allait démystifier cette affaire, et apporter un peu de clarté.
Quelle a été ma surprise en constatant que non seulement, au lieu de démystifier, il enrobait le tout dans une sorte de brouilllard agité par tous les vents, et c'est là que je vous rejoins volontiers dérangeur. Vous avez parlé de tentative de rallier ou de récolter tous les suffrages si je ne me trompe?
Belle déception que l'acquisition de cet ouvrage, qui je le pense et je confirme, ne laisse rien apparaître de nouveau ni de concret, d'utile.
Quant à la manière de s'exprimer de l'auteur, il est certain que son style est pompeux, et même franchement rasant.
Dommage.
Je reste donc fidèle à Gabriel Domenech, lequel a raconté les évènements avec passion, mais aussi en toute honnêteté.
C'est ma bible sur l'affaire de Dominici.
Juste une précision pour revenir au sujet, j'ai été écoeuré et je n'ai pas été le seul, de voir comment cet auteur traite Paul Maillet qui n'est plus là pour répondre.
Certains passages dédiés à Maillet sont abominables et gratuits.
En revanche, Gustave Dominici, dit le TAVE passe pour un maladroit plutôt qu'un manipulateur.
Vous avez raison de dénoncer une imposture.
Ceci était ma modeste et bien légère contribution.
Puisque vous avez cité S.Huet, que j'apprécie beaucoup pour son intégrité et son talent, permettez moi de publier cet extrait préleva sur son site internet que vous semblez bien connaître, peut être et sans doute avez vous déjà lu ceci?

Je n'en finirai pas de relever toute la boue dont il est couvert(6), mais j'entends tout de même m'appesantir sur deux détails. On apprend dans l'Expertise que le 17 décembre (1953), le juge Périès entend Paul Maillet (et le Tave). "Paul Maillet est pressé d'en finir, car sa femme va accoucher, etc. etc" (p. 551). Même si Guerrier ne fait là que reproduire l'ânerie d'un autre (celle de Laborde en l'occurrence : ça arrive, même aux meilleurs), et il faut bien remarquer à nouveau qu'il emprunte beaucoup à ses devanciers, on le sent exulter de rapporter ce fait, avec quelle gourmandise ! Mais peut-être peut-on exiger d'un expert qu'il vérifie ses sources, n'est-ce pas ? Alors, puisqu'il le faut, mais qu'on sache bien que cette besogne ô combien indiscrète me répugne, détaillons les naissances chez les Maillet :


- Pierrette, l'aînée, est née en 1942 (à Pertuis, Vaucluse)
- Nicole, la seconde, est née en 1943 (à Mirabeau, Vaucluse)
Guerrier a inversé leur ordre de naissance (p. 119), ce n'est pas bien grave. Puis :
- Jean-Pierre Gaston Sylvain est né en 1946 (à Digne, Basses-Alpes)
- Paul Gaston Louis est né en 1950 (à Pertuis, Vaucluse).

Guerrier l'oublie, ce n'est pas bien grave. Mais va-t-on dès lors déclarer catégoriquement qu'en l'honneur du père Dominici, Paul Maillet a prénommé comme lui deux de ses enfants ?

- Jean-Louis Fernand Edmond est né début décembre 1953 (à Manosque, Basses-Alpes). Deux semaines avant la fameuse audition au cours de laquelle Paul Maillet est pressé d'en finir, etc. etc.

Faut-il, comme le greffier Émile Barras, vous faire un dessin ?

Il y a plus. Guerrier nous fait aussi trois fois - au moins - le coup d'Edmond (la soi-disant preuve de la connivence Maillet-Sébeille), mais il est vrai que décidément nous sommes sourds. Or il convient de rappeler que, plus d'un demi-siècle avant lui - le samedi 20 novembre 1954 - Me Pollak avait lors du procès essayé de déstabiliser Popaul avec cette histoire, et que son intervention avait fait pschitt. Complètement pschitt. Dont acte. Revenir là-dessus, et avec quelle insistance, ne mérite donc qu'un qualificatif : c'est indigne).

Amicalement à tous
Revenir en haut
lure04


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2009
Messages: 29
Localisation: 04
Point(s): 29
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Juil 9 2009, 00:04    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

Bonsoir le Forum.



Citation:
Guerrier l'oublie, ce n'est pas bien grave. Mais va-t-on dès lors déclarer catégoriquement qu'en l'honneur du père Dominici, Paul Maillet a prénommé comme lui deux de ses enfants ?



Je crois que quelle que soit notre position et notre conviction personnelle, il faut que chacun fasse preuve d'honneteté.

Gaston n'a rien à voir avec Gaston Dominici, mais avec Gaston Maillet, pére de Paul Maillet!



Citation:
 Pierrette, l'aînée, est née en 1942 (à Pertuis, Vaucluse)
- Nicole, la seconde, est née en 1943 (à Mirabeau, Vaucluse)
Guerrier a inversé leur ordre de naissance (p. 119), ce n'est pas bien grave. Puis :
- Jean-Pierre Gaston Sylvain est né en 1946 (à Digne, Basses-Alpes)
- Paul Gaston Louis est né en 1950 (à Pertuis, Vaucluse).




Paul Maillet a été pére de 8 enfants ( 5 garçons, 3 filles )

Sa femme Ginette décédera en 1994.


Cordialement.
Revenir en haut
Dixluca


Hors ligne

Inscrit le: 07 Juil 2009
Messages: 3
Masculin
Point(s): 3
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Juil 9 2009, 05:34    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

Bonjour lederangeur ,
Mon pseudo est celui du dixième Lucas .Nous sommes dix frères er soeurs . Je ne veux offenser personne simplement dire ce que j'ai lu . Vous mettez ma parole en doute alors permettez que je vous mette un lien pour vous prouver que je ne ments jamais . Je n'aime pas guerrier comme vous et je pensais simplement apporter mon point de vus similaire au votre .
Dans le forum que vous semblez ne pas vouloir connaitre, bonanza ( la bonne orthographe ) sur un chapitre entr'autre a dit ce qu'il pensait de Guerrier en terme toujours élogieux . Pour vous prouver que je n'ai pas l'habitude de raconter n'importe quoi (dans ma fonction actuelle ce n'est pas bien vu !) voici un lien . mais si vous doutez encore il y en d'autres encore plus
edifiants ou guerrier et lui ecahngent des amabilités car Guerrier ,et oui, est hélas membre de ce forum !!!!!.

Sinon pour en revenir à l'affaire Dominici je suis d'accord avec ce même bonanza quand il dit que la resistance
est certainement pour quelque chose la dedans . J'avais un cousin qui faisait partie du réseau avec Hauteville ..
Il s'en est passé de bien bonnes dans le secteur . Comme a bien dit bonanza il y avait les "purs " et les moins purs ..alors ceux là !

Mais ceci est une autre histoire . Désolé pour ma mise au point mais c'est une déformation de ne rien dire de faux ou de le laisser croire .



Dites moi si je ments ?
Revenir en haut
lure04


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2009
Messages: 29
Localisation: 04
Point(s): 29
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Juil 9 2009, 06:08    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

Bonjour le Forum.

Bonjour Mariani.


Citation:
Même si Guerrier ne fait là que reproduire l'ânerie d'un autre (celle de Laborde en l'occurrence : ça arrive, même aux meilleurs), et il faut bien remarquer à nouveau qu'il emprunte beaucoup à ses devanciers, on le sent exulter de rapporter ce fait, avec quelle gourmandise ! Mais peut-être peut-on exiger d'un expert qu'il vérifie ses sources, n'est-ce pas ?  

Je partage, sur certains points, votre analyse, mais dans ce cas précis, a priori Guerrier ne fait que citer Laborde et le dis

clairement.

C'est vrai que pour un quelquonque auteur, il sera difficile de faire mieux que Samuel Huet, qui aura eu le mérite

de dépoussierer cette affaire Dominici.

Mais tout n'est pas parfait chez lui non plus!

Le gros probléme chez Guerrier c'est d'avoir qualifié son livre sur l'affaire d' " Expertise du triple crime de Lurs "

Comment peut-on expertiser une telle affaire, avec toutes les zones d'ombre qu'elle comporte.

On ne peut à priori que se lancer dans des scénarios qui seront soit admis, soit rejetés.

Et puis difficile de rester neutre lorsqu'un raisonnement est étayé de citations d'auteur qui auront tendance à orienter les positions

de " l'expertise ".

Quant au style, on aime ou on aime pas.

Rien à voir avec celui de Domenech, ni celui de Laborde, tous deux excellents.


Citation:
j'ai été écoeuré et je n'ai pas été le seul, de voir comment cet auteur traite Paul Maillet qui n'est plus là pour répondre.


En effet, mais il n'a pas manqué de réagir face à Claude Mossé et la Provence.

Par contre aucune réaction face au livre de Pierre Scize qui s'est révélé féroce à son encontre!

Faut dire qu'à l'époque la mode n'était pas au procés.

Mais là pourtant, difficile de ne pas réagir.

Des que je peux, je joindrais ce passage où Scize fait de Maillet un abominable personnage.

( Pourtant, Pierre Scize est l'auteur que S. Huet recommande s'il ne fallait en retenir qu'un.

Et ce n'est pas pour autant que je vais faire un procés à S. Huet!

Comme chez Guerrier, il faut trier et ne garder que le meilleur! )


Pour moi, un livre sur cette affaire, c'est comme une belle tranche de bifteck!

Ce n'est pas parcequ'il y a du gras que je vais donner le tout à mon chien qui n'en fera qu'une bouchée.

J'enléve le gras, et ni vu ni connu.


Cordialement.
Revenir en haut
lure04


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2009
Messages: 29
Localisation: 04
Point(s): 29
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Juil 9 2009, 06:23    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

Re-bonjour le Forum.

Bonjour Dixluca.


Pendant que je répondais à Mariani, vous écriviez votre post.

J'en prends connaissance.

Connaissant les 2 forums, je me rends compte que Bonanza ne fait pas l'unanimité surtout pour ses

positions concernant Guerrier et la Résistance.

C'est à lui à réagir!

Personnellement de votre analyse je ne retiendrais que ce passage qui me semble tres honnéte et sans ambiguité :


Citation:
Bonjour à tous.
Bonjour Jessy.


Je suis entré dans l'affaire Dominici tout à fait par hasard.

Le 4 ou le 5 aout 2002, ma femme et moi avions décidé de se rendre au Prieuré de Ganagobie.

Ainsi c'est tout à fait par un pur hasard que pour le 50 eme anniversaire de la mort de la famille Drummond

l'on soit passé sur les lieux et que l'on ait visité de cimetiére de Forcalquier.

Mon interet pour l'affaire a commencé ce jour là!

Mais malheureusement peu de livres étaient dispobibles en dehors de les trouver chez les marchands de

vieux bouquins.

J'ai passé beaucoup de temps à dénicher un livre par-ci, par-là sur le sujet!

Et pas toujours des bons et des necessaires!

Aussi lorsque je vois qu'un auteur a maché le boulot pour tout le monde, pour une somme modique vu le travail

et la quantité d'efforts que cela a demandé, je ne supporte pas que l'on s'attaque à ce livre qui mérite mieux comme

acceuil.  

Bien sûr que je ne suis pas d'accord sur tout!

Mais j'aurais aimé que ce livre exista en 2002, il m'aurait fait faire des économies d'efforts, de recherches, de tris d'informations

de déplacements, de gasoil, de restaurants. et parfois de quelques déceptions au niveau rencontres.

Et je n'aurait pas chez moi plus de 30 livres sur l'affaire qui me prennent de la place et dont les trois quarts auraient plus

leur place à la poubelle que dans une bibliothéque.

Moins de 10 sont acceptables ou necessaires!

Pour m'informer, croyez vous que j'avais fait le bon choix en achetant par exemple le livre de Claude Mossé où tout est archi faux! 

De plus je me suis encombré de toutes sortes d'informations, de chronologies totalement erronées bien ancrées et qu'il a fallu

que je me défasse au fur et mesure que le livre suivant pouvait m'apporter d'autres réponses, plus acceptables celles là!

A la limite je conseillerais à ceux qui entrent dans l'affaire de ne lire au départ que le livre de Guerrier, comme lorsqu'on apprend l'alphabet

pour construire ses mots et ses phrases! 

On apprécie mieux apres coup un Chenevier, un Laborde, un Doménech...


Salutations.




Cordialement.
Revenir en haut
Dixluca


Hors ligne

Inscrit le: 07 Juil 2009
Messages: 3
Masculin
Point(s): 3
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Juil 9 2009, 06:44    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

Citation:
A la limite je conseillerais à ceux qui entrent dans l'affaire de ne lire au départ que le livre de Guerrier, comme lorsqu'on apprend l'alphabet




je n'avais  pas l'intention de m'attarder sur ce sujet mais il y a un passage  dans un autre chapitre ou bonanza s'adresse à lui en disnant que "c'est le meilleur" ..et ils ont l'air d'avoir fait connaissance ? Mais encore une fois c'était juste pour repondre à lederangeur qui doutait de mes propos .
A noter aussi que dans ce même chapitre cité avec le lien il y a d'autres passages plus élogieux et surtout à la demande espresse de ce bonanza tout un chapitre a du etre ouvert pour ce monsieur et pourquoi pas pour un autre je vous le demande ?
Mais ailleurs aussi et tous les deux posts on peut lire du même avec moins de reserves diplomatiques à l'attention des non convaincus plus d'élan d'admiration . Si vous voulez je peux vous les mettre en ligne une bonne fois pour toutes ?

De ce pas je me sauve au bureau .
courtoisement. 
Revenir en haut
lure04


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2009
Messages: 29
Localisation: 04
Point(s): 29
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Juil 9 2009, 07:05    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

Re-bonjour Le Forum.

Dernière édition par lure04 le Jeu Juil 9 2009, 07:35; édité 2 fois
Revenir en haut
lure04


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2009
Messages: 29
Localisation: 04
Point(s): 29
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Juil 9 2009, 07:10    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

lure04 a écrit:
Re-bonjour Le Forum.


Citation:
Des que je peux, je joindrais ce passage où Scize fait de Maillet un abominable personnage.






J'ai retrouvé le livre et le fameux passage :














Pour ceux qui voudraient faire plus amplement connaissance avec Pierre Scize :http://http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Scize




Citation:
Pierre Scize, de son vrai nom Michel-Joseph Piot, né en 1894 à Pont-de-Chéruy, mort accidentellement à Melbourne (Australie) en 1956, fut un grand journaliste français au talent prolifique et éclectique.Sa vocation première le conduisant vers le théâtre, il prit des cours au Conservatoire de Lyon dès 1912. Mais dès les premiers mois de la Première Guerre mondiale, un obus ennemi allait l’amputer totalement du bras gauche et mettre un terme brutal à ses projets de scène. Après une longue convalescence, il retrouva le front des opérations avec le titre de régisseur du Théâtre aux Armées.Le metteur en scène et comédien Jacques Copeau ayant eu l’occasion de le remarquer, lui proposa après l’Armistice de le suivre, dans le même emploi, à New York pour une longue tournée d’après-guerre qui se révéla triomphale. À son retour, Michel-Joseph Piot (il n’était pas encore Pierre Scize) eut l’idée d’écrire le récit de ce voyage, ce texte tomba sous les yeux du directeur du journal L'Œuvre, qui proposa de le publier. Ainsi notre homme naquit-il au journalisme.La naissance de son pseudonyme est originale. Le grand journaliste Jean Piot (aucune parenté mais beaucoup d’amitié) écrivait déjà à L’œuvre. Un des deux Piot devait donc trouver une autre signature. Le sort tomba logiquement sur le plus récemment entré au journal. Un jour qu’il flânait sur le vieux quai Pierre Scize à Lyon, Michel Joseph se dit qu’il pourrait en faire un prénom et un nom. Car à l’origine, le quai Pierre Scize ne devait rien à un homme mais signifiait un lieu dit : la « pierre sciée » (À l'époque romaine, on fit tailler le rocher de Thune, qui formait une avancée dans la Saône, afin d'aménager une voie sur la rive droite de la rivière. Ainsi le lieu fut-il appelé petra incisa, soit en français « pierre encize » ou « pierre scize »). C’est sans doute le seul exemple qu’un homme prenne le nom d’un quai au lieu de le lui donner.
Après L’Œuvre, puis Bonsoir, Maurice Maréchal, fondateur et directeur du Canard enchaîné, allait s’attacher le talent déjà reconnu de Pierre Scize. Mais en 1933 ce dernier allait être spectaculairement congédié de l’hebdomadaire satyrique. Son crime ? Il venait de recevoir la Légion d'honneur, décernée à titre militaire pour le bras laissé au champ d’honneur. Or tout rédacteur s’engageait à refuser toute décoration officielle décernée à titre professionnel ou purement honorifique, ce qui n’était pas le cas en l’occurrence. Mais le Canard ne pouvait commencer à accepter les exceptions. Cette rupture, largement commentée, allait faire date dans l’histoire de la presse française du XXe siècle.
Pierre Scize travaille alors pour Candide (critiques cinéma et théâtre) et pour Paris Soir, où ses grands reportages aux quatre coins du monde élargissent sa notoriété. La Seconde Guerre mondiale le retrouve à Lyon, ville de toute sa jeunesse. Il y entre très vite dans la Résistance, non armée mais littéraire (nombreux articles dans la presse clandestine et organisation de réseaux de pensées, tous dirigés contre l’occupant). Il tisse alors un réseau d’amitié et de réconfort, matériel autant que moral, avec l’équipe rédactionnelle du journal le Figaro, jusqu'à ce que le quotidien national se saborde volontairement au début novembre 1942, après l’entrée des Allemands en "zone libre". Son directeur Pierre Brisson donne alors l'assurance à ses lecteurs qu'ils retrouveront au premier jour (de la libération) le Figaro, fidèle à ses devoirs et conforme à ses vœux.»

Grands procès et Tour de France [modifier]
Ce jour venu, Pierre Scize est tout naturellement invité à rejoindre le Figaro, redevenu un journal libre et parisien. Il va alors aborder un genre nouveau pour lui : la chronique judiciaire. Il couvre les grands procès de l’épuration, ceux de Pétain, de Nuremberg, du docteur Petiot, plus tard ceux de Marie Besnard, de Gaston Dominici (voir Affaire Dominici) et tant d’autres, comptes rendus judiciaires qui en font vite le premier chroniqueur de son temps, ainsi que le diront de glorieux successeurs, tels que James de Coquet ou Frédéric Potecher. Parallèlement, il publie dans le Figaro de grandes enquêtes sur les problèmes de société de l’Après-guerre.
Mais il va donner encore de nouvelles preuves de son éclectisme. En 1953, Pierre Brisson, le directeur du Figaro lui propose comme un amical pari d’écrire sur le Tour de France ! Or, à part de l’alpinisme au temps de ses deux bras, il n’a jamais pratiqué le moindre sport. Mais il accepte et va écrire, trois étés durant, de savoureuses chroniques sur l’ambiance et les à-côtés du Tour, laissant bien sûr la partie purement sportive de la grande épreuve cycliste à des confrères spécialisés. Ce genre assez nouveau dans la presse va inspirer au grand romancier Antoine Blondin vingt ans d’extraordinaires chroniques dans L'Équipe.
En 1956, Pierre Brisson demande à Pierre Scize de partir pour Melbourne et d’écrire sur les Jeux olympiques le même genre de chroniques que sur le Tour. Là encore, il va relever le défi. Mais le dernier jour des Jeux, à l’heure même où Alain Mimoun remporte la médaille d’or du marathon, Pierre Scize est renversé par une voiture et décède un peu plus tard à l’hôpital, à l’âge de 62 ans.
En dehors de sa considérable production journalistique, Pierre Scize a laissé quelques romans (Gens des Cimes, Pernette et son amour, Le plus bel ivrogne du quartier, La belle de Cargèse, L’or du temps), des essais et des récits (Lyon dans les Chaînes, Aux vendanges de Bourgogne, Rencontrés sur la route, Vingt Dieux de République, biographie libre de Georges Clemenceau, Au grand jour des Assises) et des pièces de théâtre (Dormez-vous ?, Gens de la Lune ).
Pierre Scize a eu trois enfants de son épouse, née Camille Bardot : Michel (1939), voir à la suite, Jacqueline (1946) et Françoise (1948). Il repose au cimetière de Bagnolet.

Trois générations [modifier]
Le fils aîné de Pierre Scize, aussi prénommé Michel, et sa petite-fille, Hélène Piot, sont également journalistes.
Michel Piot, chroniqueur gastronomique de renom (il publia d'innombrables articles dans Le Figaro, où il tenait une rubrique hebdomadaire et disposait souvent de pages entières), a pris sa retraite, en tant que journaliste "permanent", mais demeure très actif et lié aux milieux de la table et du vin. Il est président d'honneur de l'Association Professionnelle des Chroniqueurs et Informateurs de la Gastronomie et du Vin (APCIG) qu'il présida très activement pendant 25 ans. Michel Piot écrit volontiers sur le beaujolais, notamment dans une brochure régulièrement éditée par Georges Dubœuf ; il est membre responsable de l'association Saveurs de France-Saveurs d'Europe [1] et de l'AAAAA. Par ailleurs "bon peintre du dimanche", il a exposé et vendu plusieurs œuvres.
Hélène Piot,membre du bureau de l'APV, Association de la presse du vin [2], est l'auteur du Guide des vins du monde (éditions Marabout) et co-auteur de 1900-2000, Un Siècle de Millésimes (éditions Fleurus). Également co-auteur d'un recueil de nouvelles, Sept filles en colère (édition Les Petits Matin", décembre 2006), elle collabore à plusieurs publications spécialisées ou non (Le Figaro, Challenges...)

Ce document provient de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Scize ».







Cordialement.

Dernière édition par lure04 le Jeu Juil 9 2009, 07:41; édité 3 fois
Revenir en haut
lure04


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2009
Messages: 29
Localisation: 04
Point(s): 29
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu Juil 9 2009, 07:22    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie. Répondre en citant

Bonjour le Forum.



Citation:
Si vous voulez je peux vous les mettre en ligne une bonne fois pour toutes ?



Ne serait-il pas temps de laisser tomber ce sujet!

Je ne suis pas venu sur ce forum pour assister à des réglements de compte, ni pour faire soit l'apologie du

livre de Guerrier, soit son attaque en régle.

A quoi cela peut-il mener?

Personnellement dorénavent je m'abstiendrais de répondre à ce qui concerne de pres ou de loin le livre d'Eric Guerrier.

Je ne vois pas l'interet à ce fixer sur cette polémique qui va béboucher sur rien.


Cordialement.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:33    Sujet du message: Expertise du triple crime de Lurs ou la grande bouffonnerie.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Ouvrages sur l'affaire - Bibliographie -> Les différents auteurs sur l'affaire - Presse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Galerie photos | Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com