Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum Affaire Dominici - Triple crime de Lurs
Discussions sur l'affaire criminelle de Lurs. Août 1952, 3 cadavres de touristes Anglais gisent aux alentours de la Grand Terre, la ferme des Dominici.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Une simple question lourde de signification .Le patriarche..

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les constatations -> Sur les lieux, les enquêteurs procèdent aux premières constatations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nicolas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim Nov 9 2008, 11:37    Sujet du message: Une simple question lourde de signification .Le patriarche.. Répondre en citant

Bonjour à tous ,


Sur toutes les photos prises sur les lieux du crime le 5, jamais on ne voit Gaston !

Jamais le vieux renard méfiant ,selon les clichés en notre possession,ne s'est fait prendre par un objectif le lendemain du crime sur le lieux mêmes ...
Tandisque Gustave ,oui !

On sait pourtant ,par un témoin occulaire encore vivant,qu'il se tenait vers Peyruis ,avec ses chèvres ,à 50m des badauds.
Mais suffisamment en retrait pour ne pas être importuné.
De là ,où ce témoin lui a parlé (C'est Gaston qui l'a hêlé ,car il le connaissait :"Ho machin qu'est ce que tu fais là ? en patois !) Gaston regardait en direction du bivouac proche et surveillait les mouvements.
Il était 14h et ce témoin a été accueilli sur le bivouac par le Sous-Préfet de Forcalquier ,qu'il connaissait ,lequel lui a montré les corps des victimes dont il nous a donné une description réaliste .
LA mobile il ne s'en souvient pas
Que faisaient donc les photographes ?
Gustave se pavanait ,tandisque que son père se tenait à l'écart . Il est vrai que les chèvres doivent "paturer" .

A ce moment là la Mobile de Marselle ne semblait pas être arrivée ,puisque les passants pouvaient encore approcher les lieux de près..mais ça ne constitue pas une vérité intangible .

Monsieur X nous a dit qu'il devait être "2h ou un peu plus ".
Il allait faire une livraison à Sisteron et s'était attardé au restaurant de la Brillanne où on parlait du crime .

Gaston devait donc faire le guêt pour surveiller l'arrivée de la police avec un peu d'inquiétude .

Il était à l'écart donc et non loin mais on sait aussi que le vieux patriarche s'est approché du corps de la fillette au moment de l'enlèvement du corps .15h15.

On sait qu'il dit ,à tort, avoir remis à cet instant un morceau de crosse au gendarme .
Or personnes ,pas même Sébeille ne parle de la présence éventuelle des inspecteurs .
Où étaient-ils à ce moment là .Certainement pas près du corps et pourtant il me semble que toute observation ultime pouvait encore renseigner ?

Personne ,donc ,de la Mobile, alors que Gaston se mêlait de ce qu'il ne le regardait pas ,n'a pensé à lui poser des questions ?
Et là nous savons qu'il était 15h30.

Je ne dit surtout pas que Sébeille n'était pas arrivé ,car on l'a vu près des corps à cette heure là ,je dis simplement qu'il devait drôlement être "à la bourre " pour avoir Zappé Gaston là, tout proche et trop curieux.

Voilà pourquoi on peut maintenir que l'heure d'arrivée a pu avoir un incidence sur les conséquences du bon déroulement de l'enquête . N'en déplaise à de bons amis . Crying or Very sad
Un moment comme celui-là ne se reproduit pas deux fois .Encore un loupé!
A cause de cela gaston a failli récupérer à son profit un détail passé inaperçu (le morceau de crosse) car personne n'était là .(Sauf un gendarme.)

Un détail qui montre bien ,en outre, que Gaston portait un vif intérêt à tout ce qui touchait à la petite Elisabeth (comme aussi durant le procès ) Il a quitté sa planque ,son poste d'observation au moment où on allait enlever le corps de la fillette pour s'en approcher à un mètre de la tête ,dixit le cantonnier .

A mon avis, c'était pour voir si sous son corps il n'y avait pas quelques indices qui lui auraient échappé et écouter tous les commentaires utiles pour lui à différents niveaux et..... aussi et surtout ,pour intervenir avec "un masque" au cas où quelque indice aurait pu être trouvé à cet instant.
Comme il l'a si bien réussi avec" l'alibi-masque "du morceau de crosse.
Ne rien laisser au hasard . On ne laisse rien au hasard quant tout est si dur à obtenir dans ces campagnes ; c'est une formation ,un trait de caractère commun à ces gens là .

Ils ont mis, lui et zézé , sur le corps une couverture dès le matin ,mais ils n'ont pas pu bouger le corps .

L'intérêt que Gaston montre pour la levée du corps de la fillette ne montre t-il pas qu'il était inquiet pour quelque trace compromettante ? Assurément.
On peut donc logiquement en conclure qu'à cet endroit il y a eu du "grabuge "et que ce ne fut pas seulement un lieu de dépot pourqu'il fut aussi attentif à ce qu'on pouvaut encore y trouver ... Le morceau de crosse atteste encore mieux que son instinct l'avait bien guidé .

Nous n'avons donc aucun cliché de photographe concernant tous ces moments là ?

Cela peut aussi vouloir dire que Sébeille les avaient chassé du lieu ,oui mais avant ?

Et n'y a t-il pas eu de photographes 'habilités' ,comme on dit ?


amicalement


Dernière édition par Nicolas le Dim Nov 9 2008, 15:00; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim Nov 9 2008, 11:37    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
gorenflo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim Nov 9 2008, 12:57    Sujet du message: Une simple question lourde de signification .Le patriarche.. Répondre en citant

Bonjour Nicolas,
Bonjour à tous,

Nicolas a écrit:



On sait qu'il dit ,à tort, avoir remis à cet instant un morceau de crosse au gendarme .
Or personnes ,pas même Sébeille ne parle de la présence éventuelle des inspecteurs .
Où étaient-ils à ce moment là .Certainement pas près du corps et pourtant il me semble que toute observation ultime pouvait encore renseigner ?

Personne ,donc ,de la Mobile, alors que Gaston se mêlait de ce qu'il ne le regardait pas ,n'a pensé à lui poser des questions ?
Et là nous savons qu'il était 15h30.


Mince alors ! Excellente observation ! Et ça m'embête de ne pas me l'être faite ! Il est, en effet, assez curieux qu'on ne relève aucune présence de police auprès du corps d'Elizabeth au moment de l'enlèvement. Ce n'est pas non plus une impossibilité, étant entendu que ce qui compte ce sont les constatations et que, si elles ont été faites, il n'est pas absolument nécessaire de rester là.

Cela dit, si on regarde de plus près on constate que Gaston, le 6 août déclare qu'il a remis l'éclat de crosse le matin, après l'avoir découvert quand il a été recouvrir le corps de la petite Elizabeth d'une couverture. Lorsque Sébeille creuse cette question de découverte du bout de crosse, en janvier 1953, les fossoyeurs sont entendus et il apparaît alors que le bout de crosse n'a pas été découvert le matin comme l'avait dit Gaston (d'où, mais ce n'est pas une surprise, mensonge avéré de Gaston d'autant que le 6 août ses souvenirs étaient bien frais) mais l'après-midi au moment de l'enlèvement du corps.

C'est le nommé Figuière qui a découvert l'éclat de crosse, lequel est passé de main en main. Les fossoyeurs confirment que Gaston était présent. Entendu à nouveau sur ce point par le juge Périès le 30/12/1953, Gaston dit que, dans tous les cas, c'est lui qui a remis l'éclat de crosse aux gendarmes. Eux ne s'en souviennent pas. (Guerrier, page 311)

D'où la constatation, l'excellente constatation, qu'en effet, la police est absente de cet épisode.

Cordialement. 
Revenir en haut
Nicolas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim Nov 9 2008, 14:37    Sujet du message: Une simple question lourde de signification .Le patriarche.. Répondre en citant

Merci maître . Idea Tu connais le dossier sur le bout des doigts dans ses moindre détails . Okay
Revenir en haut
gorenflo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim Nov 9 2008, 15:42    Sujet du message: Une simple question lourde de signification .Le patriarche.. Répondre en citant

Sur le bout des doigts ? Que nenni. Quand on se réfère à des sources c'est quand même plus simple.



A+
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:42    Sujet du message: Une simple question lourde de signification .Le patriarche..

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Dominici - Triple crime de Lurs Index du Forum -> Les constatations -> Sur les lieux, les enquêteurs procèdent aux premières constatations Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Galerie photos | Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
trevorj :: theme by ~// TreVoR \\~
Traduction par : phpBB-fr.com